Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 10:11

559536-gf

 

Toni Morrison, qui obtient avec Beloved le prix Nobel de littérature, est la première femme noire à recevoir cette distinction. Elle obtient également le prix Pulitzer, l'une des plus hautes consécrations littéraires américaines. Inutile de vous dire que ce livre est « considéré » comme un chef-d'oeuvre. J'ai pourtant mes réticences – et ceux qui me connaissent le savent - face aux prix à hautes distinctions littéraires : Nobel, prix de l'académie française, etc … J'ai en tête notamment L'attrape-coeurs de Salinger, avec ses émotions mal abouties et ses longueurs, à la différence près que Toni Morrison est une femme et une combattante. Et qu'ainsi, j'ai beaucoup de respect pour l'écrivaine ... Mais pourquoi faut-il que plus souvent qu'autrement ces prix littéraires soient mortellement ennuyants ? Je l'ai terminé avec supplice. J'irais presque à le comparer dans sa lourdeur à La route de Cormac McCarthy.

                   

L'histoire se déroule à Bluestone Road, dans les années 1870, aux États-Unis. Sethe est hantée par le souvenir de sa fille, qu'elle a tuée par amour maternel pour lui éviter l'abomination de l'esclavage (je ne vous révèle rien, c'est dans la quatrième de couverture). Ses pas quotidiens, ancrés dans un labyrinthe de souffrances et d'horreurs, sont alourdis par la culpabilité. Toutefois, jamais l'auteure ne figera ce personnage dans la victimisation. Sethe est une femme courageuse et forte, libre et maître de son destin. Elle est sans doute à l'image de cette femme-auteure, Toni Morrison, s'étant battue pour le droit des femmes.

 

Survient alors Beloved, énigmatique et mystérieuse, qui exorcisera les démons du passé de Sethe. Qui est cette femme? Je ne peux pas vous en révéler les secrets, mais là, Tony Morrison a eu une idée de génie, il faut bien l'admettre … Tout était là pour en faire un grand bouquin...

 

L'esclavage est représenté sous deux formes, celle du corps et celle de l'âme. Cette prison intérieure, vécue dans le tourment et l'isolement, est tout aussi dévastatrice et l'auteure nous le rend avec doigté. En peu de temps, nous nous retrouvons habités de toute part par les souffrances de cette mère.

 

L'écriture demeure douce et poétique. Il y a peu ou pas de transition entre les allers-retours du présent au passé, ce qui amène de la confusion. Au fil des pages, je ne peux pas dire que j'ai fini par m'y habituer et la formule m'a beaucoup agacée. Et puis, ce livre est lent, très lent, en plus d'être teinté d'une intolérable noirceur. Mais une chose est certaine, il est vraiment bouleversant ... Et Beloved m'a hantée longtemps après avoir refermé le livre.

 

morrisson

commentaires

le Bison 26/04/2017 09:13

J'ai lu un Morrison (Tony pas Van ni Jim, grande famille chez les Morisson).J'avais adoré. J'ai commencé un second, je n'arrivais pas à me concentrer dessus, je l'ai mis de côté, j'y reviendrai plus tard.

Celui-là, j'en crains la lenteur, et puis ça me fait toujours un peur les prix Nobel, j'ai toujours l'impression de ne pas avoir le niveau pour comprendre...

Nad 27/04/2017 16:23

Y'a des moments pour chaque lecture...
J'ai bien pensé que tu avais lu Jazz. Pas toujours facile de rentrer dans les livres de cette auteure il me semble...

le Bison 27/04/2017 09:12

Home. justement.
J'ai essayé Jazz, je suis pas rentré dedans, mais j'y retournerais. Je sais que c'était pas le moment...

Nad 26/04/2017 20:00

Faut commenter après avoir lu ton café matinal mon Bison... ^^

Nad 26/04/2017 19:58

Tu sais quoi? Je m’en veux de n’pas avoir apprécié ce beau roman. Toni Morrison est une femme que j’admire pour plusieurs raisons, sa lutte et son engagement féministe, ses combats, son rôle de première femme noire à recevoir une distinction littéraire. Son personnage de Beloved est à l’image des femmes courageuses et fortes, libres et maîtresses de leur destin, tout ce que j’admire.
Avec le recul sur ce roman, je réalise que sous plusieurs aspects je m’étais identifiée à une partie de son histoire et que ça me faisait sans doute un peu trop mal de la lire jusqu'au bout. Je veux absolument lire « Home » et relire celui-ci, avec les années je me dis que ma lecture sera différente et mon ressenti avec…
T’as lu lequel?

le Bison 26/04/2017 13:23

Toni avec un i bien sûr, pas de sang rital pour mettre un y...

le Bison 26/04/2017 08:47

Tabarnak, et en plus tu critiques deux chefs d’œuvres de la littérature américaine : L'attrape-cœurs de Salinger et La route de Cormac McCarthy !
Crisse de Calisse, comment est-ce possible... The Road, en plus... J'y crois pas... T'étais en colère quand tu as écrit ça ? le stock de Chambly à sec, le majeur à sec ?
Hostie de Calisse, putain, c'est pas raisonnable... La Route en plus...

Nad 26/04/2017 19:54

« T'étais en colère quand tu as écrit ça? » Ptdrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr écrit un 12 février, en pleine hibernation, sans lumière depuis des mois, le majeur à sec et engourdie, le Cormac McCarthy je l’avais balancé dans le banc de neige devant mon igloo (que le voisin négligeait à venir pelleter…). Non, moi j’avais besoin d’une lecture lumineuse digne d'un 12 février!!! ^^
Je l’ai relu par la suite et j’peux dire maintenant qu’il est dans mes plus grands souvenirs de lecture.
Par contre j’ai vraiment pas trippé avec L'Attrape-cœurs que j’avais lu juste après sa mort. À mon goût il manquait quelque chose pour en faire un portrait de l’adolescence comme je les aime.
« c'est pas raisonnable »........ je sais… Fuck le blizzard! :D

manU 06/12/2015 21:09

Celui-ci, je l'ai commencé et je l'ai vite reposé, impossible de me faire à l'écriture, au style, à l'histoire.
Mais je ne m'avoue pas vaincu, je le retenterai, un jour prochain...

Nad 07/12/2015 00:53

J’me suis toujours dit aussi que je le relirais un jour, parce que j’aime cette auteure, j’trouve qu’elle a un talent incroyable et je me dis que sans doute finalement je n’ai pas tout compris dans cette histoire assez complexe. Je l’admire comme femme et pour toutes les causes qu’elle a défendues. Merci d’être passé ici, ça fait plaisir ma grenouille! :D

L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

La Frontière du loup par Hall

Rechercher