Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 août 2013 2 27 /08 /août /2013 15:05

27330-gf

 

C’est la mort d’Henri Morgentaler, en mai dernier, qui m’a ramenée plusieurs années en arrière, à la lecture de « L’événement ». Ce médecin était le porte-étendard de la lutte des femmes pour l’avortement. Polonais d’origine et ancien rescapé de Dachau, il a consacré sa vie à la pratique clandestine de l’IVG (interruption volontaire de grossesse), soutenant que sa philosophie de l’acte n’était rien de moins qu’une lutte pour la justice et la dignité des femmes. Peu d’hommes, aussi idéalistes soient-ils, ont pris autant de risques pour le droit des femmes. S’il a évidemment été extrêmement contesté par les forces réactionnaires, Morgentaler a fait preuve d’un courage sans nom dans la défense de ses convictions, jusqu’à sacrifier 10 mois de sa vie dans une prison de Montréal pour avoir usé de cette pratique clandestinement… 

 

Si Annie Ernaux, dans « L’événement », s’est affranchie par les mots d’un lourd fardeau, elle a aussi eu la force de s’élever au-delà des préjugés pour s’affirmer, non seulement dans ses croyances, mais aussi dans la lutte d’un sujet fort controversé. Elle nous raconte dignement ici son avortement, à l’âge de 23 ans et en plein cœur des années 60 alors que l’IVG est à cette époque en France sévèrement punie par la loi. Il s’agit ainsi d’une autobiographie sur cet épisode marquant de sa vie, pour lequel elle se donne le droit imprescriptible d’écrire, l’ayant vécu et jugeant qu’il n’y a aucune vérité inférieure.

 

Annie Ernaux est une authentique. Elle s’approche de la réalité avec tant de finesse et de naturel que nous nous sentons submergées par son vécu. En plus de briser les chaînes de la culpabilité, par les mots, elle a fait de la violence vécue une victoire individuelle. Avec courage, elle affirmera : «ce qui poussait en moi c’était, d’une certaine manière, l’échec social.» Je dirais, pour ma part, que l’échec social est également la part d’aveuglement d’une société incapable d’envisager de manière réaliste la condition reproductive des femmes. Malgré la culpabilité et la crainte, elle a vécu son avortement comme une libération extraordinaire. De cette expérience simultanée de la vie et de la mort, elle s’est sentie naître et mourir à la fois d’une mère trop présente. Elle exprimera de manière assez touchante : « Je sais aujourd'hui qu'il me fallait cette épreuve et ce sacrifice pour désirer avoir des enfants. Pour accepter cette violence de la reproduction dans mon corps et devenir à mon tour lieu de passage des générations ». Ces quelques mots en disent long sur l’acceptation de son geste…

 

Ce court récit a aussi éveillé en moi un certain nombre de réflexions. Il eut été difficile pour l’auteure de partager un vécu aussi intime sans qu’en résultent maints questionnements sur la condition féminine de l’époque. Elle ne manque pas de rappeler que sa pensée s’affilie au dogme proférant que les différences entre les sexes sont socialement construites. Et rappelons-le, cette philosophie de base est née chez Simone de Beauvoir qui affirmait qu’« on ne naît pas femme, on le devient ». S’ajoute à ses réflexions le pouvoir de vie et de mort qu’ont les femmes, et qui ont paradoxalement fait d’elles l’objet d’une domination masculine à plusieurs niveaux. En allant au bout de son avortement, elle dit avoir ainsi marqué la seule différence indiscutable entre les sexes. Elle rappelle également que si le sexe se passe de reproduction, l’inverse n’en demeure pas moins assez exceptionnel. Les tests de dépistage du sida s’ajoutent au processus pour en accentuer la peur. Car si certaines femmes ont non seulement eu à subir un avortement, elles vivent également dans la crainte d’être contaminées.

 

Finalement, je vous laisserai sur ses mots : « Il était impossible de déterminer si l’avortement était interdit parce que c’était mal, ou si c’était mal parce que c’était interdit. On jugeait par rapport à la loi, on ne jugeait pas la loi. » Quant à moi, qui peut juger de l’honorabilité d’un acte qu’il n’a pas eu lui-même à affronter? Au nom de quoi certaines personnes se donnent-elles le droit de disposer du corps d’autrui? En prônant haut et fort que l’IVG est un crime, on contribue à mon sens à souiller la blessure déjà existante et à exercer un droit sur la plus intime des valeurs : la dignité. C’est ce qu’Annie Ernaux s’est à mon sens efforcée de transmettre…

commentaires

le Bison 16/03/2017 13:51

Ton billet très beau.
Je ne connais pas le style d'Annie Ernaux.
Parce ce que je n'en ai encore jamais lu ni jamais eu dans ma PAL. Est-ce que je vais y remédier... ? Est-ce que je dois me contenter des chroniques de blogueuses ? parce que son univers si féminin ne risque-t-il pas d'aller à la rencontre avec celle du mâle qui sommeille en moi ? :D

Non, sérieux... Très belle chronique. Un sujet souvent brûlant, et même maintenant. Des décisions difficiles et courageuses, celle de le faire puis celle de l'écrire. Maintenant, je ne suis pas vraiment attiré par l'histoire. Ça a l'air de manque de sex on the beach... Non ?

Nad 17/03/2017 00:54

Sûr que c'est un univers féminin qui ne doit pas parler à tout le monde :P
Mais c'est tellement humain, des choix difficiles et courageux comme tu dis...

manU 16/03/2017 04:08

Ton billet est très beau.
J'aime beaucoup le style d'Annie Ernaux, très sec, qui va à l'essentiel.
Je n'ai pas encore lu ce livre mais il est dans ma PAL et je sens que je vais vite y remédier...

Nad 17/03/2017 17:20

mdrrrrrrrrrrrrr J'le préfère quand même en grenouille, y'a plus de chair à croquer que dans l'têtard! ^^

le Bison 17/03/2017 08:56

Et le crapaud se transforma en grenouille pour nous en parler... Qui a parlé de têtard ?
;)

Nad 17/03/2017 00:52

Cette lecture m'a profondément touchée.
Ça me ferait plaisir que tu le lises un jour et que tu m'en parles... :-*

L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

La Frontière du loup par Hall

Rechercher