Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 octobre 2017 1 30 /10 /octobre /2017 20:11

 

« Je vous écris dans le noir. De l’obscurité dans laquelle mon crime m’avait jetée, bien sûr, mais aussi de celle qui terrorise les enfants, remplie de monstres et de fantômes. Je me demande si l’on écrit autrement que dans le noir, dans cette opacité qui ne révèle ce qu’elle cache qu’au fur et à mesure de l’écriture, comme l’œil finit par s’habituer à l’obscurité et à redessiner les contours des obstacles qui pourraient nous faire trébucher. »

 

J’ai refermé ce livre bouleversée, émue, me demandant s’il est possible de mourir autant de fois que cette femme, s’il est envisageable de tenir debout, après tant de deuils et de cruauté, s’il est seulement possible d’avoir survécu autant d’années à autant d’horreurs et de mépris de la part des hommes. Jean-Luc Seigle nous écrit dans le noir, ce terrain vague aux limites des obscurités les plus denses, les plus opaques, presqu’impénétrable mais nécessaire pour s’approcher de la vérité, s’il en est une. Il s’est enquis de l’histoire de cette femme, Pauline Dubuisson, à travers des mots qu’il nous adresse à la première personne, comme habité par son mystère. 

 

Nous sommes en 1961. Pauline regarde sur son écran « La vérité » de Clouzot, le film inspiré de sa vie et dans lequel son rôle est incarné par Brigitte Bardot. Brisée par ces images, comme autant de trahisons et de fausses représentations sur son histoire - camouflant les silences de sa vie chargés d’enfance et de rêves, pour n’exposer que des instantanés basés sur des faits dépourvus d’affects – elle s’exile au Maroc pour refaire sa vie, sous une autre identité. Une mort pire encore, si cela est possible, que ses neuf ans d’emprisonnement.  

 

« Je crois qu’on ne peut mourir que d’être désaimée. Et ça, ce n’est pas mourir d’amour, c’est même l’inverse. »

 

Ce que Clouzot a caché dans les interstices de son film ce sont les brûlures affectives, la guerre - élément déterminant de sa vie - ce sont les viols, la honte, une sexualité exacerbé telle la marque d’un corps qu’elle se découvre et auquel elle cherche à donner vie, un certain pouvoir pour panser la souffrance des jours. Cette femme a été tondue sur la place publique durant la Libération, elle n’avait que 17 ans. Des lames acérées lui ont blessé la peau, à vif, mise à nue, une croix gammée tatouée sur le crâne. Elle vivait entre l’effacement d’une mère dépressive et la vénération d’un père, ancien colonel qu’elle adulait pour sa puissance, sa droiture, ses discrétions. Sa beauté suscitait la jalousie et elle vendit son corps pour nourrir sa famille. Avant tout, Pauline Dubuisson était une femme libre et indépendante, dont les visions féministes en firent en quelque sorte le précurseur d’une génération de femmes qu’elle souhaitait voir s’émanciper. En vain…      

           

À 21 ans, elle fut condamnée à la peine de mort pour un crime passionnel, convaincue qu’elle fut accusée pour bien plus que son crime.

 

Six mots suffirent à donner un sens à la charge des émotions contenue dans son histoire : « Je vous écris dans le noir ». Jean-Luc Seigle est allé au-delà des faits, de ceux mis de l’avant par Clouzot, pour peindre sa propre « Vérité ». Et elle est impossible désormais à oublier…

 

« Ce n’est pas l’amour, ni le désir, ni la sexualité qui fait une femme mais sa prodigieuse capacité à affronter et à transformer la vie comme aucun homme ne serait capable de le faire. »

 

Un immense merci à toi BISON pour ce grand livre... :-*

 

 

commentaires

Libriosaure 08/11/2017 17:22

Bonjour,

Je voulais te dire que je t'ai nommée aux Liebster Awards et je serais très contente que tu participes !
Voici le lien : http://libriosaure.com/liebster-awards-quelques-faits-sur-le-libriosaure/ :)

Nad 12/11/2017 18:40

Bonjour Libriosaure, je suis vraiment touchée que tu aies pensé à moi pour le Liebster, vraiment, malheureusement en ce moment le temps me manque plus que jamais. Merci quand même et je te souhaite une très belle journée

Didi 05/11/2017 19:04

Voilà mon petit billet :
http://imagimots.blogspot.fr/2016/06/en-vieillissant-les-hommes-pleurent.html
et merci pou me refaire penser à celui-ci
Bisous

Nad 12/11/2017 17:22

Merci pour le lien Didi, j'irai te lire avec plaisir :-)

Didi 05/11/2017 19:03

Coucou,
Jean-Luc Seigle est un auteur qui a su réellement me toucher dans "En vieillissant les hommes pleurent" un très beau livre.
Quant à celui-ci j'espère me le procurer bientôt pour découvrir cette femme.
Bisous

Nad 12/11/2017 18:38

Ahhhhhhhh ce livre que tu cites "En vieillissant les hommes pleurent" je me meurs de le lire !!!
Je crois qu'on ne peut faire autrement qu'être émue par le destin de cette femme... Bisous

Nadège 05/11/2017 17:20

Je suis passée à côté de ce livre à sa sortie. Tu en parles tellement bien, tes mots sont bouleversants. Je lirai l'histoire de cette femme, c'est sûr. Je t'embrasse.

Nad 12/11/2017 18:36

Son histoire est bouleversante, je ne l'oublierai pas, elle est gravée en moi à jamais... Je t'embrasse

lewerentz 05/11/2017 11:09

Je l'avais lu pour le prix Elle 2016 et beaucoup aimé, alors que ce n'est pas le genre de livre vers lequel je serais spontanément allée.

Nad 05/11/2017 14:55

Une belle découverte donc ;-)

Libriosaure 04/11/2017 15:02

Une triste histoire de femme... Tout à fait mon genre de lecture ! ;)

Nad 04/11/2017 23:44

Je te comprends, j'aime ces femmes hors de leur temps, Frida Kahlo, Camille Claudel, tant d'autres encore...

Alex-Mot-à-Mots 01/11/2017 19:53

Une lecture qui m'avait marquée.

Nad 04/11/2017 23:42

Impossible de faire autrement...

Jerome 01/11/2017 09:07

Tu en parles merveilleusement bien !

Nad 04/11/2017 23:42

Comment survivre à une histoire de vie pareille, y'a des destins comme ça qui savent m'émouvoir...
Bon weekend Jérôme

le livre-vie 31/10/2017 22:11

Pfiou, quelle chronique... Tes mots sont très forts... Le titre de ce roman est superbe lui aussi!

Nad 04/11/2017 23:34

Le titre m'a vraiment interpellée, quelques mots écrits à la veille de son procès, comme un cri du cœur plein de détresse...

AMBROISIE 31/10/2017 15:52

Après avoir lu ton article j'ai mis directement ce livre dans mon panier, c'est touchant et je cherche des héroïnes ou des figures féminines un digressives, marginales.

Nad 04/11/2017 23:33

Tu as ici le portrait idéal de ce genre de femme! Je serais curieuse d'avoir ton avis, bon dimanche à toi Ambroisie

A_girl_from_earth 31/10/2017 15:21

Ouf, si ça ce n'est pas du coup de coeur ! J'en ai beaucoup entendu parler de ce livre dans mon entourage, et paraît-il en effet qu'il vaut vraiment le détour. Un de ces livres qui marquent à vif. Tu le confirmes. Quel magnifique billet ! Ça décoiffe vraiment !
Big smaaaaacks ! Mardi mais en vacances, wouhou !

Nad 04/11/2017 23:31

Oui vraiment pour moi c'était un immense coup de cœur!
Yaouhhhhhhhhhh les vacances, profites-en! SMACKKKKKKKKKK xxxxxx

Fanny 31/10/2017 10:39

Waouh, comment veux-tu résister à un tel billet!

J'avais déjà lu quelques avis mais pas aussi passionné que le tien... il faut que je le lise! (Ma bibliothèque l'a en stock, c'est merveilleux!)

Nad 31/10/2017 13:06

Je suis toujours passionnée par les histoires de femmes qui se sont démarquées :-)
Belle journée à toi Fanny

le Bison 31/10/2017 08:40

Très beau billet comme toujours !

Et puis une histoire forte, d'une femme que la société ne voulait pas laisser libre. Si j'ai eu un peu de mal à rentrer dedans, à mi-chemin je me suis retrouvé dans le noir, et j'ai senti toute cette émotion, toute cette rage intérieure, toute cette force...

Nad 31/10/2017 13:05

Une histoire de femme extrêmement courageuse, dans un monde d'hommes cruels et sans pitié. Je me demande comment on peut survivre à tout ça et trouver la force d'avancer. Ce livre m'a marquée, merci encore... :-*

manU 30/10/2017 21:17

Très beau billet comme toujours !

Nad 31/10/2017 00:49

Merci mon sweet kinG :-*
C'est surtout l'histoire de cette femme qui est "terriblement" magnifique..

L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

La Frontière du loup par Hall

Rechercher