Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 novembre 2016 2 22 /11 /novembre /2016 01:08

 

Nom, prénom, âge, « profession du père »?

 

Trois mots qui se détachent du formulaire scolaire auquel le jeune Émile doit répondre. Agent secret? Fabulateur? Son père a été Compagnon de la chanson, pasteur pentecôtiste, ceinture noire de judo, parachutiste à la guerre, footballeur professionnel et j’en passe.

Enfin, c’est ce qu’il raconte…

 

Avec le chef de l’OAS (l’Organisation de l’Armée Secrète) et d’autres complices, il planifie une opération afin de tuer de Gaulle le 1er janvier 1963, à 11 heures. Il vient de s’allier à Salan dans sa lutte contre l’indépendance de l’Algérie. À l’entendre parler, avant le putsch de 61, il avait été le bras droit de de Gaulle. Mais ça, c’était avant qu’il ne le trahisse.

Enfin, c’est aussi ce qu’il raconte…

 

« Mon fils, je ferai de toi un rebelle! Tu rejoindras le camp de la France! »

 

C’est à coups de fouet qu’Émile a rejoint ce fameux camp de la France. Son bourreau de père l’a martyrisé. Il l’a forcé à jeûner pour l’endurcir. L’a enfermé dans sa « maison de correction », des heures dans le noir, une nuit entière, la peur au ventre. Coups de martinet et gifles. Perdant connaissance en même temps que la raison, sa tête heurtant le mur. Black out. D’après son père, il ne méritait rien de mieux ce « salaud d’incapable ». 12-13 ans, tout juste sorti de l’enfance. À peine le temps de reprendre son souffle entre deux bourrasques.

 

« Je ferai de toi un soldat! »

 

Élan de survie, les mains devant le visage pour parer aux coups. Se boucher les oreilles pour ne pas entendre les cris de sa mère en train de se faire battre. Longue descente en enfer.

C’est ce qu’on raconte, mais c’est aussi ce qui s’est passé…

 

Ce roman illustre à perfection la folie d’un père violent, fabulateur, parano et manipulateur. La chute vers l’enfermement psychiatrique. Les séquelles à long terme de la maltraitance, les conséquences d’une enfance meurtrie. La survivance d’un enfant aux pires violences psychologiques et physiques, à l’abandon, au rejet, au désillusionnement. Certains parleront de résilience. Qu’importe les mots, que fait-il que certains s’en sortent et d’autres non? « Profession du père » nous parle aussi d’une mère qu’il ne faudrait jamais oublier dans ce processus de survie : impuissante et résignée.       

 

Il n’est pas peu de dire que ce livre est une claque en plein visage. Puissant. Souffrant. Une histoire qui ne s’oublie pas. Impossible... 

commentaires

Fanny 10/01/2017 11:53

J'ai lu "Le quatrième mur" et j'ai reçu une vraie claque (avec les larmes toussa toussa)...je me suis promis de continuer à découvrir cet auteur! Et le livre que tu présentes pourrait bien me plaire (quitte à recevoir encore une massue!)

Nad 13/01/2017 18:29

Je vois que celui-là a été écrit en 2011, il me tente énormément et tu piques ma curiosité ! :-)
Je crois qu'une fois qu'on s'est plongé dans la littérature de Sorj Chalandon, on a forcément envie d'y retourner...
Belle soirée à toi Fanny

Fanny 13/01/2017 14:11

"La profession du père" n'était pas disponible à la biblioth!que mais j'ai tout de même emprunté "Retour à Killybegs". J'ai hâte de m'y plonger!

Bonne journée!

Nad 10/01/2017 18:07

J'ai vraiment très hâte de découvrir "Le quatrième mur"! J'en ai lu tant de bien et puis j'adore les claques littéraires (avec larmes toussa toussa ^^). Celui-ci est sans doute tout aussi fort que l'autre, un coup de poing! Un grand coup de cœur même. Bonne soirée Fanny

Fleur 24/12/2016 13:39

Ce fut également un coup de coeur pour moi. J'aime beaucoup Sorj Chalandon.

Nad 02/01/2017 00:44

Un auteur que je me suis promise de re-découvrir........ Merci Fleur!

Didi 11/12/2016 18:24

Sorj Chalandon est un écrivain que j'admire profondément. J'aime son écriture et je ne manquerais pas de me procurer celui-ci quitte à être bousculée !
Bisous

Nad 12/12/2016 17:54

Je commence à me dire qu'"être bousculée" par une lecture c'est même ce que je recherche. Oh et tu l'as lu toi aussi cet auteur? Avec "Le quatrième mur"?
Bisous

le livre-vie 29/11/2016 22:02

J'ai adoré ce roman, il m'a fait découvrir S. Chalandon... Une vraie claque, un éclair littéraire qui m'a foudroyée...

Nad 20/12/2016 19:08

Ah ma chanceuse Didi en plus tu l'as rencontré!!!
Je note tes titres parce qu'il est certain que je vais poursuivre avec cet auteur. Un grand merci!
Bisous

Didi 20/12/2016 18:06

Coucou,
non je n'ai pas encore lu Le quatrième mur mais il m'attends dans ma bibliothèque.
Ceux que j'ai lu :
Le traitre et Retour à Killybegs je les ai adddoooorrrrééés et ils bousculent vraiment.
Et aussi j'ai lu "Une promesse".
Un auteur que j'aime beaucoup et que j'ai rencontré à deux reprises sans trop lui parler.
Bisous

Nad 30/11/2016 18:57

Je me souviens d'avoir lu ta critique mais je n'ai jamais été capable de la retrouver sur ton blog. Tu pourrais la déposer ici?

Léa Touch Book 23/11/2016 19:06

J'ai beaucoup aimé ce livre :)

Nad 24/11/2016 03:03

Ah tu l'as lu toi aussi Léa! C'est quelque chose non? :)

Simone TREMBLAY 23/11/2016 18:29

Totalement d'accord, sacré livre, assez terrifiant

Nad 24/11/2016 03:02

Terrifiant est un bon mot pour le décrire... À bientôt Simone

krol 23/11/2016 14:20

Magnifique livre, magnifique Chalandon, j'aime tout de lui !

Nad 24/11/2016 03:01

Ah super! Je serais curieuse de savoir lesquels? Si jamais tu repasses par ici...
Quel bel auteur!

manU 23/11/2016 13:43

Poignant, puissant et marquant à lire ton billet...
Je le note et le lirai un jour, forcément !

Nad 24/11/2016 03:10

Ce serait trop bien que tu le lises un jour mon kinG, qu'on puisse en discuter ensemble... ;-)

A_girl_from_earth 23/11/2016 00:42

Pfiou ! On n'a pas l'air de sortir indemne de ce récit. Ça a l'air assez dur, un peu violent, mais en même temps très intéressant ! Dilemme ! Bon, j'ai déjà lu un Sorj Chalandon, je ne suis pas très sensible à son écriture, mais j'aimerais bien en retenter un un jour. Peut-être celui-là.

Nad 24/11/2016 02:59

Oui le sujet en soi est dur. Il illustre à merveille les prisons de la maltraitance et de ses conséquences. Il explore aussi la folie. Pas facile...
Tu as lu lequel de cet auteur? Bon vendredi à toi

Noukette 22/11/2016 22:18

Je suis en train de lire Le quatrième mur et je crois que celui ci sera le prochain de cet auteur que je découvre enfin...!

Nad 24/11/2016 02:55

J'ai hâte de lire ton billet sur "Le quatrième mur" Noukette! J'ai l'intention de le lire tout bientôt... :)

Chess 22/11/2016 19:45

Depuis le temps qu'il faut que je lise ce livre !

Nad 24/11/2016 02:54

J'ai hâte que tu me dises ce que tu en auras pensé Chess ;-)

Alex-Mot-à-Mots 22/11/2016 16:47

Le personnage qui m'a le plus intrigué, c'est la mère.

Nad 24/11/2016 02:52

Cette mère m'a brisé le cœur. On ressent jusqu'au fond de nos tripes toute sa détresse. Là où on voudrait qu'elle vienne en aide à son fils, il n'y a que résignation. Ça a soulevé en moi une tonne de questions sur le conditionnement à la peur, à la souffrance de l'autre à laquelle il nous est possible ou non de réagir, non pas par manque d'amour, mais pour des raisons forcément beaucoup plus profondes. Vraiment un roman fort

nadège 22/11/2016 16:40

Je n'ai encore jamais lu cet auteur. Un plume puissante apparemment...

Nad 24/11/2016 02:47

Pour le moment je n'ai lu que celui-ci mais effectivement il est saisissant! J'ai déjà hâte d'en découvrir d'autres, "Le quatrième mur" d'abord...

Tanard 22/11/2016 13:38

Voilà un sujet suffisamment important pour que Tanard sorte de son statut de lecteur furtif de ce blog et vienne aussi déposer* son œuf ici-bas.

Pour avoir été lui aussi un vilain petit Tanard lors de sa lointaine enfance, Tanard voulait surtout témoigner qu’il n’y a sans doute pas de lecture assez dure concernant certains sujets. Tanard aurait préféré que la réalité soit inversement proportionnelle*** à l’écrit … et non l’inverse.

Sa solution à une bonne partie de ces massacres familiaux est multidirectionnelle*** :
1/ remplacer le gros rouge par une solution à base d’anti-anxiolytiques. Le papa de Tanard usait de gros rouge qui tache et qui fâche. On peut envisager aussi l’usage de canabis à effet thérapeutique****.
2/ la castration : crier sur ses mouflets avec une voix d’opérette, c’est franchement pas intimidant !
3/ la substitution : développer une application pour smartphone qui fournirait des victimes consentantes. (Il y a bien le sado-maso dans la pratique sexuelle, je suis sûr qu’on trouverait des professionnels de la substitution). Cette dernière mesure aurait en plus un avantage économique indéniable si l’application était payante.


Voilà, c’était ma manifestation de soutien dandinant du croupion…merci dame Nadine.

Toin-toin

NB : Tanard n’a pas encore de blog de lecture parce qu’il est illettré.



*Notez bien le verbe « déposer » et non « pondre », parce que Tanard est bien un garçon** comme il vient juste de s’en assurer par une palpation fugitive selon la méthode Michael Jackson.
**Et donc il ne peut pas pondre voyons.
*** Tanard est un scientifique, pardon pour le style très algébrique.
**** Le mot sous-entend que le problème serait médical, Tanard en doute et considère cela plus comme un axiome que comme une démonstration*** et donc que le problème serait plus vice que médical.

Nad 24/11/2016 02:44

Tu as bien raison, il n'y aura jamais assez de lectures assez dures sur ce genre de sujet. À d'autres titres, pour d'autres thèmes et pour d'autres raisons, je dirais même que certains de ces livres sont nécessaires et servent à ouvrir les yeux d'une société souvent incapable d'envisager le phénomène de la maltraitance.
Merci Tanard pour cette "manifestation de soutien"! Toin-Toin :)

jerome 22/11/2016 12:22

Je viens de terminer mon premier Chalandon (Le quatrième mur) et je sais déjà que c'est un auteur que je ne suis pas près de lâcher !

Nad 24/11/2016 02:37

Je veux justement découvrir maintenant "Le quatrième mur". J'ai hâte de lire ton billet! ;-)

le Bison 22/11/2016 09:39

Y'a de quoi se noyer dans une bouteille de Crown Royal pour supporter une telle histoire... OU de s'allonger le cul à l'air sous la neige pour oublier l'histoire par le froid...

Nad 28/11/2016 00:45

.......à l'air !!! ^^

le Bison 24/11/2016 09:24

Il est vrai que je ne lis que des histoires d'amour... ou de cul ! Mais les deux vont souvent de paire...

Nad 24/11/2016 02:36

Une histoire qui nécessite une engelure de l'âme, à défaut des majeurs....... :)
Je suis certaine que tu aimerais ce roman Bison! Ce n'est pas une histoire d'Amour comme tu les aimes, mais tu l'apprécierais quand même............ ^^

L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

La Frontière du loup par Hall

Rechercher