Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2014 5 04 /04 /avril /2014 16:17

Ébène

 

 

À toi, Paul…

 

« Ici on vit dans l’immédiat, au jour le jour ».

 

« Persécutée et impuissante, l’Afrique a été dépeuplée, détruite, ruinée. Des territoires entiers du continent ont été dévastés, la brousse stérile a envahi des terres florissantes et ensoleillées. Mais c’est dans la mémoire et la conscience des Africains que cette époque a laissé les stigmates les plus douloureux et les plus durables : ces siècles de mépris, d’humiliation et de souffrances ont fait naître en eux un complexe d’infériorité et ont ancré quelque part au fond de leur cœur un profond sentiment d’injustice. »

 

Avec ce livre, je viens de vivre l’Afrique à travers le regard d’un homme qui a consacré à ce peuple la majeure partie de sa vie. Journaliste polonais et correspondant permanent en Afrique, Kapuscinski a parcouru tout le continent africain et habité auprès de ces hommes auxquels il vouait une réelle fascination. Initialement, j’ai craint la lecture d’un ouvrage universitaire rigide et plat, je m’y serais vraiment ennuyée et le but de lire, à mes yeux, est avant tout de s’évader. Mais, heureusement, son style littéraire est resté à l’image de l’homme dont les convictions profondes étaient de vivre auprès d’eux, non pas dans les palais, mais sur la terre battue : « Je préfère vivre dans la ville africaine, dans la rue africaine, dans une maison africaine. Comment connaître autrement ce continent? ». L’auteur a contracté la malaria et la tuberculose, lutté contre la famine, côtoyé les moustiques et les araignées (il a tout mon respect). Donc soyons honnête, si ce livre ne rayonne pas par la beauté de son écriture, encore moins par ses images poétiques, il se démarque par sa véracité, son authenticité. C’eut été déplacé d’en être autrement, dans le contexte d’un continent en partie ravagé par la famine.

 

On tourne plutôt les pages au rythme des traditions vivantes, de l’odeur du manioc et de la mangue sauvage, du bruit des tam-tams, des autocars bariolés de dessins aux couleurs vives, des terres en friche, de la famille élargie, du clan, de l’offrande aux ancêtres et d’une notion du temps décalée de la nôtre. On tourne les pages, fascinés par ces vies intérieures imprégnées d’une profonde religiosité. On les tourne le cœur sensible aux notions de colonialisme, d’esclavagisme, de panafricanisme, d’apartheid et de totalitarisme. Puis au final, on en referme les pages sur une sensation de soif dans la gorge et d’une chaleur insupportable qui vous traverse tout le corps. Maintenant, sortons un peu de nos tours d’ivoire. Ce livre est dérangeant et c’est justement pour cette raison qu’il devrait être lu. Je crois qu’à travers lui, j’ai aussi vécu le voyage humanitaire tant rêvé auquel je n’ai pas encore renoncé. Merci à toi Paul… J’ai compris, avec ce roman dont tu m’as tant parlé, tes années en terre africaine et l’odeur des parois de ces huttes que tu me feras découvrir un jour. J’ai déjà un peu l’impression d’y être, en mission avec toi…

 

Si vous avez envie d’un excellent film, mais très dur, je vous conseille « Rebelle », du réalisateur québécois Kim Nguyen. On y parle des enfants soldats en Afrique… C’est ici :

 

  • http://www.filmsquebec.com/films/rebelle-kim-nguyen/

 

rebelle

commentaires

manU 20/12/2016 10:25

Un univers qui avait tout pour te plaire...

Nad 20/12/2016 18:59

Tu te doutes bien, il ne manque rien à ce livre pour me séduire, juste le billet d'avion pour l'Afrique.... <3

UBU 23/05/2014 23:53

Ca y est, je l ai lu ce livre
il y a des transmissions, des passages d idées qui se font on ne sait comment...
Un ami te parle de EBENE, tu le lis et tu découvres quelque chose de trés intéressant, a conseiller
et voila que voici quelques jours je le découvre chez un bouquiniste, et je me dis " Tiens c est le livre que nad a bien aime, conseille par un ami qui lui trouve de grandes qualités, .. " et quand
j ai vu le prix, pour si peu de piastres, je n ai pas hésité....
grand bien m en a fait...
j ai vraiment aime le réalisme de ces discours, surtout qu on traverse l Afrique durant 50 ans, et qu on y apprend enormément de choses, des choses réelles, futiles et historiques, si je devais
conseiller un livre que l Afrique , je citerai sans hésiter EBENE
la partie humaine, avec ces bonjours remplis de comment vas t, comment va ton épouse, comment va ton frère, et comment va ta mère...
dans ma tete d occidental quand j entends ca je me dis: " Non, mais qu est ce que t en as a foutre de comment va mon frère et du reste de ma famille,""
Mais la, j ai appris qu en Afrique c était bien ancré dans les relations sociales, donc la prochaine fois qu on me demande comment vont mes cousins, j essaierai de répondre avec le sourire en me
disant que pour l autre c est une question naturelle
le bonjour avec grandiloquence, comme si on jouait dans une pièce de thèatre, la aussi la prochaine fois qu on me tend la main dans un semblant de tirade thèatrale , je ne regarderai pas autour de
moi, pour observer si je ne me suis pas trompe de porte, et si je ne suis pas tombé sur la scène d une pièce de thèatre en pleine représentation....
Et la partie du Liberia, les esclaves rentrent chez eux , 6000 anciens esclaves des plantations de coton sudistes, et que font ils ? ?
La meme chose que leurs maitres, exactement la meme chose, ils asservissent les peuplades environnantes.
ah c est fou
ceci ne représentant qu une infime partie du livre, tu devines le plaisir que j ai eu a lire en entier ces derniers jours - EBENE.

Bon j ai assez écrit...
Juste avant de finir mon mot je m apercois que j ai oublié de te demander quelque chose
Comment va Carey Price? ;-)
Comment va ton coiffeur ?
Comment va ta mère ? ;-)
MDRRRRRRRRR !

Nad 24/05/2014 01:32



Je suis trop
contente qu’il t’ait plu. Je trouve qu’il est d’autant plus intéressant que l’auteur a habité en Afrique plusieurs années. On apprend beaucoup, mais sans grands débordements académiques, sinon je
me serais royalement ennuyée. La partie humaine habite tout le livre…


Maintenant,
passons aux choses sérieuses…


Carey Price ?
Pas fort, pas fort…


Mon coiffeur
? T’as fumé quoi là pour me poser une question pareille ? Ça a l’air efficace ton truc!


T’as même pas
eu une petite pensée pour le poisson rouge à mon Thomas, alias « Spotty »! Ça t’intéresse pas de savoir comment il va, LUI??? Bon, il va bien… Dire qu’il nage dans le Fleuve St-Laurent
à l’heure qu’il est. Paix à son âme! Sinon, comment va Laurent? Et sa mère? Et la tienne? Et la mère de ta mère? Tu sais que j’peux continuer longtemps comme ça…


Et puis et puis, une finale à la Vincent : Ta mèeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeere!

MDRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRR



christw 21/04/2014 06:45

L'Afrique, les injustices qui lui ont été faites au temsp des découvertes m'a été révélée à travers le livre de Vargas Llosa "Le rêve du celte" qui évoque le Congo belge.
Nul doute que Ébène vaut le détour, merci d'en avoir fait ce beau billet.

Nad 21/04/2014 16:34



Tu m’as en contrepartie donné envie de lire Scholastique Mukasonga. Et quelques autres livres de Mabanckou, dont je viens de terminer
« Verre cassé ». Vargas Llosa est un auteur que je m’étonne de ne pas encore avoir lu. Peut-être que ce rêve de Celte sera le premier?



ubu 09/04/2014 23:25

Mais pourquoi quand tu as parle de ce film REBELLE, j ai tout de suite pense au film d animation PIXAR, il a quand meme fallu que je regarde sur le net de quoi il en retournait, et....
je dois l avouer, je ne savais meme pas que c etait aussi un film sur l afrique.
Merci pour cette critique, j espere un jour avoir le temps de le lire, peut etre apres avoir lu Albert Londres, qui parle de l esclavagisme au Cameroun au debut de 20 eme siecle, et qui devrait
etre un bon ajout au livre dont tu fais la critique

Nad 10/04/2014 20:29



Tu m’avais tellement fait rire en pensant que c’était un Pixar! Dire que tu étais sérieux en plus Maintenant, la question de fond est la suivante : pourquoi tu as tout de suite associé ce « Rebelle » au film de Disney quand je t’ai proposé de le regarder? J’ai l’air aussi
peu sérieuse, c’est ça? Bon, honnêtement, celui de Pixar je l’avais vu BIEN avant! Mdrrrr Pour les enfants, bien sûr… Celui de Nguyen est pas mal plus dur, il ne laisse pas la même impression
quand on en sort. Il m’a complètement bouleversé. Je n’arrête pas de repenser à la petite Mwanza et son « magicien ». Je ne fais que regarder la bande-annonce et je pleure….


Je n’ai pas lu ce livre de Londres qui, je crois, est l’un des livres que tu lis en ce moment… 



Nadael 06/04/2014 17:41

Quel beau billet, Nadine...je note ce livre. Merci.

Nad 07/04/2014 15:11



Merci Nadael, ce livre est vraiment excellent. Je te souhaite une belle semaine



Théo 05/04/2014 16:12

Je n'ai pas encore lu ce livre mais tu m'en as donné envie ... J'ai connu l'Afrique (francophone) à travers diverses missions, surtout l'Afrique des ministères, plus que celle des pistes et de la
brousse; mais en Afrique, le dualisme est là et la pauvreté (souvent seulement matérielle) côtoie l'opulence.
Quand j'ai dû, pour des raisons familiales, renoncer à l'Afrique, il m'en est resté une grande nostalgie. On ne peut pas ne pas aimer l'Afrique, ce qui revient souvent à détester ce que nous en
avons fait.

Bises et merci Nad

Nad 05/04/2014 19:54



Mon cher J-M,


Je n’ai pas oublié que ta patrie natale est au nord de l’Afrique. Un jour tu m’en
reparleras, dis ? D’ici là, je n’oublie pas « Le cauchemar de Darwin », que tu m’as fait découvrir un jour. Une autre vue sur l’Afrique, notamment celle de la perche du Nil, ce poisson
qui vaut des milliards, qui fait rouler l'économie du pays, assure la survie alimentaire, crée des emplois et qui résulte d'une petite expérience scientifique ... Arriver avec des armes et
repartir avec des milliers de poissons pour la vente au détail. Non, je n’ai pas oublié. Une aberration sous forme d’abus de pouvoir. Et ces enfants de la rue, orphelins, la prostitution, la
mendicité, la violence, le sida, etc.. Le refus des pasteurs de véhiculer des messages préventifs (préservatifs notamment) parce que c'est contre la volonté de Dieu. Non, je n’ai pas
oublié. 


Tu parles de nostalgie comme Paul et J-C m’en parlent. D’ailleurs, l’Afrique saignée à
blanc de notre J-C est un cri du cœur foudroyant. Sa manière d’exprimer, justement, les regrets de ce que nous avons commis… l’irréparable…


Bises d’un samedi pluvieux (qui fait fondre la neige, oh bonheur)



le Bison 05/04/2014 11:40

Je le VEUX !
J'aurais eu un peu peur aussi de trouver un aspect universitaire et austère. Mais ton second paragraphe m'a totalement convaincu. Sentir les odeurs de manioc, entendre le chant des tams-tams,
essuyer la poussière de la terre. L'Afrique, dans son coté humain et sensible.
Je me mets ce bouquin dans ma liste.

Nad 22/12/2016 01:29

J'aurais quand même un peu peur d'attraper un coup de soleil....... :P

le Bison 21/12/2016 10:27

Faut enlever ton t-shirt quand tu croques dans une mangue bien mure :D

Nad 20/12/2016 19:05

s'écoule, s'écoule, s'écoule............................ maudite marde ça va tâcher mon t-shirt!!! ^^

le Bison 20/12/2016 13:57

Une mangue bien mure que le jus s'écoule sur le menton lorsque tu croques à pleine dent, que le jus s'écoule, s'écoule, s'écoule jusque...

Nad 05/04/2014 18:59





Et la mangue y est fraîchement cueillie de l’arbre. Je crois que tu l’aimerais beaucoup, si l’Afrique te fascine autant que je l’adore…


Si un jour tu as envie d’un film poignant sur les enfants soldats en Afrique, je te conseille « Rebelle », du réalisateur québécois
Kim Nguyen.



Eeguab 04/04/2014 20:02

Bonsoir Nadine. J'ai beaucoup aimé ce livre, une image de l'Afrique concrète, pas misérabiliste, par un homme d'une conviction manifeste. Ton article en fait une belle promotion. A bientôt.

Nad 05/04/2014 00:50



Bonsoir Claude,


Ce caractère non misérabiliste, comme tu le dis si bien, est sans doute l’une des choses que j’ai le plus appréciées dans ce livre.
J’ai été très touchée par ce côté humain et authentique chez l’auteur, qui nous offre un regard juste et franc sur la dynamique de ce pays boudé et injustement perçu. Une Afrique que l’on a envie
de découvrir, plutôt que fuir… J’aime…


Bon weekend



L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

La Frontière du loup par Hall

Rechercher