Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 22:21

images1HD474H2

 

Avant d’aborder ce livre, demandez-vous si vous êtes en grande forme psychique. Pour ceux ou celles qui habitent le Québec, il est certainement à proscrire en ces longs mois d’hiver où la moitié de la population déprime dû au manque de lumière. Revenez-y donc au printemps, frais et dispo. Parce que dans ce roman, on y décortique la folie sous toutes ses formes. Et il ne serait pas exagéré de dire qu’en réalité, il offre en soi un synopsis assez précis et juste du DSM 5R. Mais est-ce pour autant un roman médiocre? Pas du tout, bien au contraire… Seulement, le style est lourd et les personnages aussi malsains les uns que les autres.

 

Il m’est difficile de faire une brève critique sans en comparer le Rochester de Jane Eyre (Charlotte Brontë) avec le Heathcliff de celui-ci, tous deux, étonnants de ressemblances. Si Rochester est mystérieux, solitaire, antisocial, autoritaire, sec, froid et méprisant, Heathcliff présente les mêmes traits, auxquels j’ajouterais la violence, l’irrespect, la cruauté, la tyrannie et la hargne. Vous tenez le coup? Personnellement, je n’étais pas certaine d’avoir envie de poursuivre cette lecture, d’autant plus que les autres personnages ne m’offraient pas un portrait beaucoup plus reluisant. Dans l’ensemble, les psychés sont morbides et dysfonctionnelles. Certaines y voient des fantômes, des spectres, des diables et Satan. Les dialogues sont teintés de pleurs, caprices, hystérie et menaces. Aucun état d’âme ne nous est épargné. Les rapports sont tordus et malsains. De plus, on se perd complètement dans les noms. Heureusement, un tableau généalogique en début de livre vient secourir nos amnésies momentanées.

 

Paradoxalement, je suis heureuse d’avoir mené à terme cette lecture. C’est l’œuvre d’une femme qui a défié les pensées de son époque pour s’ouvrir sur un monde alors mal compris : la folie. Rappelons qu’Emily Brontë est née en 1818. Il ne fait donc nul doute dans mon esprit que son roman a fait l’objet d’indignation et de soulèvement populaire. Je crois que pour s’y connaître aussi bien sur les déviations de la psyché, il faille les avoir côtoyées de près dans son environnement immédiat. Je n’ai pas analysé son histoire familiale, ni les liens qui unissaient ses membres, encore moins n’ai-je cherché à savoir si ce livre s’offrait, au même titre que Jane Eyre, comme une autographie de l’auteure. Mais les traces de son propre héritage transpirent à chaque page. Elles sont bourrasques de vent, fidèles au titre de ce grand roman…

commentaires

Malika 13/05/2014 10:19

En effet les soeur Bronté ont vécu dans une atmosphère pesante et aliénante entre un père autoritaire et solitaire et un frère qui inspira beaucoup Emily pour son personnage de Heatcliff.

C'est un très grand roman mais effectivement l'ambiance est lourde et très sombre !!
Je te recommande le roman "Quand j'étais Jane Eyre" de Sheila Kolher qui raconte très bien le vécu de cette famille très particulière.

Nad 14/05/2014 01:22



Oh oui, quel grand roman ! J’en garde un très
beau souvenir. Autant en lisant Jane Eyre que Les Hauts de Hurle-Vent, je sentais les échos, à chaque page, d’une famille profondément dysfonctionnelle. J’adore ces livres qui creusent dans
l’esprit humain… 



dasola 24/01/2014 07:52

Bonjour Nadine, c'est le seul roman que j'ai lu deux fois en VO (pour mes études d'anglais, cela remonte à 30 ans). Son romantisme échevelé date un peu mais c'est une belle histoire d'amour sur
fond de landes du Yorkshire (une région que j'aimerais bien visiter). Bonne journée.

Nad 24/01/2014 18:49



Merci Dasola de ton passage très apprécié. Ce livre est vraiment magnifique, même si le fond demeure noir. Le Yorkshire est une région que j’ai eu la
chance de visiter, et je dois dire que l’empreinte des landes émane avec justesse de ce chacune des pages. Impossible de ne pas ressentir les bourrasques du vent…


Bonne journée


Nadine



L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

La Frontière du loup par Hall

Rechercher