Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 janvier 2018 4 18 /01 /janvier /2018 17:05

 

« Il était une fois un vieil homme, tout seul dans son bateau, qui pêchait au milieu du Gulf Stream »

Ernest Hemingway, Le Vieil Homme et la mer

 

J’ai nagé dans les grandes eaux du Gulf Stream en m’efforçant de garder la tête hors de l’eau, mais les courants marins ont eu raison de moi. Le souffle retenu, je me suis laissé emporter. Une attirance sans doute vers les profondeurs obscures, comme celles de l’âme qui recèlent tant de mystères... Ses courants ont des formes légères, des boucles, des volutes - danse fougueuse entre ciel et mer dont je m’abreuve corps et cœur à la source.     

 

Suivant sa trajectoire, on dit du Gulf Stream qu’il quitte le golfe du Mexique par le détroit de Floride, entre Cuba et les Keys, pour remonter vers le nord le long de la côte américaine, piquer vers l’est à la hauteur du cap Hatteras (Caroline du Nord) et traverser l’Atlantique où il s’échoue. D’autres vous diront qu’il prend fin au sud du Grand Banc de Terre-Neuve. C’est peut-être là, l’été de mes 12 ans, que j’ai ressenti sa première chaleur, ses premiers remous, sa force et sa puissance alors que je croyais m’y noyer, emportée à jamais. Au fur et à mesure que ses courants remontent en latitude, les navires marchands qui s’y aventurent triplent leur vitesse de croisière. La chaleur de ses courants préserverait même la Norvège des grands froids. Vous savez quoi? Je m’y laisserais bien tourbillonner pour m’échouer quelque part, dans mes souvenirs d’enfance, tout près des bancs de Terre-Neuve où le sel iodé de la mer saurait me mener.

 

« La pratique des courants m’aura appris l’abandon, l’obstination et la ruse. Il était temps de rendre hommage à une telle générosité. »

 

J’ai nagé dans les eaux du Gulf Stream et au final, je me demande pourquoi je me suis efforcée de garder la tête hors de l’eau. Car dans son sillage sous-marin, j’y ai croisé des merveilles d’une beauté inestimable. J’ai suivi la route des tortues Luth de Guyane dans leur traversée de l’Atlantique. J’ai compris la dérive de vaisseaux abandonnés. Une bouteille lancée à la mer en 1837 au Cap Horn aurait été retrouvée vingt ans plus tard en Irlande. Quel message pouvait-elle contenir? Les mots que contiennent une bouteille échouée ne regardent que ceux qui les ont adressés. Ils sont dans le secret des eaux, pleurs de joie ou de tendresse, d’amour ou de détresse... 

 

Que ses grands courants viennent du ciel, du soleil et de son rayonnement, qu’ils proviennent de l’anticyclone des Açores, de l’alizée ou de la lune, des eaux glacées du Labrador ou des banquises du Groenland, je ne rêve plus que de ce Gulf Stream. Nager dans ses eaux et me laisser dériver sur des vagues d’émotions fortes, abandonnée à ses bras marins. Seule au milieu de nulle part. Et rêvant qu'on m'y laisse... 

 

« Il se trouve que, depuis l’enfance, j’aime d’amour les courants marins. J’aime ces fleuves cachés dans l’eau. J’aime me laisser happer et dériver : quelqu’un de fort, soudain, vous prend dans sa paume. Il n’y a qu’à se laisser porter… »

 

Merci Bison pour cette escale dans les tourbillons du Gulf Stream. En route vers le Mexique... ;-)

 

 

commentaires

Jerome 24/01/2018 13:32

Quel plaisir de te relire, ça me manquait vraiment tu sais !

Nad 31/01/2018 23:35

Merci Jérôme... tu sais quoi? Il me manque aussi de retourner vers tes berges. Tu seras l'une de mes premières escales... Gros bisous

Alex-Mot-à-Mots 22/01/2018 12:09

Voilà qui donne envie d'aller nager avec toi.

Nad 31/01/2018 23:33

Alors embarques sur la vague! À bientôt Alex

Violette 20/01/2018 18:45

Ton billet est un petit bijou qui donne envie de le relire et de ne pas lire le livre:) Je plaisante à peine!

Nad 31/01/2018 23:32

Quel gentil commentaire Violette, qui me touche beaucoup...
Bisous

A_girl_from_earth 19/01/2018 22:59

Ohlala mais comme ça me manquait ces billets si originaux qui donnent tout leur sens à la formule "expérience de lecture" ! Et tu cites Hemingway au début, je compte justement lire Le Vieil homme et la mer prochainement !
J'espère que tu vas bien, le weekend est làààààààà !^^
Big smaaaaaaaaaaacks !

Nad 31/01/2018 23:32

Je ne sais pas si tu as commencé déjà "Le vieil homme et la mer", mais je t'accompagnerais bien en mer avec ce vieil homme...
Hum hum........ mercredi.... mine de rien ça s'en vient ! ^^
(je suis peu présente ici et là mais je pense fort à toi tu sais...)
BISOUSSSSSSSSSSSSSSSSS

le livre-vie 19/01/2018 21:57

Quel grand monsieur que celui-ci...

Et quels mots que les tiens!

Nad 31/01/2018 23:26

Un très bel auteur oui ! Bisous Céline

Nadège 19/01/2018 15:13

Quel beau voyage je fais en te lisant et comme je te comprends, tes mots me portent comme les courants sur lesquels tu glisses, la tête hors de l'eau... ne te laisse pas submerger, reste sur la vague, elle te déposera au bon endroit, au bon moment... je t'embrasse fort.

Nad 31/01/2018 23:25

"ne te laisse pas submerger, reste sur la vague, elle te déposera au bon endroit, au bon moment..."
Merci... tu sais que je t'adore toi...

le Bison 19/01/2018 13:58

Magnifique. Putain que j'ai envie de dire, ça me donne envie de plonger la tête sous l'eau et de sentir le courant du Gulf Stream m'emporter dans son sillon, dans ses vagues sous-marines. Quelle superbe écrit, rien que pour ce billet, je suis heureux de m'être séparé de cet éloge des courants.

Nad 31/01/2018 23:20

Merci encore mon Bison pour ce livre magnifique aux odeurs iodées :-*
Si ça se trouve, il a emprunté la route du Gulf Stream en traversant l'Atlantique...
Comme une bouteille à la mer faisant escale sur les rives du Labrador...

Cristie 18/01/2018 22:48

Superbe billet !

Nad 31/01/2018 23:13

Merci Cristie, il faut le lire! :-)

manU 18/01/2018 21:00

Je ne sais pas comment est le livre mais on billet, lui, est tout en poésie...
Quel talent ! ;)

Nad 31/01/2018 23:24

Et une téquila, suçant le ver sans modération... :P

Nad 31/01/2018 23:13

Le livre est magnifique! La mer, les courants marins, les embruns salés et les bancs de Terre-Neuve. Il avait tout pour me faire chavirer d'amour...

le Bison 19/01/2018 15:11

Le livre est superbe, mais le billet encore plus magnifique. A consommer sans modération avec un rhum du Golfe du Mexique.

L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

 

Rechercher