Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 00:18

Loup2ok

 

« L’important, c’est d’arriver. Peu importe la durée du voyage »    

 

Sors ton Kanuk et tes bottes à poil, tes mitaines et ta tuque, direction le 66e parallèle de latitude nord du cercle polaire arctique. Douillets s’abstenir…

 

J’ai ce goût de l’Alaska, du Nunavut et du Grand Nord. Eh oui... Pourquoi me regardez-vous de travers? Parce que tu n’en as pas assez de la neige cinq mois par année, à moins 40, qu’on me dit? Mais non, la neige pour moi, c’est comme un grand poème d’amour. Les flocons dansent dans le ciel, s’épanouissent dans la chute et viennent mourir sur ta joue. C’est pas romantique ça? Je suis une femme d’hiver, née un jour de tempête de neige, en plein cœur d’un janvier frileux. C’est sans doute ce qui a forgé en moi ce goût passionné des extrêmes. Une attirance vers ces bouts de monde à la Sepulveda et Tesson, version sud, version est. Un désir, plus fort que la rage encore, de vivre en harmonie avec la nature sauvage, d’escalader les montagnes ou les pics glaciers, ailleurs qu’au mur d’escalade de la rue du Vieux-Port. Ce goût des aiguilles de pin qui tapissent le sol et l’odeur du feu de bois qu’on regarde s'éteindre jusqu’à la dernière braise. Ce décor figé dans la glace et pour lequel je fonds d’amour…

 

« La quinzaine de petites tentes luisaient dans la nuit claire, comme des lanternes éclairées de l'intérieur et disposées sur le sol en prévision d'une cérémonie secrète. L'ensemble évoquait un village d'êtres féeriques, tout droit sortis d'une vieille légende. Un voyageur aurait douté de sa réalité... »

 

Nicolas Vanier, lui, n’a pas peur du froid. Passionné du Grand Nord québécois, il a suivi les traces des Indiens montagnais, puis traversé la péninsule du Labrador, guidé par ses chiens de traîneau et accompagné de ses loups. Il a vécu dans une cabane des Rocheuses et de la Colombie-Britannique, puis parcouru le Yukon jusqu’en Alaska. Voyagé face au vent dans les forêts glacées de Sibérie. Descendu des rivières en radeau de sapin et en canoë jusqu’au détroit de Béring. C’est un voyageur de l’extrême. Extrêmement passionné, infiniment passionnant.

 

Loup4 


Serguei, 17 ans, est ému par le spectacle d’une louve jouant avec ses petits. De la lueur qui éclaire ses yeux, à la vue du spectacle, il est conscient de violer les lois de son peuple nomade. Pire encore, comme futur chef, il doit les abattre. Il refuse. Rejeté de son clan, il devra survivre seul avec ses « Loups », en pleine Sibérie. Les destins se croisent, car le jeune Ohio du « Chant du Grand Nord », 15 ans, sera aussi chassé de son peuple pour les mêmes raisons. Il a refusé de respecter les traditions de sa tribu Nahannis et partira avec ses Huskies. Tous deux sont allés au bout de leurs convictions. Ils ont choisi une vie en solitaire à la mort de leurs plus fidèles compagnons. Leur destin a basculé du jour au lendemain. Et jamais ils ne se sont retournés pour regretter.

 

« À force de parler à ses loups, il avait l'impression de les entendre lui répondre. Il lisait dans leurs yeux la moindre interrogation, la plus petite peur. Surtout, il y reconnaissait la confiance absolue et permanente qu'il avait fini par conquérir, au prix du renoncement ultime, celui auquel nul être humain n'avait consenti avant lui. L'abandon de tout ce qui, jusque-là, avait fait de lui un homme parmi les hommes. »

 

Je poursuis mes lectures de Vanier, un peu pour me rappeler les igloos de mon enfance et les gros bonhommes de neige avec un foulard autour du cou. Beaucoup pour ces odeurs de bois dans la cheminée. Énormément, rien que pour sentir la neige qui fond sur la langue. Extrêmement, comme un souvenir de bouts de doigts gelés et d’orteils qu’on ne sent plus. Passionnément, pour toutes les batailles de boules de neige auxquelles je suis imbattable (sourire). Finalement, à la folie, pour le plaisir de boire un grand chocolat chaud avec des guimauves qui flottent à la surface... Miam! Sans oublier les queues de castor au Nutella. Mortel...

 

loup5

commentaires

le Bison 07/02/2015 22:40

Je savais bien que tu en avais parlé quelque part. Dès qu'il y a de la neige, faut que je vienne ici.
Je m’interrogeais donc sur les lectures de Vanier. A partir de quelques âges, cela peut être lu ? Tu as un avis sur ce sujet ?

Nad 08/02/2015 04:45



Je pense qu’à partir de 11-12 ans un Bison junior serait prêt pour affronter le Grand Nord de Vanier. En plus le style est simple et accessible. À mon sens il n’y a pas plus belle initiation à la nature. Ce que j’aime chez lui c’est l’enseignement qu’il
communique à travers ses ouvrages, l’importance d’apprivoiser la nature, de la respecter et puis surtout le fait d’aller au bout de ses rêves. Je te comprends de vouloir transmettre ta passion
des grands espaces. Quel bel héritage d’amour Bison. À l’occasion tu me diras ce qu’il en a pensé le petit…



MTG 15/10/2014 08:43

Je t'avoue que depuis que Vanier a été mis en cause pour des mauvais traitements sur ses chiens , dans sa meute implantée dans le Vercors, je vois le personnage d'une autre manière...mais
laissons-lui le bénéfice du doute...

Nad 17/10/2014 22:28



Oui, laissons-le-lui…



Philippe D 11/10/2014 21:45

Moi qui aime les grands espaces et la nature vierge de toutes traces humaines, j'apprécierais peut-être ces récits.
Bon weekend.

Nad 13/10/2014 05:13



Je préfère ses récits de voyage à ses romans. Mais dans un cas comme dans l’autre, le
dépaysement est garanti…



claudialucia 11/10/2014 18:54

J'ai lu Vanier avec beaucoup de plaisir. Je suis comme toi j'aime l'Alaska, le blizzard, la neige... mais seulement en imagination, par le biais de la lecture! Depuis mon enfance j'éprouve une
passion pour le grand nord canadien, les loups, les folles équipées en traîneau,les tempêtes,la neige! C'est de la faute de James Oliver Curwood et de Jack London. Déjà quand j'avais sept ans, je
rêvais d'aller au Canada! C'est fait! j'ai voyagé deux fois au Québec mais seulement en été parce que dans la vie réelle, je suis horriblement frileuse!

Nad 13/10/2014 05:11



Avec un bon manteau et des bottes chaudes, on ne sent presque pas le froid! Enfin, un
peu quand même, au bout des doigts et des orteils  Tes bains scandinaves doivent être pas mal plus chauds (sourire)
 



Nadael 09/10/2014 09:57

Alors tu vois moi c'est tout le contraire! Je suis une fille de l'été (née le jour de la Saint-Jean en pleine canicule!). Je déteste avoir froid... bon évidemment les flocons de neige qui
tourbillonnent me font fondre ainsi que les paysages enneigés mais je regarde de loin!! Bises.

Nad 09/10/2014 12:37



C’est même le monde à l’envers puisque tu es née le jour de la fête des Québécois et
que je suis née le jour de l’Épiphanie! Mdr Mais même prénom, qui tire son origine, souviens-toi, non pas du néant, mais de l’espoir. NADA!  Bisous



Eeguab 08/10/2014 07:56

Hello Nadine. Vu seulement Le dernier trappeur, sympa. A bientôt.

Nad 08/10/2014 14:34



Le dernier trappeur et la rencontre du grizzly (ma hantise)! Les paysages sont à couper
le souffle.



le Bison 07/10/2014 22:29

Je n'ai jamais lu de Vanier, peu attiré aussi par ses films. Bizarre. Je ressens plus une attirance pour Tesson, même si je n'ai pas encore eu l'occasion de le lire (mais ça ne serait tarder, dès
que j'aurais pensé à mettre ma bouteille de vodka au congélateur, à défaut de trouver un igloo en bas de chez moi). Peut-être aussi parce que l'aventure humaine m'intéresse plus que celle des loups
et c'est certainement (peut-être à tort) la raison pour laquelle je n'ai pas encore été flirté du coté de Vanier dans les librairies.

Nad 07/10/2014 23:30




Je n’ai pas non plus le même attachement envers les écrits de Tesson et Vanier. Peut-être parce que les livres de Tesson sont tous des récits de voyage, que j’affectionne particulièrement. J’ai
eu ma période avec ses écrits, où j’ai presque tout lu un à la suite de l’autre. Vanier fait aussi des récits de voyage, comme ce si beau livre qui raconte sa vie dans une cabane de la
Colombie-Britannique. Mais certains de ses livres sont aussi romancés. En tout cas, deux gars qui n’ont pas peur de la solitude et des coins perdus. Il me reste une p’tite place pour ta vodka
dans l’igloo, si jamais ton frigo est plein 



phil 07/10/2014 17:27

Et bien, je dirais à la Brassens:
"gare au bison onnnnnn onnnnnnn onnnnnnnnnnn on!"
un tit cul de bison, c'est un mets de choix pour ces tits loups affames !

le film qui parle de ce jeune futur chef qui refuse de tuer les loups, génial !!!!! ces paysages, génial !!!!
et avec tit whisky, une femme bien chaude pour te réchauffer hummmmmmmmmm

Nad 07/10/2014 23:26



Ce film est magnifique! Toute cette blancheur, l’immensité du paysage…


 


Maintenant, passons à Brassens et aux choses sérieuses. Je vois aussi la ressemblance
entre le gorille et le bison, tu as l’œil Phil! ptdrrrrrr j’pense effectivement que notre Bibison est mieux de rester dans l’enclos de son ranch s’il ne veut pas finir ses jours en terrine
bacon-canneberges. Ces bizounets, les loups en raffolent, ça doit être le poil qui les attire…  



manU 07/10/2014 15:45

Belle escale sous la neige que tu nous offre là !
J'aime beaucoup les films de Vanier mais je n'ai encore lu aucun de ses livres...
Des queues de castor au Nutella ?? Connais pas ! :D

Nad 07/10/2014 23:24



Les queues de castor au Nutella? Je suis trop
contente qu’on me pose la question! 


C’est un genre de crêpe épaisse en forme de
queue de castor avec trois pouces de Nutella fondu sur le dessus. Avec un grand verre de lait froid c’est à mourir! MIAM!!! Impossible d’y résister!




https://www.google.ca/search?q=http://queuesdecastor.com/&espv=2&biw=1366&bih=667&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ei=YzE0VLfFDZT9sASFkYDYAg&ved=0CAgQ_AUoAw#tbm=isch&q=queue+de+castor+au+nutella&facrc=_&imgdii=_&imgrc=2Il9y_mywACd8M%253A%3BgPInWgtOstsfPM%3Bhttp%253A%252F%252Flaquebecouaise.l.a.pic.centerblog.net%252Fdrdw0tfu.jpg%3Bhttp%253A%252F%252Flaquebecouaise.centerblog.net%252F7.html%3B750%3B269



L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

Résultats de recherche d'images pour « les enfants de l'exode salgado »
 

Rechercher