Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 septembre 2016 7 25 /09 /septembre /2016 01:29

 

 

Je sors de ce deuxième rendez-vous avec l’auteur en me disant qu’Olivier Adam n’a pas fini de me secouer les tripes avec ses écrits. Deuxième roman avec lequel je me débats à la surface d’une eau trouble pour éviter de me noyer. Seul mon visage arrive à sortir du tumulte, j’ai le souffle court. C’est cru, c’est vif, comme une brûlure c’est un froid lacérant qui pénètre au creux des entrailles. C’est divin! Une impression de s’avancer sans cesse au bord de la falaise. Il suffirait d’un coup de vent pour basculer dans le vide, seulement quelques vents contraires. L'auteur allie les sentiments les plus forts aux éléments de la nature dans des descriptions qui donnent vie aux émotions qu’il foule. La mer a des odeurs de souffrance, le vent des goûts d’amertume, comme une gifle qui laisse ses empreintes longtemps après le coup.

 

Sarah a disparu sans laisser de trace. Depuis ce jour-là, Paul s’agrippe, tente de s’amarrer. Anesthésié, tout semble lui venir d’un écho lointain, sans jamais ne l’atteindre. Il noie la douleur de l’absence dans le whisky et camouffle d’illusions les fissures de son âme. Il le fait pour lui, mais surtout pour ses enfants, Manon et Clément, encore si petits. Partir vivre au bord de la mer avec eux est d’instinct sa seule issue. L’endroit lui est familier et rassurant, il y a passé son enfance. Comme une évidence, il y confie leur destin. La mer se retire et laisse sur le sable une trace sinueuse, celle de la peine...

 

« J’avançais vers des flots invisibles et perdus dans le ciel noir, le ventre tordu et la poitrine serrée dans un étau. Il s’est mis à pleuvoir, des gouttes lourdes comme des balles, je me suis laissé trouer, transpercer, je me suis laissé laver de fond en comble, jusqu’à ce que Sarah s’en aille, son visage et son corps, et l’empreinte que creusait son absence. »

 

Comment a-t-elle pu faire une chose pareille ? La mer s’agite encore plus au fur et à mesure que la culpabilité lui noue les entrailles. Personne ne semble s’étonner qu’elle soit partie, c’est presqu’une évidence. Mais qu'en savent-ils ? Il se dit qu’il a dû lui arriver quelque chose, elle ne serait jamais partie sans prévenir, abandonnant ses enfants… Si ? Lui peut-être, mais pas eux…

 

« De l’extérieur on ne sait rien de ce qui se noue entre les êtres, de ce qui se joue dans un couple. On émet des hypothèses, des jugements hâtifs mais au fond on ne sait rien, c’est beaucoup trop profond, beaucoup trop complexe. »

 

À mes yeux, la densité des personnages compose la force de ce roman. Ils nous atteignent tous à leur manière, avec leurs blessures et leur enfermement. Manon avec son hypersensibilité, ses crises de nerf et de larmes. Clément et son impassibilité, il s’est muré dans le silence, léthargique. Puis les jours amènent Paul à s’entourer de gens qui, étonnamment, comme lui, sont en fuite. Ils fuient un travail trop exigeant, un beau-père - une brute de la pire espèce - ou encore il y aura Bréhel, ce père qui prend la fuite avec son fils. En s’attachant à eux, il apprend à composer avec la fragilité de la vie et comprend que la souffrance est universelle. 

 

On ressent au fil des pages une montée d'adrénaline. Les émotions s'accentuent et se précisent, elles sont amenées avec finesse à travers des dialogues d'une force incroyable. Il décortique l'âme humaine avec tant de justesse qu'on ne peut s'empêcher de penser qu'il a connu de près ou de loin la souffrance des hommes...   

    

« J’ai fermé les yeux sans dormir et j’ai attendu. Que la marée me prenne et m’emporte. »

 

La mer se retire et laisse sur le sable une trace sinueuse, celle du doute. Serait-elle vraiment partie sans laisser de trace ?

 

Un immense merci au Bison pour ce roman que j’ai adoré ! D’autres Adam m’attendent et j'ai déjà hâte de m'y plonger, tête première, et tant pis si je m'y noie... ;-)

commentaires

Rebecca G. 10/11/2016 10:55

Wouaw... Il me tente ce bouquin!!

Nad 11/11/2016 17:57

Un très très bon Olivier Adam! En ce moment je lis "Poids légers" qui est aussi excellent...

Valérie 09/10/2016 22:12

c'est le premier roman de cet auteur que j'ai lu et j'avais beaucoup aimé. Il m'a parfois déçue depuis.

Nad 11/10/2016 18:58

Je n'ai lu que celui-ci et "Falaises" mais je suis séduite par son univers. Le prochain sera "Poids léger". J'ai déjà hâte!

Nadège 04/10/2016 09:26

Je n'ai pas encore lu cet auteur... tu me donnes envie de m'y plonger... Bises

Nad 06/10/2016 13:55

Son univers est vaste et la force de sa profondeur nous saisit de l'intérieur et nous noue les tripes. Je l'adore déjà! Bisous

Delphine-Olympe 01/10/2016 09:28

Je n'ai pas lu ce titre-là, mais Olivier Adam est un écrivain qui me touche beaucoup, tout comme toi.

Nad 01/10/2016 15:46

Il est vraiment émouvant je trouve avec sa spontanéité et la richesse des drames qu'il nous raconte. Je suis séduite..

le livre-vie 30/09/2016 22:27

J'aime beaucoup Olivier Adam, et tu viens de me faire penser que je ne l'ai pas lu depuis longtemps. Je vais aller fureter dans ma PAL!

Nad 01/10/2016 04:23

Oh tu as lu lesquels? Je suis contente que tu l'aimes autant que moi :D
Je le découvre et je suis charmée.
Bisous Céline

manU 28/09/2016 23:02

Je pensais pourtant avoir laissé ma trace sur ce billet, et finalement non !
D'Olivier Adam, je n'ai lu que Falaises et pour le moment, je n'ai pas eu envie de retenter. Pourtant, ce type, son univers, tout me parle.
Donc je sais qu'un jour, dans 1 an ou dans 10 ans, je vais y revenir et entre nous, ça va le faire ! ^^

Nad 01/10/2016 04:15

On s'partage une cuisse toute croquante? Slurp! mdrrrrrrrrr

le Bison 30/09/2016 12:58

Dans 1 an ou 10 ans... Ça vit combien de temps une grenouille ? avant qu'elle ne se fasse écraser par les roues d'un tracteur ou les sabots d'un bison ou qu'elle ne finisse les pattes poêlées dans un beurre d'ail...

Nad 30/09/2016 00:36

Ah ça, entre toé pis moé…………. c’est l’ÂGE mon vieux........................................................! ^^ ^^ mouah ha ha ha ha ha ha ha ha ha
Ça va l’faire grave mon colon d’marais! Crôa Crôaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa PTDRRR

Violette 27/09/2016 21:08

moi aussi j'avais adoré malgré tous ses défauts (et ils sont légion) L'auteur a fait mieux, d'après moi, avec Les Lisières.

Nad 30/09/2016 00:30

Coucou Violette, merci pour l’info, je ne le connais pas celui-là, je t’en reparlerai si je le lis un jour. Bon vendredi à toi

le Bison 27/09/2016 20:18

Quel sera donc le troisième rendez-vous avec Olivier Adam. Il te va si bien, ses écrits te transportent et tes écrits ont ce parfum iodé d'une mer qui se retire, laissant les algues sur le sable comme des parcelles de doute de nos vies.
"La mer se retire et laisse sur le sable une trace sinueuse, celle du doute."

Et avec la mer qui se retire, y a la voisine qui ramasse des moules en bikini... Tabarnak !

Nad 01/10/2016 04:17

Une moule avec une binouze de Chambly ^^
Poids légers donc :D

le Bison 30/09/2016 12:59

du coup, si tu sais déjà, j'ai pas besoin de répondre :D pfffffff (et pourquoi avoir mis moules au pluriel, une seule me suffit, du moins à la fois)

Nad 30/09/2016 00:29

Ben justement j’voulais te demander de m'suggérer le prochain! :D
Pour la voisine j’te suggère d’attendre la prochaine marée, tu pourras lui piquer ses moules pendant qu’elle regarde le vol de lagopèdes (pffffffffff j’sais déjà ce qu’il va me répondre!) ptdrrrrr
Et puis laves tes sabots plein d‘poussière la prochaine fois, non mais! ^^

Jerome 26/09/2016 12:45

Il ne faut pas avoir le blues pour se lancer dans un roman de cet auteur. Son univers est tellement sombre !

Nad 26/09/2016 21:20

mdrrrrr il faut être en grande forme ça c'est vrai! :D)))

Alex-Mot-à-Mots 26/09/2016 10:53

Une lecture que j'avais bien aimé.

Nad 26/09/2016 21:19

Il est tellement bon! Bonne soirée Alex

le Bison 25/09/2016 22:20

Tabarnak, ce que tu écris bien quand tu as les tripes remués.
c’est vif, comme une brûlure c’est un froid lacérant qui pénètre au creux des entrailles. Crisse que j'adore... Ça me remue autant les tripes qu'un Olivier Adam.

Et puis le format de ce bouquin, étonnant. Pas pratique à tourner les pages avec les moufles, mais pratique pour l'avoir toujours sur coi :D

Nad 26/09/2016 21:18

mdrrrrrrrr ah ça pour le format, y'a rien de plus pratique! ;-) ^^
Avec les mitaines c'est vrai que c'est pas top, vaut mieux le lire avant l'hiver pour pouvoir tourner les pages avec l'index (ou le majeur, c'est selon) :D
Un grand merci encore pour ce super cadeau!

Valérie 25/09/2016 20:50

C'est mon préféré de cet auteur!

Nad 26/09/2016 21:15

Bonjour Valérie, beaucoup de personnes le disent et c'est vrai que c'était divin! Il a une écriture incroyable ce Olivier Adam. Il fouille au plus profond de l'âme humaine avec tellement de finesse, on en ressort tout ébranlé! J'ai déjà hâte d'en lire un autre de lui...

Chess 25/09/2016 19:51

Je connais l'auteur de nom, mais je ne l'ai jamais tentée... Il faudrait que je répare ça :) !
Bonne soirée !

Nad 26/09/2016 21:12

Certains disent que celui-ci est son meilleur. Si jamais tu le lis j'aimerais beaucoup avoir ton avis Chess. Bonne soirée et à bientôt!

Léa Touch Book 25/09/2016 18:22

J'aime beaucoup les romans de cet auteur :)

Nad 26/09/2016 21:11

Je ne le connais pas depuis très longtemps que je l'adore déjà! J'ai commencé par "Falaises" et maintenant "Des vents contraires" que j'ai reçu en cadeau. Je sens qu'il n'a pas fini de m'impressionner avec ses romans forts. Un vrai délice! :D

L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

Résultats de recherche d'images pour « les enfants de l'exode salgado »
 

Rechercher