Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 22:47

996542-gf

 

« Jamais je n’ai eu sous les yeux une partition aussi complexe et délicate que la membrure de Clara Werner. Son corps mérite de l’inédit, un mouvement singulier pour main seule, une main qui improvise, une main qui apprivoise » 


Ça y est, je l’ai trouvé, enfin, et je le tiens entre mes mains… C’est ce que je me suis dite en découvrant ce petit livre de Fottorino, soulagée d’avoir repéré le roman qui offrirait à mes sens cette idée d’avoir déjà vécu ma vie, littéralement parlant, d’en avoir éprouvé les plus belles sensations d’amour. Et puis, au final, l’auteur n’est pas allé au seuil des émotions pures. Il s’est arrêté quelque part, alors que je croyais tenir à bout de doigts la promesse du sublime. Tout était là, pourtant. Les blessures d’une femme et les mains d’un homme, pour redonner vie à ce territoire intime et profondément fracassé.  

 

Clara est biologiste. Elle fuira Fès, à l’âge de 23 ans, pour rejoindre l’Institut Océanique de Norvège, dans l’espoir d’une vie meilleure. Elle prendra surtout la fuite d’un mariage raté durant lequel elle sera victime de violence, de séquestration, des pires humiliations. Et son corps se souviendra, il portera les traces de la haine, du manque d’amour, d’une douleur sourde, du regret et du renoncement, aussi. Il sera en mille morceaux lorsqu’elle arrivera à Bergen, couverte d’eczéma. C’est ainsi qu’elle punira son corps du bien-être qu’il éprouve… 


« J’ai l’impression que l’accordeur a repéré une trace sur mon bras. Ses mains me font peur. S’il me touche, il va s’apercevoir que mon corps est en mille morceaux. Ou qu’il n’existe pas. Et s’il réveille ma première peau, ma peau d’avant les coups de minuit, ce sera pire encore. Il verra l’empreinte de ma mère… qui ne m’a rien donné, sinon la vie…»


Lui, on le surnomme « l’accordeur de corps ». Ce qu’il accorde aussi et surtout, c’est la confiance à ceux ou celles qui l’ont perdue. Du bout des doigts, il ressent le chaos sonore des corps meurtris, la souffrance palpable des tissus abîmés. Et le hasard les mettra l’un l’autre sur le même chemin. Avec ses mains aimantes et douces, il l’aidera à retrouver ce qu’elle est, à lui redonner cette part de valeur qui lui revient, en tant que femme. Il fermera les yeux, pour mieux la ressentir, pour lui faire découvrir les limites de son corps, les fissures, les traumatismes. Pour atteindre l’intérieur de ses frontières intimes. Il sera son ultime pourvoyeur de caresses. Mais il faudra beaucoup de temps pour accorder le corps d’une femme qui ne s’aime plus…

 

« Je suis un accordeur de corps. J’accorde les muscles et les vertèbres comme un guérisseur de piano rend leur souplesse aux cordes martelées de la table d’harmonie. C’est toute ma vie, accorder. Au fond, je ne connais pas d’oeuvre plus humaine ». 


L’histoire en soi se laissait savourer, à rythme lent, jusqu’à l’arrivée d’un troisième personnage, peintre. Il posera un regard sur les souffrances de Clara, là où l’accordeur de corps y aura posé ses mains. Ce personnage n’ajoutera rien à l’histoire, sinon qu’il tentera de redonner confiance à Clara en éveillant sa beauté. Je n’ai pas saisi les motivations de l’auteur à ce sujet. Autrement, les images sont magnifiques, j’ai surligné plusieurs passages au fil de ma lecture. Certains symboles sont aussi très forts. Mais il manquait un je ne sais quoi dans l’élaboration des sentiments. Pas que je me sois attendue à des ébats amoureux à ne plus finir, mais certainement à une reconnaissance des gestes posés, en retour. C’est donc la finalité qui m’a laissée sur ma soif, toujours à l'affût d’un certain éveil chez Clara. Aussi respectueusement que ses mains caressaient son corps, jamais n’est exprimé le bien-être profond qu’elles ont sur le grain de sa peau. Le territoire est fragile, certes, mais la reconstruction de l’âme est aussi possible. C’est ma seule déception…    

commentaires

Cristina 04/04/2017 16:42

C'est vrai que tu en parles merveilleusement bien !
Je viens de finir ce livre, que j'ai lu à l'aveugle, j'ai adoré l'écriture, l'histoire, et la fin m'a laissé sur le carreau !
Je découvre un auteur aussi.
J'ai hâte de découvrir d'autres de ses livres !

Merci de tes mots, et tu as raison, heureusement il y a la reconstruction de l'âme !

Slurp Blondinette :)

Nad 05/04/2017 23:14

C'était aussi mon premier roman de Fottorino!
La reconstruction de l'âme, y'a que ça de vrai. Ne jamais cesser d'y croire...
Il m'a manqué un petit quelque chose par moments, que l'auteur aille un peu plus au bout de certaines émotions. Mais c'était un beau moment de lecture...
Bisous ma Rousse

manU 20/01/2017 09:39

Tu en parles bien malgré ta réserve...

Nad 20/01/2017 23:53

Quelques réserves même si j'en garde un très beau souvenir. Des mots doux et un texte qui ont su attendrir mon cœur tout mou... Merci sweet yoU ;-)

le Bison 20/01/2017 09:17

Pourvoyeur de caresses... voilà un métier qui me conviendrait bien, et qui entretiendrait une certaine chaleur au majeur...

Nad 20/01/2017 23:52

Pourvoyeur de caresses, le plus beau métier du monde... ;-)
Quant aux majeurs, émoustillements assurés...... :D

le Bison 05/03/2014 19:01

Il t'a laissé sur ta soif, parce que tu avais surtout envie d'une Blanche de Chambly.
Il t'a un peu déçu... C'est pas grave, tu m'as quand même beaucoup donné envie de le lire. Parce que je trouve l'histoire très belle... et parce que tu en parles bien aussi...

Nad 10/03/2014 20:52



Bien sûr, la Blanche de Chambly… J’aurais dû faire le lien… Je retiens donc que le houblon n’aide pas qu’à étancher la soif, parole de bison
:-) 



Nadael 25/02/2014 17:35

Tu en parles très bien. Je note.

Nad 25/02/2014 21:32



Merci chère Nadael, c’est gentil… Je reste néanmoins déçue par ce livre pour
lequel j’avais beaucoup d’attentes.



Bonne soirée à toi



L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

La Frontière du loup par Hall

Rechercher