Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 04:59

1450715-gf 

Je dois à Zafon la force de l’emprise qu’il a à me faire voyager dans le Barcelone mystique que j’aime tant. Il a le pouvoir d’emprisonner mes pensées pour les mener vers des lieux d’évasion desquels je ne voudrais jamais revenir. Dans ce roman, j’ai revu avec nostalgie La Rambla, menant à la mer, le Parc Guell et ses jardins magnifiques, le quartier gothique, la Sagrada Familia, œuvre grandiose, le marché abondant de la Boqueria, le Palau de la Musica où j’ai été emportée d’émotions par un quatuor à cordes et les pas d’un flamenco… J’ai aussi et surtout revu Gaudi et chaque recoin de son œuvre architecturale qui m’avait initialement amenée à faire ce voyage. Ne serait-ce que pour m’avoir permis de revisiter ces lieux, je suis comblée par le roman… Mais avant tout, et objectivement, il est très bon.  

 

L’histoire se situe donc à Barcelone, en période d’avant et après-guerre. Quelques brèves références historiques à la guerre civile opposant les républicains et les nationalistes, ainsi qu’à la chute de Barcelone, viennent alimenter le contexte de l’histoire sans en faire pour autant un roman historique. La prison de Montjuic, qui a gardé sous les verrous les détenus politiques sous Franco, est au cœur de ce roman énigmatique. L’atmosphère est chargée, elle donne froid dans le dos. Il s’agit sans doute du tome le plus noir de cette trilogie, car si les deux premiers tomes nous laissaient l’empreinte mystique, voire enchanteresse, des quartiers gothiques de la ville, celui-ci nous plonge dans l’univers sinistre du milieu carcéral et des sentiments fragiles.

 

Nous retrouvons quelques personnages tels que Daniel Sempere, chez qui la magie de l’enfance a laissé place aux soucis et aux responsabilités familiales. Fermin sera le principal acteur. Nous découvrirons enfin les énigmatiques David Martin et Julian Carax, même si certains questionnements me sont restés à leur sujet. Et surtout, nous sommes ramenés au cœur du Cimetière des Livres Oubliés, ce lieu que j’ai envié Daniel de découvrir. Tout au long de ce roman, on est transporté par l’amour, celui du cœur et des sentiments, par la fidélité de l’amitié et les fantômes qui se cachent derrière les réminiscences du passé… Ah…! Zafon, je l’aime, tout simplement…

commentaires

Nadael 12/02/2014 17:39

J'ai L'ombre du vent qui m'attend depuis des lustres... tu me donnes envie.

Nad 12/02/2014 21:49



J’adore cet auteur. « L’ombre du vent » est mon favori des trois. En
deuxième je dirais « Le prisonnier du ciel » et en troisième « Le jeu de l’ange ». Mais c’est un avis tellement personnel… Merci de ta venue ici chère Nadael...



le Bison 09/02/2014 12:15

Il faudrait que je replonge dans ce cimetière des livres oubliés. Rien que le nom me fait rêver et fantasmer... J'ai par contre quelques tramway de retard, n'ayant lu que Le jeu de l'Ange.
Mais quelle belle écriture que ce Carlos...

Nad 10/02/2014 14:05



Je payerais cher pour qu’on m’amène dans ce cimetière de livres :-) Ah oui, la plume de Carlos est magique…


Merci de ta venue ici Bison



L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

Résultats de recherche d'images pour « les enfants de l'exode salgado »
 

Rechercher