Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juillet 2014 3 23 /07 /juillet /2014 00:58

1053415-gf

 

« Notre destin, à nous et à nos semblables, est d’affronter le monde comme les orphelins que nous sommes, pourchassant au fil de longues années les ombres de parents évanouis. À cela, il n’est d’autre remède qu’essayer de mener nos missions à leur fin, du mieux que nous le pouvons, car aussi longtemps que nous n’y sommes pas parvenus, la quiétude nous est refusée »

 

Après Never let me go et Les vestiges du jour, je me suis attaquée à ce magnifique roman. Certains auteurs, comme celui-ci, méritent vraiment d’être découverts dans l’ensemble de leur œuvre. Ses ouvrages ne m’ont pas tous suscité le même intérêt. C’est évidemment une opinion personnelle fondée sur mes valeurs... Mais si j’ai adoré Never let me go, je me suis mortellement ennuyée dans Les vestiges du jour, qui consiste à mon sens en une longue énumération de 350 pages sur les grands salons anglais. Dommage… le film est pourtant excellent…

Christopher Banks, notre héros et narrateur, a vécu sa vie entre Londres et Shanghai. La Chine des années 30 étant soumise à l’invasion massive et destructrice des Japonais, il vécut avec ses parents à l’intérieur des limites strictes d’une concession internationale pour laquelle son père travaillait. Il lui était défendu de pénétrer dans les quartiers chinois de la ville, jugés dangereux. C’est dans cette atmosphère d’ostracisme et d’isolement d’un pays en guerre que l’auteur convie le lecteur à voyager aux côtés de Banks. Ses personnages seront marqués par la solitude. Chacun luttera à sa manière et tentera de survivre.

Mais la trame principale du roman n’est pas qu’associée à la guerre, même si elle constitue le fond historique du roman. Elle tourne autour du kidnapping des parents de Christopher, alors qu’il n’a pas atteint l’âge de 10 ans. Se retrouvant seul, il retournera en Angleterre et deviendra détective. Après des années d’enquêtes et d’investigations, il tentera de les retrouver dans une Chine toujours sous la menace des attaques et d’une situation politique complexe.

Outre Christopher, plusieurs personnages sont marquants dans ce livre. À commencer par sa mère, femme forte et déterminée, qui a mené des campagnes contre le commerce de l’Opium en Chine dans les années 30. Elle revendiquera également les actions commises par la « compagnie » - la concession internationale. Et sera éprise d’une compassion pour le malheur des Chinois défavorisés. Il y aura aussi la belle Sarah, femme énigmatique aux valeurs superficielles. Akira, son ami d’enfance japonais. L’oncle Philip, dirigeant une organisation philanthropique se consacrant à améliorer les conditions de vie dans les quartiers chinois. Allié ou ennemi? 

Le roman est construit sur fond d’intrigue, sans être un policier. Tant mieux, parce que je n’aime pas le polar et je me serais vite lassée. C’est avant tout l’histoire d’un jeune homme déterminé, qui ira au bout de ses convictions. Le regard innocent de l’enfance est mis en valeur par l’auteur, qui évoque avec sensibilité la nostalgie d’un temps passé. La fidélité dans l'amitié et la force des souvenirs se présentent de manière touchante. Fait intéressant, une histoire de mutation génétique m’a ramenée à Never let me go, pour lequel j’ai eu un coup de foudre. Probablement parce que j’ai été émue par le destin de ces jeunes. Tout autant que je l’ai été par Christopher…

« Je pense que ce ne serait pas un mal si tous les enfants comme toi grandissaient entourés de toutes sortes de nationalités, en empruntant un petit quelque chose à chacune. Alors, peut-être que les hommes seraient moins méchants les uns avec les autres. Il y aurait moins de guerres, pour commencer. Oh, oui! Peut-être qu’un jour on en finira avec tous ces conflits, et ce ne sera pas grâce aux grands hommes d’État, ni aux Églises, ni aux organisations comme celle-ci. Ce sera parce que les gens auront changé. Ils seront plus mélangés ».

Quel plaisir d’avoir partagé cette lecture avec Malika et Claudia Lucia :-)

 

Malika : http://3bouquins.over-blog.com/

 

Claudia Lucia : http://claudialucia-malibrairie.blogspot.fr/2014/07/kazuo-ishiguro-quand-nous-etions.html

 

Également lu du côté de chez Eeguag il y a quelques années. Pour lire sa critique :

http://eeguab.canalblog.com/archives/2006/10/01/3053183.html

commentaires

manU 20/10/2016 07:42

Tiens, ça me rappelle que je n'ai toujours pas lu Auprès de moi pour toujours qu'une belle âme m'a offert... ;)

Nad 20/10/2016 23:44

Auprès de moi toujours est mon favori de l'auteur. Ensuite celui-ci et puis je n'ai pas du tout aimé Les Vestiges du Jour, mais j'ai adoré le film.
Une belle âme, ça c'est gentil tout plein...

phil 09/08/2014 16:27

Pour ca qu'on est parti, ca nous correspondait pas !!!
Même si j'ai persisté un petit bout en pharmacognosie histoire de voir de belles plantes!
Mais là aussi, ... la désillusion! que d'la vieilles plantes urticantes!

Nad 09/08/2014 16:44



De belles plantes??? Mdr Qui s’y frotte s’y pique! Elles sont pas
toutes exotiques et tendres…………… 



phil 09/08/2014 16:07

Arrête ! J'vais me prendre pour un critique littéraire là!
Et si l'Bison passe par là, il va se foutre de moi et me dire que je n'avais rien à faire en étude de biochimie et que comme lui, il dirait que j'étais là-bas pour ne voir que les femmes en devenir
en blouse blanche !
Pour le choix du roman, oui suis dac avec toi, j'préfère l'autre dont j'ai mis aussi un avis !!!

Nad 09/08/2014 16:22



Dire qu’après toutes ces années en blouse blanche (pas en biochimie dans mon cas),  jamais je n’aurais pensé que
vous, les gars, vous aviez ce genre de pensées là!!! Ah la désillusion qui me frappe en pleine face ce matin…!!! mdrrrrr 



phil 07/08/2014 11:49

On penserait être en effet dans un roman policier mais non, point du tout ! Même si notre Christopher est un détective de qualité, on n'a pas d'enquête à proprement parlé, les enquêtes de
Christopher sont justes évoquées ! Si y'a une enquête c'est celle sur la disparition de ses parents.

Avec l'auteur on joue au détective qui vérifie les indices, revoit les rapports déjà écrits. On confronte les avis pour approcher la vérité. Notre héros fait des aller retour sur son passé et son
présent. On voit un Christopher étranger à son monde. Il se voit d'une certaine manière mais on le voit autrement. Il n'est pas ce qu'il pense être. Il s'imagine.

Et la recherche de la vérité à propos de la disparition de ses parents va amener notre Christopher dans le jeu entre l'orient et l'occident. J'ai appris ainsi le rôle qu'a eu l'Angleterre sur
l'opium de la Chine!

Peut-on retrouver des parents disparus depuis des décennies et prévoir une méga fiesta avec Binouzes de Chambly à foison pour les retrouvailles?

Bref ce roman de Kasuo est une belle énigme à résoudre !

Nad 09/08/2014 15:51



Coucou Phil, je te lis et avec du recul c’est tellement ça! Bien vu! Christopher est étranger à son monde, un peu
comme les jeunes de Hailsham le sont. D’ailleurs, c’est étonnant comme deux livres complètement différents peuvent se recouper à plusieurs égards. Je pense aussi à cette histoire de mutation
génétique. Pour l’opium, comme toi j’en ai découvert des masses, je ne savais pas non plus le rôle de l’Angleterre dans le commerce et la contrebande. Fascinant! Quel excellent livre, mais quand
je les mets dans la balance tous les deux, je crois que mon plus grand coup de cœur va pour Auprès de moi toujours. Trop émue par ce roman…


 


Méga fiesta jusqu’aux petites heures de la nuit, open bar pour la binouze de Chambly, retrouvailles ou non!
mdrrrrrrrrrrr



le Bison 01/08/2014 22:24

Oups, je croyais que t'étais en mode "vacances" sous les palmiers, mojitos et langoustes à volonté, comme je ne recevais plus de newsletter... Mais le problème vient de chez moi. Pas de panique, tu
peux replonger ton regard dans le verre de Sex on the Beach.

Faudra que j'essaye un jour Ishiguro avant que je deviennes un vestige n'ayant plus la force de lire ses pavés.

Nad 02/08/2014 05:14



Malheureusement, je ne suis plus sous les palmiers mais à Toronto pour quelques jours.
Pas mal moins exotique et excitant... Hummmm, les Sex on the Beach, vodka, la cerise et le quartier d’orange, mojitos, hamac, couchers de soleil et dauphins , musique, accompagné de Murakami et son Kafka. Le bonheur!


Pour Ishiguro, je trouve que l’auteur vaut la peine d’être découvert. Mais
peut-être que comme moi, tu n’aimerais pas les vestiges du jour…  



Nadael 01/08/2014 14:27

Il faut absolument que je lise cet auteur!!

Nad 02/08/2014 05:08




Ses romans sont assez inégaux, je ne les aime pas tous. Et les avis sont vraiment partagés sur le choix du meilleur.. 



claudialucia 25/07/2014 19:27

Oui, je comprends que tu n'aimes pas les personnages qui, à mon avis, ne sont pas mous, mais au contraire corsetés, droits, rigides, maître d'eux-mêmes et de leurs sentiments, enfermés dans des
principes... et donc pas obligatoirement sympathiques pour nos mentalités. De plus Kazuo Ishiguro est le maître du non-dit et tout ce qui n'est pas dit il parvient à le faire ressentir à ses
lecteurs. Rien n'est donc affirmé,tu as raison, mais ce n'est pas mou, tout est en retenue. Et c'est ce que j'ai aimé... J'aimerais bien découvrir les autres Ishiguro.

Nad 28/07/2014 23:26



Je crois que tu as parfaitement raison. Et puis, le choix de mon
qualificatif « mou » n’est pas approprié. C’est peut-être l’histoire qui est un peu « molle/lente » à mon goût. Ou bien, comme tu le dis, c’est la rigidité des personnages. Je
suis une passionnée de nature, sans doute pour ça que j’ai besoin que les émotions soient vives.



claudialucia 24/07/2014 21:37

Oui, un plaisir de venir vous lire Malika et toi. Je suis contente d'avoir fait cette LC avec vous deux!
C'est drôle comment les goûts peuvent différer. Si j'ai aimé "Quand nous étions orphelins" pour de nombreuses raisons que nous partageons, j'ai été moins touchée que par Les vestiges du jour. Comme
je le disais à Malika, l'histoire de ces personnages qui s'aiment mais qui passent à côté de la vie et refusent de s'avouer leur amour m'a emplie de nostalgie. Ils sont incapables de se libérer des
conventions sociales et d'un schéma mental ancré si fortement dans leur esprit qu'il leur est impossible de s'échapper. Et c'est d'autant plus triste que cet univers pour lequel ils ont tout
sacrifié est en voie de disparition. D'autre part, dans les salons anglais on parle politique, les représentants des différentes nations y sont réunies, on y prépare l'avenir, on y voit que les
conditions drastiques du traité de Versailles ont préparé la seconde guerre mondiale et la venue du nazisme. Le roman est donc aussi passionnant d'un point de vue historique. J'ai bien aimé aussi
la fin lorsque le maître américain choque son majordome par son franc parler et ses manières. Beaucoup d'humour.

Nad 25/07/2014 00:43



Pour les vestiges du jour, c’est vrai que cette
histoire d’amour inassouvie est touchante et triste à la fois. Tout ça pour une question de convention, d’époque aussi. Mais j’ai besoin de dialogues plus forts, là, c’était trop mou à mon goût,
trop lent. J’ai besoin que les personnages des romans dans lesquels je m’immerge soient plus affirmés, que les sentiments s’expriment en profondeur.  En même temps, dans la vie de tous les
jours, j’ai beaucoup de mal avec les gens mous… Alors c’est aussi une question de valeurs 



Malika 23/07/2014 17:06

Merci encore chère Nadine pour m'avoir emmené dans l'univers si particulier d'Ishiguro, cette lecture m'a permise de mieux comprendre cet auteur et son rapport à ses thèmes de prédilection :
l'enfance, la nostalgie et la mémoire.
Les vestiges du jour me tente aussi beaucoup même si plusieurs avis m'ont un peu refroidie ... sûrement un jour quand même !!

Nad 24/07/2014 01:21



C’était un plaisir de partager cette lecture chère Malika. Et quelle critique tu as fait! Les vestiges du jour… à mon
sens, le film est très bon, mais je me suis vraiment ennuyée avec le livre. Il ne se passe rien et l’auteur entre dans de longues descriptions des salons anglais et des paysages. Peu (ou presque
pas) de profondeur dans les émotions. Je l’ai terminé en passant des pages. Pénible…



Eeguab 23/07/2014 07:33

Hello Nadine. Comme je l'ai dit chez Claudia j'ai beaucoup aimé ce livre et l'ai chroniqué aussi il y a pas mal de temps. Plus intéressant à mon avis que Auprès de moi toujours (Never let me go). A
bientôt.

Nad 24/07/2014 01:20



C’est grâce au commentaire enthousiaste que tu avais fait sur mon blog concernant ce livre que je l’ai acheté… et
adoré! Alors merci 



L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

Résultats de recherche d'images pour « les enfants de l'exode salgado »
 

Rechercher