Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 16:23

    eros-et-psyche

 

Eros et Thanatos


J’aime les trains de soir qui emportent au seuil 
Des tunnels de la nuit des voyageurs hagards ; 
J’aime le rouge et noir du soleil qui se bat 
Et vit son dernier cri dans un sanglant nuage ; 

L’appel blanc des mouettes au bleu de l’océan, 
Ton ventre qui me veut vivant dans son écrin, 
La mort pâle qui guette un ultime faux-pas, 
L’arbre qui s’élève à l’invite du ciel. 

J’aime 

J’aime le cœur des fous battant quatre cents coups, 
Les larmes que l’un verse à la douleur de l’autre, 
Le vent qui va sifflant les notes du néant, 
Les flocons fossoyeurs des fastes de l’été. 

J’aime la mort qui vient, c’est le prix de l’amour ; 
Si j’étais éternel, éternelle la nuit ! 
Le désir inutile aurait tissé l’ennui, 
Je ne t’aimerais pas … Et je ne vivrais pas. 

Théo

Novembre 2006

commentaires

Nad 01/05/2013 19:17

Coucou J-M,
Hum hum ... Éros et Thanatos, ça me dit quelque chose (mdr). Ah ces fameuses pulsions, que tu décris ici à merveille. Ce poème je l'ai lu et relu plusieurs fois. Il fait parti de ces poèmes chez
toi que j'adore. Avec des métaphores subtiles, une musique des mots et une grande profondeur. J'aimerais citer particulièrement ces vers-ci : « J’aime la mort qui vient, c’est le prix de
l’amour », « J’aime le rouge et noir du soleil qui se bat, Et vit son dernier cri dans un sanglant nuage ». Deux concepts indissociables : L'amour et la mort … Bravo
« Maestro »:)
Bisous
Nad

L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

Résultats de recherche d'images pour « les enfants de l'exode salgado »
 

Rechercher