Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 22:59

Ce que le jour

 

D'origine algérienne, Mohammed Moulessehoul, mieux connu sous le pseudonyme de Yasmina Khadra, est reconnu mondialement. Il aurait emprunté ce nom pour des raisons de clandestinité, mais aussi pour rendre hommage aux femmes algériennes, en particulier la sienne. Ayant servi dans l'armée algérienne durant 36 ans, c'est en connaissance de cause qu'il nous parle de son pays déchiré par la guerre. Ce que le jour doit à la nuit se situe dans l'Algérie coloniale des années 1930 à 1962, durant la guerre pour l'indépendance. Et c'est à travers le regard de « Younes » (pour les Arabes), ou « Jonas » (pour les Français), regard d'un petit algérien de 9 ans, que nous parcourons d'un bout à l'autre ce roman nostalgique.

 

Younes est issu d'une famille de paysans. Alors qu'il est encore enfant, il est confié à son oncle, pharmacien dans un village Oranais, où il intégrera une communauté pieds-noirs. Irrésolu et passif, il n'arrivera jamais à se positionner entre les deux camps qui déchirent son pays. Partagé entre deux cultures, il refusera d'entendre les questions qui se posent à lui. Questions sur les souffrances de son peuple, ses drames et sa fierté, ses valeurs et ses espoirs ... Et de cet aveuglement, manifestation d'un esprit indécis, mais aussi et surtout par fidélité à ses valeurs et au nom de l'amitié, il passera à côté du grand amour. À cet effet, l'auteur dresse un remarquable parallèle (et de très belles réflexions) entre les conséquences émotionnelles de tels « choix » sur le destin d'un jeune homme et celles de la survie dans un pays en guerre.

 

Si j'ai l'habitude en abordant un livre de souligner les passages qui se sont à mes yeux démarqués, il m'a été impossible de le faire avec ce roman. Chaque page, chaque phrase est une note de musique, une image de beauté qui transportent l'âme du lecteur vers un voyage qui, malgré le côté tragique de l'histoire, nous berce et nous fait s'arrêter, le temps de bien contempler l'instant. Yasmina Khadra est un virtuose du récit poétique. Il arrive à traduire les émotions avec aisance, les idées avec justesse, les paysages dans toute leur beauté et leur agonie. L'élégance de son style se démarque de tout ce que j'ai pu lire auparavant.

 

Ce roman, c'est le cri d'un pays par la voix d'un grand homme ...

L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

 

Rechercher