Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 17:11

Songes poème théo

 

SONGES 



L’étoile 


Certains soirs il fait bon sur la plage s’asseoir 
Pour regarder le vent jusques au fond des yeux, 
Et puis convoquer Dieu 
A venir au parloir. 

Agrippés aux barreaux de nos prisons de chair, 
User la liberté que l’étoile nous laisse 
De boire sa lumière, 
Ou ténèbres épaisses. 

Le pas mêlant le sel aux embruns clairs-obscurs 
Fouler, mais solitaire, une dernière terre, 
Qui s’offre en un murmure 
A la première mer. 

Savoir que de nos pas, 
Il ne restera pas seulement une empreinte, 
De la page un seul mot, sur la dernière plage, 
Et malgré nos étreintes … 

Le savoir et s’asseoir, le soir, face à la mer, 
Pour regarder l’étoile 
Qui teinte d’infini cette nuit carcérale 
Aux brisants de la Terre. 


Mai 2006 



Amour 


Aiguisant mon attente 
Au fourreau de tes lèvres, 
Le roc de ma jeunesse 
Poussait contre le ciel 

La voile d’un esquif 
Qu’un vent avait perdu 
S’accrochait à la mer 
Et dansait avec elle 

Lorsque tes reins ployés 
Se creusaient en mourant 
Aux vagues insoumises 
Du désir qui nous prend, 

A l’écume des jours 
Ne restait que lumière 
Qui rejetait la mort 
Aux portes du néant. 

Nous sommes grains de sable 
Sous un diamant de Lune, 
Le silence écarté 
Par un seul mot toujours : 

« Amour ». 

 *

Théo 

Mai 2006

commentaires

Théo 26/02/2014 19:12

Chère Nad,

il est vrai que les deux textes -très différents en apparence- ont un lien. Comment échapper à notre condition de poussière cosmique, comment transcender notre petitesse et notre finitude quand on
n'a pas la foi... ?
La réponse est ... l'amour.
Plus fort que la mort dit l'Evangile ; et sur ce point, je suis d'accord :-)

Bises chère Nad

Nad 28/02/2014 15:22



Mon cher J-M,



Les dualités se rejoignent toujours
vers un même continuum – j’en réfère aux « différences » entre tes deux poèmes, et comme tu le dis si bien, quand l’amour est là, rien ne peut être plus grand ni plus beau. C’est le
paradoxe de la vie… n’est-ce pas un peu la même chose lorsqu’on exprime « mourir d’amour »?



Bises à toi cher J-M



Nad 13/02/2014 23:24

Le songe est beau sous la plume de l’amour, et l’éveil tout autant s’il a tenu ses promesses… C’est ce que je lis mon cher J-M dans ce super poème en deux actes. L’étoile n’est jamais loin, elle
brille au cœur du poète, et de l’homme qui l’accompagne dans son étreinte... C’est magnifique…

L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

La Frontière du loup par Hall

Rechercher