Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 12:21

La grammaire est une chanson douce

 

J'ai trouvé ce tout petit livre par hasard, chez un bouquiniste de l'Outaouais. Je n'avais plus rien à me mettre sous les yeux, alors j'ai «fouillé», me laissant aller à mes ressentis. J'aime tant parcourir les rayons ainsi, sans avoir au préalable de titre en tête, ce à quoi je me suis laissée aller trop peu souvent. Donc je ne cherchais rien de précis... Et mon regard a croisé le titre de ce roman à l'évocation si belle et poétique. Mais, quand j'ai vu qu'il avait été écrit par un académicien, je l'ai reposé. J'ai horreur généralement de ce genre de livre, que je classe dans la même catégorie que les prix Goncourt. Non seulement ils m'ennuient, mais en plus je les trouve prétentieux. Et pourtant, chaque fois mon regard y revenait, appuyé, de surcroît, par la quatrième de couverture. Alors je l'ai acheté... Je ne me lançais pas dans une grande aventure, le livre fait 150 pages et est écrit en gros caractères! Mais quand même, je suis allée au bout de mes préjugés...


Jeanne et son frère Thomas font naufrage au large d'un archipel imaginaire où des lettres de Scrabble flottent sur les eaux. Comme chaque naufragé de l'île, ils y arrivent muets, la tempête ayant arraché tous leurs mots. Les personnages de ce roman sont des verbes, des noms, des pronoms, des adjectifs, des articles... Et ils tombent malades, en plus d'avoir des sentiments. Tantôt maltraités, tantôt répétés sans cesse et usés, appauvris et massacrés, ils gisent sur des lits de fortune dans un hôpital surchargé de patients.


Ce roman, représenté sous forme allégorique, porte non seulement sur la relation d'amour entre l'écrivain et ses mots, mais d'abord et avant tout sur l'importance de préserver la justesse de la langue. Sans oublier, bien sûr, d'apprendre à relever les défis de la grammaire, des exceptions et des accords. L'auteur dira: «Les mots c'est comme les notes. Il ne suffit pas de les accumuler. Sans règles, pas d'harmonie. Pas de musique. Rien que des bruits. La musique a besoin de solfège, comme la parole a besoin de grammaire». Jeanne et Thomas prendront donc conscience du fait qu'avec les mots nous ne sommes jamais seuls. Nous nous enrichissons d'un trésor inestimable dont trop d'hommes sont appauvris et limités. Des forces destructrices et protagonistes, telles que la peur, la paresse et l'indifférence, chercheront sans cesse à nuire au savoir. Et il faudra à chaque instant s'en préserver...


Je ne peux pas dire que c'est le genre de lecture qui me permet de beaucoup m'évader, et je n'aurais pas lu 100 pages de plus. Évidemment, ce n'est pas un polar ni un roman à la psychologie fine qui pousse à de belles réflexions sur l'âme humaine et dont les dialogues sont d'une richesse émouvante. Mais j'ai aimé l'idée originale de la présentation, d'autant plus que la langue française me tient à cœur. Et surtout, je l'ai lu jusqu'au dernier mot:)

commentaires

manU 04/10/2015 22:18

En voilà encore un qu'il faudrait que je sorte de ma PAL...

Nad 05/10/2015 21:25

Un très beau roman tout en poésie... <3

Théo 29/09/2012 09:54

Les mots ! je les aime, parfois pour ce qu'ils sont (il en est de jolis) mais surtout pour ce qu'ils expriment ... certes mon chien me dit son amitié sans mots mais je sens bien qu'il aimerait
parler !
Encore faut-il une syntaxe et des règles qui donnent du sens comme j'essaie désespérément de le faire comprendre à certains étudiants qui écrivent, les malheureux, le contraire de ce qu'ils veulent
dire ! Quel handicap, lorsque l'on a le don de parole et la possibilité d'écrire ! Mal utilisés, ils ne servent plus à rien, sauf à induire en erreur.
Et pour finir, un mot de Littré himself :

Son épouse entre sans frapper dans la chambre conjugale et le trouve au lit avec une servante. "Oh, Monsieur ! Je suis surprise !
- Non Madame, vous êtes étonnée ; c'est nous qui sommes surpris ..."

L'histoire ne dit pas si l'épouse s'est confondue en excuses ou si elle a sorti le rouleau à pâtisserie;

Bises

Marée de mots 29/09/2012 22:20




Ah! Toi aussi ton animal aimerait parler? Fais-moi penser de t'envoyer à l'occasion une photo de mon matou quand il
me parle. Quelque chose me dit que tu n'as jamais vu ça nulle part...


Je vois que le Littré himself (le dictionnaire et non l'homme) contient un certain humour! Qui ne lui est sans doute pas dû (à l'homme), mais qu'il doit fort probablement à un de ses auteurs. Je
regarde depuis 5 minutes une photo du monsieur Littré en question sur Google et il m'est difficile de penser que même une esquisse de sourire puisse s'échapper de ses lèvres. C'est d'un
sérieux...!


Pour en revenir à l'anecdote, elle est géniale! Elle m'a tellement fait rire. Le mari a bien fait de reprendre sa femme sur le mot juste, non mais! Dans de telles circonstances, c'est d'une
importance capitale! Elle lui a sans doute pardonné ses fautes...


Merci pour ta venue ici.


C'est vrai qu'il en est de jolis mots... et toi, tu sais les mettre en valeur dans tes textes...


Bisous



L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

Résultats de recherche d'images pour « les enfants de l'exode salgado »
 

Rechercher