Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juillet 2014 1 14 /07 /juillet /2014 13:52

barbara1

 

« La vallée de Tucson se trouvait étalée devant nous, nichée dans son berceau de montagnes. La plaine déserte qui nous séparait de la ville s'offrait à nous comme une main à une diseuse de bonne aventure, avec ses buttes et ses mamelons, les lignes de vie et de coeur des lits secs de ses cours d'eau.
Venant du sud, un orage approchait, lentement. Il ressemblait à un immense rideau de douche gris-bleu tiré par la main de Dieu. C'était tout juste si on voyait au travers, si on distinguait les contours des montagnes de l'autre côté. De temps en temps, de blancs rubans de lumière bondissaient nerveusement entre les nuages et les sommets des montagnes. Une brise fraîche se levait derrière nous, parcourant de frissons les troncs des prosopis »

 

Barbara Kingsolver fait partie de mes écrivaines américaines favorites. Quelle dame! La vie rêvée, une petite ferme isolée dans les Appalaches, loin de l’agitation urbaine. J’aime bien ces femmes déterminées, qui ont du caractère. Militante, elle a longtemps contesté l’engagement américain au Vietnam et milite contre le maccartisme… et pour la liberté des femmes. Elle est pianiste, biologiste, écologiste, activiste écolo et environnementaliste. Son intérêt pour la justice sociale est présent dans chacun de ses romans, où elle s’exprime avec une émouvante simplicité. Oh oui, quelle femme! Une femme qui touche à l’essentiel… Les héroïnes de ses romans sont libres et indépendantes. Elles expriment leur féminité à travers des sentiments complexes. Elles sont attachantes. Rebelles aussi. Et je m’y reconnais…

 

C'est donc toujours un plaisir d'entamer l’un de ses romans et ces deux-ci furent, une fois de plus, une excellente surprise. Évidemment, il y a cette nature sauvage et aride, le dépaysement. Et ces petits drames de la vie quotidienne. Il y a aussi Taylor, l’héroïne de ses deux romans, qui fuira le Kentucky et roulera vers l’ouest, vers un « nowhere ». Mais attention! Rien de moins qu’à bord de sa vieille Coccinelle, que j’échangerais même, sans hésitation, contre mon Westfalia rose! Sa destination? Qu’importe… sans doute partira-t-elle un peu à la recherche d’elle-même. Et cherchera à fuir une vie bien rangée, de mère au foyer, avec sa traînée de petits.  

« Quand j'étais haute comme trois pommes, je partais pêcher au bord des étangs le dimanche, et je ramenais tout un tas de goujons plus maigrichons les uns que les autres et, des fois, une perche grande comme le pouce. À voir maman, on aurait dit que j'avais attrapé le fameux poisson de Shep's Lake, le rêve des vieux chiqueurs de tabac.
"Voilà ma grande fille qui ramène le souper", disait-elle. Et après avoir fait cuire le tout, elle nous le servait rien qu'à nous deux comme un repas de Thanksgiving »

 

Elle rencontrera Turtle, une petite indienne de trois ans, abandonnée sur la route de l’Oklahoma. À travers elle, elle se retrouvera peu à peu. Cette petite sera l’occasion, pour l’auteure, de parler des populations autochtones Cherokee et des réfugiés guatémaltèques. D’autres femmes s’ajouteront à son parcours, avec qui elle se liera d’amitié. Aussi différentes soient-elles, elles auront un point en commun : elles s’offriront la liberté de vivre, avec leurs rêves et leurs regrets. Et j’en serai touchée… Touchée par cette solidarité et cette entraide. Par leur générosité inconditionnelle. L’arbre aux haricots et sa suite, Les cochons au paradis, est une histoire pleine d’humanité, de douceur et de tendresse. On se sent bien en refermant le livre sur la dernière page. On en ressort avec une soif de simplicité et d’exil… J’aime cette idée de partir vers un nowhere, à la recherche de rien, de rien d’autre qu’une certaine liberté…  

 

barbara3

commentaires

manU 06/09/2014 22:51

Rahhh depuis le temps que je veux la découvrir...
J'ai ces deux-là dans ma PAL et aussi Un Jardin dans les Appalaches que j'ai très envie de lire aussi...

Nad 07/09/2014 04:46



Kingsolver est une auteure que j’aime énormément. Écolo grano, une petite ferme dans
les Appalaches, ça ne m’étonnerait pas qu’elle ait un Westfalia dans sa cour! Tout à fait le genre. Merci de ta visite Manu…J



Theoma 18/07/2014 17:00

J'ai passé un super moment avec celui-ci. J'ai moins aimé la suite. De l'auteure, Les yeux dans les arbres m'a bcp impressionné malgré les longueurs.

Nad 19/07/2014 21:44



Les yeux dans les arbres est excellent! Bisous


 



Nadael 16/07/2014 19:52

Ravie de te revoir par ici! C'est toujours un plaisir de lire tes chroniques. J'ai noté cette auteure depuis longtemps dans mon carnet et je ne l'ai pas encore lu... ton billet me donne très envie,
j'aime ces histoires de femmes fortes et fragiles à la fois, qui osent mettre les voiles et partir en quête de soi... j'admire leur courage, leur indépendance...

Nad 17/07/2014 02:50



Coucou Nadael, sœur de prénom  c’est toujours un plaisir de te lire. J’ai toujours aimé cette auteure, féministe écolo, avec ses portraits de femmes touchants et
sensibles, des femmes courageuses et libres qui ont du caractère. Je dois m’y reconnaitre un peu dans ce besoin de liberté…


 


Bisous



le Bison 14/07/2014 22:32

J'avais découvert l'auteur aussi avec Cet arbre aux haricots et ces cochons au paradis. Un bon souvenir, mais depuis j'ai lu mieux de Barbara Kingsolver. Mieux à mon goût, bien sur. Disons, plus
marquant, disons plus enthousiaste.

Et fait du hasard certainement, en ce moment même, je suis en train d'en lire un autre roman de l'auteure, un autre monde, mais sa lecture me parait plus poussive que certaines autres de ses
œuvres. J'attends de voir le moment où je rentrerai vraiment dans le roman...

Nad 15/07/2014 02:49



J’suis d’accord avec toi, ce n’est sans doute pas son meilleur.
J’ai été, je crois, profondément émue par cette rencontre entre la narratrice et cette petite Cherokee qu’elle adopte. Les histoires d’adoption me serrent toujours un peu le cœur. Les traces de
notre propre enfance y sont sans doute pour quelque chose. Elle me secoue cette Kingsolver…



Asphodèle 14/07/2014 20:07

Ha mais le blog a enlevé sa combinaison de plongée !!! :) Contente de te revoir !
Le nom de l'auteure ne m'est pas étranger mais j'aurais un peu peur du "déjà vu", road-movie, recherche existentielle... Non ? Sinon, le style a l'air bien, à suivre...

Nad 15/07/2014 02:54



Coucou Isa, contente de te revoir aussi et puis, c’est bientôt à
toi de débrancher le tout


Oui, ce livre est un road novel qui pourrait faire déjà vu. Mais il
me semble que ce qui la différencie des autres est son côté écolo féministe. Ça me plaît énormément. Bisous



Eulimene 14/07/2014 19:35

Ce n'est pas un livre qui m'aurait interpellé normalement, mais ta chronique me tente !

Nad 15/07/2014 02:43



C’est une libraire que j’aime beaucoup qui m’avait à l’époque parlé
de cette auteure...



Malika 14/07/2014 19:07

Ton enthousiasme me fait regretter d'être passée un peu à côté ! J'avais trouvé ce roman un peu fade et il ne m'en reste d'ailleurs quasiment aucun souvenir et pourtant je l'ai lu il y a à peine un
an , mince alors !!!

Nad 15/07/2014 02:43





L’appréciation d’un livre varie tellement d’une personne à l’autre.
Je pense qu’elle est influencée par nos valeurs et surtout, notre vécu. Dans ces deux livres de Kingsolver, ce qui m’a touchée c’est la place qu’elle accorde aux femmes, à leur liberté, leur
entraide, leur solidarité. C’est plein de tendresse et d’amour…



L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

Résultats de recherche d'images pour « les enfants de l'exode salgado »
 

Rechercher