Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 septembre 2017 5 22 /09 /septembre /2017 19:59

 

Quand j’ai découvert ce manga, Le Mari de mon frère, j’ai tout de suite eu envie de te le faire découvrir. Je me suis dit que toi aussi tu serais touchée par l’humanité de ses personnages principaux.

L’histoire commence quand Mike, type au look de gros bûcheron canadien baraqué, débarque au Japon chez Yaichi, son beau-frère. Détail qui a son importance, Yaichi est le frère jumeau du défunt mari de Mike qui a souhaité venir découvrir le pays de son amour disparu. 

Yaichi n’est pas sans éprouver un certain malaise lié à la présence de cet homme, homosexuel, chez lui, inquiet du qu’en dira-t-on et du jugement de son voisinage. A contrario, sa fille Kana, désarmante de naturel, et sans tous les préjugés qui peuvent encombrer l’esprit des adultes, est super heureuse de la présence de ce gentil tonton venu du froid.

Alors, qu’as-tu pensé de ces trois-là ?  

 
Ce sont des personnages comme je les aime et que l’on croise rarement...
 

Tu avais raison, j’ai même été profondément touchée par leur humanité, leur sensibilité et leur côté introspectif. La petite Kana est craquante et même croquante! Quelle est belle avec son innocence de petite fille épurée de tous préjugés, débordante d’enthousiasme, pleine d’humour et spontanée! Je l’ai trouvé tellement attachante avec ses grands yeux curieux et ses milles questions au tonton Mike, toutes en douceur, assoiffée de comprendre le monde qui l’entoure. Parce que ce tonton elle s’y attache et d’ailleurs, comment faire autrement, il est charmant comme tout! Le portrait type du gros bûcheron bien poilu, bien viril, chemise à carreaux, avec un cœur gros comme ça et habité de sentiments forts. Son mari Ryôji lui manque, il en fait pitié, on voudrait le serrer dans nos bras qu’il en pleure un bon coup et se libère un peu de sa douleur, même si on ressent bien que Kana et Yaichi l’apaisent. Mais comme l’auteur le rappelle avec tendresse, c’est normal de souffrir et d’éprouver de la nostalgie quand on perd quelqu’un qu’on aime. Yaichi n’a pas vu son frère jumeau depuis dix ans, il arrive difficilement à répondre aux questions de sa petite Kana concernant ce frère et l’homosexualité. Ce que j’ai le plus aimé dans son personnage c’est son évolution, ses introspections et ses préjugés qui s’estompent. Au départ déboussolé par l’arrivée de Mike, mal à l’aise et déstabilisé, il prend conscience avec le temps du fait qu’il « était tellement ignorant ». Trois personnages que je n’oublierai jamais tant ils sont beaux!      

Et toi, qu’est-ce qui t’a le plus touché dans ce manga?

 
Difficile de dire ce qui m’a le plus touché, c’est davantage un ensemble de choses/faits qui donne sa richesse à cette histoire : la spontanéité/fraicheur de Kana, les doutes et l’évolution de Yaichi et parfois la détresse/douleur/tristesse dans le regard de Mike face au jumeau de son défunt mari. Peut-on imaginer sans l’avoir vécu ce qu’on peut ressentir en se retrouvant nez à nez avec le jumeau ou la jumelle de l’être aimé qu’on vient de perdre ? Ça a beau ne pas être la même personne, ce doit être particulièrement troublant.

Et sinon, qu'as-tu pensé de la rubrique "Petite leçon de culture gay" ? As-tu appris des choses ?

 
J’peux même pas imaginer le fait de se retrouver face au jumeau (elle) de la personne que l’on vient de perdre. Je suppose que l’on fait face à beaucoup de détresse et de douleur et que le deuil doit être encore plus difficile et long à traverser. En même temps, je me dis qu’au contact de cette personne, le fait de « revivre l’autre » nous aide peut-être à éprouver plus graduellement les maux liés à la perte, comme une soupape de transition émotive. Car il doit être aussi réconfortant de savoir que l’autre « vit » toujours, ne serait-ce qu’à travers une autre personne. Enfin je ne sais pas, il faut le vivre je crois pour le comprendre…

Sinon j’ai trouvé la « Petite leçon de culture gay » super intéressante! Les symboles ou expressions m’étaient familiers mais j’ai appris sur les origines du « triangle rose » comme symbole identitaire, Act Up qui s’en est servi durant l’épidémie du Sida, etc.

Il y a aussi dans ce manga de belles tranches d’humanité, comme par exemple lorsque Mike dit à Yaichi « vous êtes aussi le papa de Kana », sous-entendu « même si vous ne travaillez pas à l’extérieur ». C’est très beau tu ne trouves pas?

 

Superbe oui ! Encore une preuve de la grande ouverture d'esprit que l'auteur instille tout au long de cette histoire ! 
Alors, partante pour la suite ?
 
Je n'ai pas pu résister pantoute à m'offrir le plaisir de lire de tome 2... et même le 3! <3
Alors dans ce prochain Blabla, on s'fait quoi mon kinG d'la banquise?

 

 

Rendez-vous dans quelques temps pour les prochains blablas de manU et Nad !

 

Pour lire l'avis de ma Rousse et le super billet de From the Avenue

Aussi le magnifique billet de A girl from earth

 

 

 

 

9 septembre 2017 6 09 /09 /septembre /2017 11:55

Le bonheur d'aller retrouver mes amis et de les serrer dans mes bras <3

 

****************************

Septembre 2017

À mes amis (es) des Petites Antilles, Paul, Patricia, Demetria et tous les autres ... tant d'autres... mes pensées sont là-bas, près de vous. Mon cœur est Caraïbes ... <3

 

*****************************

26 janvier 2014 :

Parce qu’il fait froid et que la mer me manque, et tous mes amis, je dépose ici la chaleur des soleils d’Anguilla (2011-2012)...

 

Anguilla 2012 575

 

Anguilla 2012 545 

Anguilla 2012 1434

 

Anguilla 2012 907 

Anguilla 2012 561

 

Anguilla 2012 938

 

Anguilla 2012 573

 

Anguilla 2012 723

 

Anguilla 2012 1461

9 septembre 2017 6 09 /09 /septembre /2017 11:51

Janvier 2014

Demetria, ma petite princesse des îles…

 

Anguilla 2012 1375

 

Anguilla 2012 249

 

Anguilla 2012 1304

 

Anguilla 2012 1090

 

Anguilla 2012 430

 

Anguilla 2012 1089

 

Anguilla 2012 928

27 août 2017 7 27 /08 /août /2017 17:17

 

 

« Les arrière-saisons ont parfois quelque chose de déchirant. »

 

Rendez-vous chez Phillies, café-bar de Cape Cod. Ce soir j’ai sorti ma robe rouge, celle qui ne me sert que pour les grandes occasions. Je m’assois au bar, croise les jambes. Je passe par le Phillies toujours avec la même régularité, c’est en quelque sorte mon repère, l’endroit idéal pour noyer mes nostalgies. Et attendre... attendre Norman... Mais je ne vous embêterai pas avec mes soucis, Ben tendra l’oreille à mes vieilles histoires, histoires qu’il connaît par cœur d’ailleurs. Des années que l’on se connaît lui et moi. Derrière son comptoir, il astique ses verres. Il me sert un martini. Non, ce soir Ben je prendrai un verre de rouge. Rouge comme dans passion, une robe couleur rouge enfilée sur mon corps, le rouge des grands bouleversements intérieurs. J’attends Norman...    

 

« C’est quelque chose de presque imperceptible, comme un tremblement, un frisson à la surface de la peau, une timidité autour des yeux, une très légère hésitation à l’instant d’emboîter le pas de l’autre. »

 

Philippe Besson a eu l’ingénieuse idée de prendre, pour point de départ, un tableau d’Edward Hopper, Nighthawks - Les Oiseaux de nuit, et d’en faire vivre les quatre personnages. Je me retrouve au cœur des échanges, pierre angulaire de ce huis clos, vêtue de ma robe rouge, tourmentée et nostalgique. J’ai l’impression d’un film au ralenti, les émotions ne s’insinuent que doucement, par petites touches intimistes, dans les interstices de mon cœur. Quelques mots suffisent, les autres se devinent, se ressentent, ce sont les non-dits qui en disent plus longs que les paroles elles-mêmes. C’est l’arrière-saison, je regarde devant plutôt que derrière, je pense à l’automne et non aux étés enterrés, j’ai envie d’en finir avec le passé. C’est l’arrière-saison, les couleurs automnales. Et malgré tout, j’attends Norman...    

 

« Le silence est aussi une façon d’affronter la désolation. »

 

Un tout petit livre mais si dense, si chargé de sentiments divers, presqu’une nouvelle, qui parle du temps qui s’écoule et de celui qui ne reviendra jamais. Des deuils, des détachements nécessaires et des renoncements. De nos forces et nos fragilités. C’est une longue introspection de personnages aussi solitaires que Hopper aime à nous les représenter dans ses tableaux, contemplatifs, en retrait du monde. Et même s’il m’a manqué un je-ne-sais-quoi pour me rendre ce roman vraiment passionnant, les mots de l’auteur me parlent d’un homme qui possède une touchante maturité sur les émotions. Un homme qui a vécu, qui arrive à décortiquer les motivations de l’âme humaine, dans une finesse d’analyse rare, cherchant à fournir des réponses aux questions qu’il fait émerger de la psyché de chacun des personnages.

 

« En fin de compte, les souffrances font partie de l’existence, elles ne peuvent pas nous être épargnées mais elles valent cent fois mieux que des moments insipides, elles sont le prix à payer pour affirmer ce qu’on est et accomplir ce qu’on a décidé. »

 

Je n’ai pas été touchée par l'histoire de Louise comme je l’espérais, mais le récit en soi est riche et j’ai envie de retourner vite vers l’auteur dont j'ai adoré la profondeur de la plume. J'en ai justement un qui m'attend sur ma table de chevet ;-)

 

« Trop de tourbillon, trop de chagrin, trop d’alcool. Ou pas assez. Pas assez de ces bras qui enlacent, qui soutiennent, qui guident. Pas assez de ces regards désintéressés, de ces moments de rien qui sont la vraie vie. »

19 août 2017 6 19 /08 /août /2017 00:13

 

 

« Sentant le sommeil le gagner, il reposa son livre. Il pensait aux nuits de Reykjavik, si étrangement limpides, si étrangement claires, si étrangement sombres et glaciales. »

 

Reykjavik, la capitale. Les nuits sont polaires et le soleil se pointe quatre heures par jour en période hivernale. C’est ma plus belle saison, celle des aurores, une poésie de couleurs miroitantes dans un ciel sans fin. Mon héros, Hannibal, vit dans la rue. Les nuits de grand froid, il trouve refuge dans une cave insalubre. Un matelas crasseux à même le sol, des bouteilles d’alcool, du Brennivin – la « mort noire » - et en cas de nécessité, une bonne vieille bouteille d’alcool isopropylique à 70%, celui qui nettoie les plaies. Plaies, ce mot chargé de sens... blessures à l’âme et lame de fond, une noyade dans les recoins noirs de la psyché. Les lieux empestent l’urine. Il a connu les engelures, les doigts ankylosés qui n’arrivent même plus à tenir la bouteille d’alcool, pas même à ressentir la morsure du gel. La détresse humaine ne se juge en rien, elle se panse dans le sourire et l’accueil que l’on offre à ces gens qui n’ont pas eu notre chance. Le soir où je passais lui rendre visite, partager avec lui son bout de carton et de rêves envolés, on venait de le retrouver mort dans un étang de Kringlumyri. Je me suis effondrée. Chienne de vie...  

 

Erlendur patrouille dans les nuits agitées de Reykjavik. Personnage intuitif et taciturne, il se sent oppressé par toutes manifestations de bonheur. C’est un passionné de lecture, de jazz et des poèmes de Gudmundsson. Il lui arrive de noyer sa solitude dans les bars de la capitale. L’acharnement de l’inspecteur à élucider ce meurtre, mais surtout la fascination qu’il manifeste face au destin de ce clochard, ne me le ramèneront jamais. Mais ils me prouvent que les hommes sont capables d’empathie et qu’ils arrivent à voir la force et le courage dans les blessures humaines, à comprendre les motivations d’une personne à se placer en retrait de la société. La solitude et le refus de toute assistance. Je crois qu’Hannibal l’interroge sur sa propre vie, son propre destin. Ces gens dans la rue nous ramènent à l’essentiel, aux valeurs qui se perdent et à la soif de vivre.    

 

Arnaldur Indriðason signe, avec ce roman noir, la première enquête de l’inspecteur Erlendur. Les recoins sombres de la capitale se confondent à la brûlure hivernale. Mélange doux-amer de lieux et d’espaces sauvages qui se heurtent à la conscience sociale des gens qui l’habitent. Au-delà du polar, j’ai surtout ressenti, dans ce très beau livre, la douleur et la nostalgie des hommes. Je crois qu’il est juste de l’appeler le point de rupture.    

 

En partageant un bout de trottoir avec Hannibal, je me sentais au milieu des vrais hommes. Dommage qu’il soit parti si vite, j’aurais eu tant de choses à apprendre de lui... 

 

Je dédie cette lecture à tous ces clochards qui m'apprennent la vie <3

 

Photo empruntée à Google image

2 août 2017 3 02 /08 /août /2017 01:40

 

« Il faudrait toujours être en route pour l’Alaska. »

 

Kodiak, Alaska, The Last Frontier. Nulle part ailleurs n’existe un bout de monde qui me fasse tant rêver. Combien de fois m’y suis-je imaginée, à mille milles de toute terre habitée, goûtant aux saveurs de l’instant. Combien de fois me suis-je dit que là-bas, je pourrais vivre de ce temps en suspens, des heures et des heures sur le fil fragile de ce bonheur que l’on capte à même le souffle de l’infiniment petit, pour autant que l’on apprenne à respirer en accord avec le vent du Nord. Un toit, quatre murs, une cabane pour abriter mes rêves. Et au bord de ce lac, la poésie d’une nature sauvage qui n’a de limites que ses forêts à perte de vue. Il y aurait des grizzlys, ça oui, peut-être arriverais-je même à m’y faire (mais j'en doute...). Un bout de monde et toute cette blancheur. Goûter au silence.

 

« On quitte enfin la terre, je sais déjà que je n’en reviendrai jamais. »

 

Kodiak, Alaska. Lili en avait aussi rêvé. Elle avait une fougueuse envie d’aller y pêcher la morue, d’apprendre le métier de marin. De tout foutre en l’air et de changer de cap. Qui n’en a jamais rêvés au moins une seule fois? Surtout, ne plus revenir vers cette vie d’avant, se faire passer pour morte s’il le faut. Vivre éternellement dans un bateau, ne plus jamais poser le pied à terre, sous peur de tanguer et de perdre ses repères... 

 

À bord du Rebel, elle se sent vivre. Et moi, solitaire, je respire à ses côtés. Il nous suffit de peu, un ciré, des bottes étanches et des long johns, pour les soirées froides. Il faudra faire nos preuves dans ce milieu d’hommes. Qu’importe, nous travaillerons jour et nuit, le visage brûlé par le froid, le vent, souffrant du manque de sommeil et de chaleur humaine, du mal de mer, de tous les dangers et de cette mer déchaînée qui ne pardonne pas. Les palangres sont à l’eau, il faut les remonter à bord, déferlante de poissons. Nous rêvions de devenir matelot et nous le sommes devenues...

 

« Peut-être va-t-on toujours aller ainsi, jusqu’à la fin de tous les temps, sur l’océan roussi et vers le ciel ouvert, une course folle et magnifique dans le nulle part, dans le tout, cœur brûlant, les pieds glacés, escortés d’une nuée de mouettes hurlantes, un grand marin sur le pont, visage apaisé, presque doux. Quelque part encore… des villes, des murs, des foules aveugles. Mais plus pour nous. Pour nous, plus rien. Avancer dans le grand désert, entre les dunes toujours mouvantes et le ciel. »

 

Mais la passion souvent nous fait oublier de se méfier. Je la trouve courageuse de boire à même la poche de laitance des poissons qu’elle ouvre, ce liquide visqueux me dégoûte. Je lui envie un peu moins de devoir retourner sur la terre ferme. Une arête caudale de morue noire s’est fichée dans l’os du pouce, le poison est mortel. J’ai pitié pour elle, alors je pose les pieds hors du Rebel et je marche sur les docks. J’apprends la vie des marins qui abreuvent leur ennui dans une chambre de motel. J’apprends les bars et les femmes qui leurs tiennent compagnie. J’apprends aussi l’alcool et la gueule de bois. Et puis j’apprends à connaître un peu mieux ce grand marin dont elle m’a tant parlé...

 

« Car il est le pêcheur, pour moi il est le seul. Il sait tout. Sa puissance ne tient pas à la largeur de ses épaules ni à la taille de ses mains, elle est dans son cri, l’écho de sa voix lorsqu’elle se perd dans la vague et le vent, lui debout, narines dilatées, seul dans son tête-à-tête avec la mer, seul toujours dans sa manière de regarder le ciel, de sonder les flots comme s’il y lisait quelque chose – ou rien, peut-être n’y voit-il qu’un grand désert qui s’étend, sans fin, dans les cris hennissants des goélands qui s’élèvent en rafales comme des chevaux de vent. »

 

Kodiak, Alaska, The Last Frontier. Nulle part ailleurs n’existe un bout de monde qui m’avait autant fait rêver. Maintenant que j’y suis, je sais désormais que ma place est parmi ces hommes du Nord. Le Grand Marin, l’homme-lion, a passé sa vie entre le whisky, les femmes et l’héroïne. Lili m’a appris à le regarder autrement. Regarde qu’elle me dit, admirative, regarde-le pêcher, remontant les calandres, si fort et fragile à la fois, c’est là toute sa beauté. Elle m’a raconté ses nuits d’amour avec lui, le pêcheur d’Alaska, mon Grand Marin.

 

« Les étoiles frémissent. Les autres sont à l’abri en troupeau endormi. Mais pas nous. Nous, on est sur la crête de la vague noire, dans la fraîcheur de la bruine. Le grand marin m’attire contre lui, on s’aime sous le duvet. Je ris quand il glisse, le vent court dans mes reins. » 

 

Viens avec moi qu’il lui disait, nous nous marierons.

 

« Tu comprends pas… Moi je veux pas d’une maison, j’veux vivre. J’veux partir et aller pêcher. J’attends pas. Non j’attends pas. Moi je cours. Je veux être en mer. » 

 

Mais Lili rêvait de liberté. Une fois arrivée vers ce bout de monde, elle voudrait aller encore un peu plus loin, à Point Barrow, Alaska. Là ou la terre s’arrête...

 

« C’est le bout. Après y’a plus rien. Seulement la mer polaire et la banquise. Le soleil de minuit aussi. Je voudrais y aller, m’asseoir au bout, tout en haut du monde. J’imagine toujours que je laisserai pendre mes jambes dans le vide… Je saurai que je ne peux pas aller plus loin parce que la Terre est finie. »

 

« Moi je cours. Je veux être en mer... »

 

 

Merci à mon sweet kinG de m'avoir permis ce voyage vers l'Alaska de mes rêves <3

 

 

 

13 juillet 2017 4 13 /07 /juillet /2017 12:57

 

 

« Rien ne vaut la peine d’être vécu qui n’est pas d’abord une œuvre d’imagination ou alors la mer ne serait plus que de l’eau salée… » - Romain Gary (citation en début de roman)

 

******************

 

« Le vernis de l’enfance s’étiolait doucement, craquait de partout, me laissait voir, derrière sa lumière aveuglante, les filaments de ténèbres qu’elle s’applique tant à cacher. »

 

Des lustres que je n’avais pas croisé un personnage aussi attachant que celui de la petite Hélène, 10 ans, en l’occurrence la narratrice – mais comme elle se prend pour un garçon, elle apprécierait que vous l’appeliez Joe. Chaque jour, au retour de l’école, elle amarre son destin à celui de Lady Oscar, dans un dessin animé japonais présenté à Canal Famille. Miss Oscar est son héroïne, jeune fille aux allures garçonnes, un certain capitaine de la garde rapprochée de Marie-Antoinette. Elles ne formeront qu’une, liées par l’unicité théâtrale de leur caractère. Petits bouts de femmes explosives dans des corps de jeunes filles, grandies trop vite, têtues, indociles et sans demi-mesure, elles donneront sens à leur vie dans les souffrances et le labeur, une façon d’échapper à « l’insignifiance de la vie ». Une manière de se débattre en eaux troubles et sortir la tête de l’eau. Rescapées au seuil de la vie, mais avant tout fortes et courageuses, nageant dans des vagues d’émotions contradictoires. Fuguer dans la seule intention qu’on nous retienne. Et au final, revenir à l’essentiel...

 

« J’étais handicapée d’une hypersensibilité qui me volait toute forme de salutaire insouciance. »

 

Ma petite Hélène vit avec ses parents et ses trois sœurs dans un quartier pauvre de Limoilou. P’tit quotidien, p’tite vie, p’tite misère mais bonheur fragile, elle est dotée d’un sens de l’humour et d’une capacité d’autodérision incroyable, marquant sa maturité précoce. Elle a du mordant, du chien, de la répartie, ses répliques sont cinglantes, je l’adore! Et qu’est-ce qu’elle est drôle! Camelot à ses heures et serveuse dans un bingo, elle s’est donnée la mission de subvenir aux besoins de sa famille. À 10 ans...  

 

Affalé sur sa chaise de faux cuir du stationnement du logement d’à côté, Roger boit sa bière. Sa p'tite bière frette. Mon héroïne se liera d’amitié avec lui. Fraîchement sorti de Robert-Giffard où il a passé 30 ans de sa vie – un institut psychiatrique de Québec – il est le portrait type du rescapé de la vague de désinstitutionalisation des années soixante. On fout tout le monde dehors pour « faire de la place ».  

 

« …va juste falloir qu’il se calme un peu, qu’il diminue la bière, la cigarette… Mais ça, c’est pas la première fois qu’on y dit, hein Roger?

-J’vas pas rien slaquer pantoute, maudit Saint-Ciboire, j’sus déménagé icitte pour être plus proche du dépanneur. »

 

Une majorité de ces hommes et femmes, souffrants de graves problèmes de santé mentale, se sont retrouvés soit en prison pour délits, soit dans la rue, marginalisés par l’itinérance. Les plus chanceux, comme Roger, vivent dans un deux et demi aux murs jaunis qui sentent la viande passée date et la fumée de cigarettes. Comme Roger, ils n’ont qu’à s’allonger le bras juste assez loin pour atteindre la caisse d’O’Keefe. Chemise à carreaux, bas blancs aux genoux dans des sandales brunes de chez Rossy, il sacre à coups de tabarnak de crisse et de câlisse de St-Ciboire. Je suis certaine qu’un Bison l’a adoré... Mais comment ne pas l'aimer ce Roger! :P  

 

« T’aurais dû m’amener de la bière, une bonne tite bière frette »

 

« Tu m’niaises-tu, toé là? »

 

Comme je suis heureuse d’avoir enfin découvert la plume de Marie-Renée Lavoie! Cette auteure est pleine de talent et ses mots sont colorés aux accents du pays. Bison a partagé cette lecture avec moi, entre deux guimauves au sirop d'érable et un feu de camp qui crépite dans la nuit étoilée :D

J’ai adoré la diversité des personnages, des êtres aussi marginaux qu’inoubliables, à commencer par Roger et Hélène, Badaboum, la vieille femme d’à côté, la Corbeau, stéréotype de la vieille sorcière exécrable…  

 

La petite et le vieux c’est le regard d’une enfant sur le monde des adultes, ses questionnements sur la médiocrité. C’est un portrait de société vivant et débridé, authentique surtout et tellement réaliste. C’est une série de clins d’œil au Québec de toujours, Les 1oo Tours de Centour, une tranche de céleri tartinée au Cheez Whiz, le dépanneur du coin et un sandwich à la crème glacée (et oui...!). Ce sont des questionnements sur le deuil et la mort, sans aucun pathétisme. C’est un roman que l’on devrait lire...

 

« Les clichés les plus éculés, comme les plus irréductibles maladies, traversent sans ambages le temps et les générations ; pendant ce temps, les plus beaux poèmes s’étiolent dans l’oubli. »

 

Un p'tit sandwich à la crème glacée mon Bison? ^^

 

Les avis de A girl from earth et Aifelle

 

 

13 juin 2017 2 13 /06 /juin /2017 22:57

 

 

« Je crois qu’il faut avoir perdu quelque chose pour en connaître la valeur »

 

Si vous avez envie de voyager dans le Wyoming, Lindsay vous fera sans doute une place à l’arrière de sa vieille Nash des années 50. Si vous êtes chanceux, vous occuperez le siège juste à côté, mais gardez-vous de lui parler, elle entreprend un voyage intérieur. Terminus Redding, Californie, où elle montera à bord du Cascade, un train à haute vitesse qui filera à travers les paysages de l’Ouest « barbouillés » de couleurs, entre Seattle, l’Idaho, le Montana – juste le temps d’apercevoir un troupeau de bisons qui broutent goulûment dans les grandes étendues de terres arides - et Gatchell, un trou perdu du Wyoming profond.

 

Lindsay est retourné vers ce village où Witt, son ex-mari, a vécu avec une autre en laissant tout tomber. Elle avait besoin de donner un sens à cette rupture en faisant revivre leur histoire. Du jour au lendemain, il avait disparu, même au boulot on le cherchait. Il faut dire qu'il en buvait un coup le Witt dans les dernières semaines, à croire qu'il distillait sa peine dans l'alcool. Quand il revenait de la cabane où il avait écrit quelques lignes destinées à un roman qui ne verrait jamais le jour, il s’enfilait plusieurs rasades de whisky. Il y a fort à parier qu’il s’agissait d’un Wyoming Whiskey. Ou d’un McCarthy’s Oregon, de toute façon, une fois qu’il s’en serait versé quelques-uns dans le gosier il ne ferait même plus la différence. Tiens, ça me rappelle une histoire de whisky, mais j’y viendrai plus tard...

 

Les rails défilent et Lindsay poursuit sa quête. Entre ses doigts les années se sont faufilées, sablier fuyant laissant sur son passage quelques grains de souvenirs, mais sans plus. À peine le temps d’en retenir l’essentiel. Sur le siège face à elle, un homme est plongé dans la lecture de « Voyage de nuit ». À son contact, les émotions se dénoueront et ses sens prendront vie. Il lui offrira un verre, un doigt de whisky (voilà, je l'adore celle-là...). « Un doigt d’abord », pour un voyage « first class » c’est réussi! Au deuxième verre ils feront l’amour. Quelques minutes volées au temps et aux pensées qui affluent en elle dans un tourbillon sans fin. Retour à la réalité. Flash back : amertume, colère, tristesse... Qu’était-il arrivé à Witt? Pourquoi ce trou perdu de Gatchell? À quoi pouvait bien ressembler cette Alex? Et que s’attend-t-elle à trouver là-bas?

 

Par la fenêtre, Lindsay jette un regard au loin. Il se heurte au rideau de blizzard (fu.. le blizzard!). Le temps s’est figé, ils devront s’arrêter. Terminus...

...mais le voyage commence à peine...

 

Une très belle plume que celle de Roy Parvin, portée par des émotions diverses qui nous happent en même temps qu’elles nous plongent tête première dans le voyage intérieur de ses personnages. Il aborde avec délicatesse le deuil, la tristesse, les souvenirs et la solitude. Les paysages sont rendus avec justesse, on les voit, les imagine, on les touche du bout des doigts et les effleure du regard. Ils nous donneraient envie de se fondre à ce décor de neige et d’étendues sauvages, là-même où un Bison sirote un whisky en attendant le prochain train... Merci Bison! ;-)

Fuck le blizzard! :P

 

La Petite-Fille de Menno est tirée du recueil de nouvelles La Fôret sous la neige...

7 juin 2017 3 07 /06 /juin /2017 01:45

 

 

J'ai caché
Mieux que partout ailleurs
Au jardin de mon coeur
Une petite fleur

 

Cette fleur

Plus jolie qu’un bouquet

Elle garde en secret

Tous mes rêves d’enfant…

 

…L'amour de mes parents… - Petite fleur de Sidney Bechet

 

 

Petite fleur... les mots de Bechet, tels une ritournelle qui ne connaîtra aucune fin, si ce n’est la fatalité physique de la mort qui nous arrache aux gens que l’on aime. Petite fleur, immortelle, enracinée dans les souvenirs ressurgissant de l’enfance... Mathilde a besoin de nous raconter cette histoire qui, aux yeux de l’auteure, n’est rien de moins qu’une histoire d’amour entre la petite fille de jadis et son père. Cinquante ans après sa mort, comme un pèlerinage de mots et d’émotions, elle retourne sur les ruines du sanatorium d’Aincourt où il a fini ses jours, dans les années 30, atteint de tuberculose.

 

J’entends sourdre la mélodie de Bechet... « Elle garde en secret, Tous mes rêves d’enfant »... Les odeurs se sont effacées, pour mieux oublier, je suppose, mais il reste les images, les regards inquiets, les rêves bien sûr, nourrit d’espoir. Elle sortait à peine de l’enfance, ne comprenant pas bien toutes ces agitations autour d’elle, autour d’eux, ce grand vide, une nouvelle famille et ce que pouvait bien signifier un sanatorium. La tuberculose, les bacilles, le sang qui s’écoule de la bouche. Elle mettra des années à saisir l’ampleur de ces mots. Ce père qui ne sera plus jamais le même homme. C’est donc que là-bas, dans ce lieu que l’on nomme sanatorium, on devient quelqu’un d’autre? Tant de questionnements auxquels Valentine Goby nous amène à réfléchir : le sens de la famille, l’amour inconditionnel, les responsabilités de chacun quand la famille éclate. Mathilde, encore si petite pour tout porter sur ses seules épaules, rembourser les dettes, prendre soin de son petit frère, nourrir ses parents, sauver la maison de La Roche, hypothéquée, étudier et gagner sa croûte. Au milieu du tumulte, se faire discrète, invisible, rester tranquille, parce qu’il y a déjà suffisamment de soucis. Et sa sœur Annie, détachée de tout...

 

« Son ventre est une permission de repli supplémentaire contre lequel tout reproche se fracasse.

La grossesse est une île. »

 

J’entends sourdre la mélodie de Bechet...

 

« Dans mon cœur, Tu fleuriras toujours, Au grand jardin d'amour »…
 

Au café Le Balto, un homme souffle des notes dans un harmonica Hohner. C’était le bon vieux temps, le temps d’« avant ». Son harmonica posé sur une table basse, il prit Odile dans ses bras pour danser un slow. Sur le pont d’un paquebot...

 

« Une femme et un homme se mettent à danser. Serrés, sur leur bout de terrasse. C’est une salle de bal sur le pont d’un paquebot, on en oublierait presque les côtes manquantes, les lobes tranchés, les cavernes ouvertes, les bras quasi noirs du père et l’eczéma qui ronge sa peau… »

 

Sur mes vingt ans
Je m'arrête un moment
Pour respirer
Ce parfum que j'ai tant aimé

 

N'aies pas peur
Cueillie au fond d'un cœur
Une petite fleur
Jamais ne meurt

 

Merci mon sweet manU pour ce « roman solaire ». Mathilde est une femme forte et pleine de vitalité, comme je les aime. Elle avait besoin d’amour et de reconnaissance, du regard fier de son père. Je crois qu’elle l’a compris, un peu plus tard... 

 

Merci à Valentine Goby d'écrire d'aussi beaux romans qui me charment et m'enchantent <3 

Mon avis sur Le sorcier vert

 

Les avis de Nadège, Aifelle, Didi, Fanny et Jérôme

3 juin 2017 6 03 /06 /juin /2017 13:37

 

 

« On peut tuer un être humain sans lui enlever la vie. »

 

Depuis la nuit des temps, les êtres humains « s’affrontent pour la possession des femmes, de l’argent, du pouvoir… ». Ils violent et tuent, sans trop de remords, voire aucun, guidés par cet élan collectif qui pousse les hommes à s’unir pour s’élever au sommet d’une folie meurtrière n’ayant de limite que la soif insatiable de violence. L’amour humain cherche à donner un sens, s’il en est un, à ces batailles qui ont rendu les hommes méconnaissables. En posant un regard cynique sur la vie et les individus qui peuplent le monde, et ayant comme toile de fond la guerre coloniale portugaise tel un prétexte à son exposé, l’auteur nous raconte avec sensibilité les peurs qui nous hantent, incontrôlables. La conscience de la mort, l’indifférence qui en résulte et l’amour maternel vers lequel l’âme cherche sans cesse à revenir, bulle de réconfort dans un monde dont les valeurs essentielles semblent s’être effondrées. Mais aussi l’amour des sens et des souvenirs doux qui apaisent les maux.

 

Deux russes et un jeune révolutionnaire angolais, Elias – alias notre héros - sont retenus prisonniers au fond d’une case, ce dernier gisant à moitié mort. La guerre coloniale portugaise de 1961 vient d’éclater. Vingt-cinq ans plus tard, il se souviendra de cette nuit de terreur à Lunda Norte, où il assistera au viol d’une femme Noire par des soldats de l’armée angolaise. Au milieu de l’horreur, le visage d’Anna...

 

« Sans l’amour qu’il lui portait, la vie n’aurait été qu’une interminable nuit. »

 

Il se souviendra de ses mains noires sur sa peau laiteuse. De ce train filant à toute allure à travers la taïga sibérienne, sa terre natale. Des nuits d’amour et de cette femme qui portera sur sa robe les senteurs de la nuit. C’était le hasard d’une rencontre lors d’une conférence sur le développement durable en Afrique. Dans cette foutue jungle, peu leur importait le regard des autres. Parce que l’amour humain est incolore...

 

Il découvrira la tendresse, la confiance et la peur, celle inhérente à la perte. Sentiment inaltérable, inévitable. J’ai été transportée par ce roman de Makine. Avec douceur, il a su allier la révolution à l’amour - ce qui en fait, à mes yeux, toute sa beauté. L’amour des sens, l’amour maternel et celui des souvenirs. L’amour des mots, l’amour des gestes et l’amour qui panse, qui occulte la haine. L'amour d'Anna et les odeurs de la nuit. L’amour universel...

 

L’amour humain selon Makine. Plus fort que toutes les guerres. Merci Bison :-*

 

« Le soleil de l’Afrique, un billet pour Cuba, de la neige à pelleter et une histoire d’amour ». T’avais raison, j’étais dans mon élément... :P

 

« Croyez-vous qu’après la victoire de la révolution les gens vont s’aimer autrement? »

L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

 

Rechercher