Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 22:00

Comment je suis devenu stupide

 

Ce roman est extrêmement drôle, absurde, intelligent, lucide et sarcastique. S'il s'agit du premier que je découvre de Martin Page, je sais déjà que je ne suis pas au bout de ma faim. Antoine, 25 ans, est asocial, et il attribue le malheur qui l'accable à son esprit vif, son incapacité à s'empêcher d'analyser et de comprendre. Il se dit atteint d'un «cancer de l'âme», de la maladie de l'intelligence. Avoir une personnalité est un luxe qui lui coûte trop cher. Et il considère qu'il a suffisamment souffert de ce «racisme positif» par ceux qui confondent l'apparence de l'intelligence avec l'intelligence réelle. Il veut devenir «un spectre banal». La solution? Diluer sa conscience.

 

Dans un premier temps, observant combien la pensée des personnes saoules est vague, incohérente et détachée de tout souci à l'égard de la réalité, il tentera de devenir alcoolique pour «supprimer toute velléité réflexive de son intelligence». Mais à son premier verre, il sombre dans un coma éthylique. Suivront des cours d'apprentissage au suicide abouti puis une rencontre avec son médecin pour tenter de le convaincre de lui pratiquer une lobotomie. Il se musclera à l'extrême, s'achètera une porsche, bref, d'innombrables tentatives pour affirmer les «stigmates de sa normalité». Il voudra désormais se fondre dans la masse sociale dominante: «Je connais des tas de gens idiots, inconscients, confits de certitudes et de préjugés, des imbéciles parfaits, et qui sont heureux!».

 

Sous le rire que provoquent ces pages se cache la tendance qu'a l'être humain de s'emmurer à l'intérieur d'une pensée si étroite et si rigide que le manque de jugement est trop souvent inévitable. Tel qu'il le dira si bien: «un être humain est si vaste et si riche qu'il n'y a pas plus grande vanité en ce monde que d'être trop sûr de soi face aux autres, face à l'inconnu et aux certitudes que représente chacun». Il ajoutera que: «les mots de notre esprit aiment à nous rendre service et à nous réconforter en nous dupant». Il cherchera donc à échapper à ces illusions en renonçant à une véritable intelligence, «le prix à payer pour avoir des certitudes». Il prendra conscience que les faux mécanismes psychiques nous font dériver vers la facilité et les préjugés sur la vérité. Et comme il est épuisé, las et déprimé, il tentera à tout prix l'expérience de l'imbécillité. Ce premier roman de Martin Page est tout simplement génial:)

commentaires

DJ 27/10/2012 23:04

Chère Capucine,

Encore une fois une suggestion heureuse!

Une autre histoire originale et complètement loufoque. Un personnage central brillant mais complètement mésadapté parce que trop lucide. Il est vrai qu'il est plus facile de satisfaire un cochon
qu'un être sensible et complexe!

Encore une satire qui porte à réfléchir sur les valeurs véhiculées dans notre société. Attention: ça va faire mal!

dj

Nad 06/11/2012 00:21



Allo DJ:) Un peu dans le même genre et du même auteur, je crois que tu aimerais beaucoup "On s'habitue aux fins du monde". Je te le prêterai avec plaisir, surtout si tu continues à utiliser un
signet! 


 



L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

La Frontière du loup par Hall

Rechercher