Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2017 4 05 /10 /octobre /2017 10:34

 

 

« … de bonnes grosses larmes bien grosses, bien grasses, bien rondes et bien chaudes. Du corps qui lâche. De la dureté qui cède. Du chagrin qui fond. »

 

Ça faisait une éternité que je n’avais pas croisé la route de Gavalda. Je gardais pourtant un très beau souvenir de Ensemble, c'est tout, Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part, La consolante ... Retrouver la douceur de sa plume m’a fait beaucoup de bien, sans doute du fait de ses mots dépourvus d’artifices. Si certains auteurs s’en encombrent, celle-ci a le mérite d’aborder le quotidien de ses « personnages » avec naturel, faisant de ses romans des juxtapositions de tranches d’émotions vives non pas moins fortes, au contraire, mais dans lesquelles on se retrouve tous quelque part. Il y a dans ses histoires ces impressions de déjà-vu, déjà-vécu et maintes fois ressenties. Je savais qu’en retouchant à ses mots, je serais amenée à lâcher prise ...

 

… à fendre l’armure

 

Saisir le sens de l’amour dans un élan plus vaste. L’amour de l’autre et de ses enfants. Prendre conscience de la vulnérabilité à laquelle il nous expose, la souffrance inhérente au fait de s’abandonner, la peur de la perte, les joies aussi, les déceptions, les culpabilités, les peines, les rires, les colères. La confiance, mais à quel prix parfois. Se retenir et …

 

fendre l’armure … 

 

Se dire au revoir et réaliser ce que l’on vient de perdre. Terminus, fin du voyage. Ne pas s’être compris. Se reconstruire ou regretter. Atteindre le point de rupture et …

 

fendre l’armure

 

Surmonter la mort de l’autre mais ne pas y arriver. Puis celle d’un enfant, et vouloir en finir. Sombrer dans l’alcool pour cuver sa détresse, comme d’autres s’engloutissent dans la drogue, et toute la gamme des dépendances nécessaires, mais éphémères. Penser y arriver et se fissurer. Au final, attendre le bon moment. Se laisser le temps avant de …  

 

fendre l’armure

 

S’abandonner à vivre et revivre l’amour, rire, mais se méfier. C’est la vie qui reprend, on se raconte et se dénoue. Ressentir la peur, car on se souvient de la douleur, celle qui nous a brisée. Et se demander si on survivrait une deuxième fois au bris de l’armure, ce bruit sourd et violent qui fend tout sur son passage …   

 

Avec Anna Gavalda les mots sont francs, ils sont directs, crus, presque violents tant on s’y reconnaît. Ils sont aussi douceur, celle de la solitude et des confidences.

 

Un grand merci à toi Bison d’avoir rendu possible cette rencontre littéraire avec cette belle auteure :-*

 

L'avis de From the Avenue

 

 

 

commentaires

le livre-vie 12/10/2017 21:09

C'est une auteure que j'aime vraiment beaucoup, son Billy m'avait énormément touchée... Et quelle dédicace!

Nad 13/10/2017 01:38

Je n'ai pas lu Billy encore, un des seuls d'ailleurs! À l'occasion c'est certain...

Jerome 07/10/2017 16:19

Je n'ai lu que ses nouvelles, il y a fort longtemps. Je n'y suis pas revenu depuis mais j'avoue que sa "production" ne m'attire pas plus que ça.

Nad 08/10/2017 23:15

Heureusement il y en a pour tous les goûts, ce n'est pas plus mal. Bisous et bonne semaine Jérôme

A_girl_from_earth 06/10/2017 01:04

Je garde un bon souvenir de "Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part" mais je ne suis pas revenue à Gavalda depuis, noyée sous tant de tentations livresques comme je suis.^^ Mais c'est vrai que ça arrive qu'on garde un auteur dans un coin de sa tête, et que plus tard, plus tard, on ait envie de retrouver son confort et on revient à lui tout naturellement parce que c'est le bon moment. Et quelle joie quand on n'est pas déçu !
Bon, pour l'heure je m'en vais rejoindre le confort du lit ! Vendredi ! J-1 avant le weekend - et surtout, surtout, les vacances me concernant ! Gnark !
Big bisoooooooooouuuuuuuuuuuus !!

Nad 07/10/2017 04:44

Je voudrais que quelqu'un m'attendre quelque part c'était des nouvelles non? J'me souviens plus très bien...
Oui c'est ça, c'est bien dit, un auteur que l'on garde au chaud dans un recoin de notre mémoire et vers lequel on revient :-*
Ohhhhhhhh c'est qui la fille en vacances? C'est toiiii!!!!!! Super, profites-en bien et plein de gros bisousssssssssssss

manU 05/10/2017 19:49

Longtemps que je n'ai pas lu Anna Gavalda, pourquoi pas celui-ci un jour, ton billet donne sacrément envie...
Quelle belle dédicace et quelle belle écriture !

Nad 06/10/2017 00:31

Superbe son écriture! Et la chance avec cette belle dédicace...
Je crois que tu l'aimerais mon kinG :-*

Aifelle 05/10/2017 18:42

Mes dernières lectures de cette auteure étaient assez décevantes, mais là, j'ai envie de retenter.

Nad 06/10/2017 00:28

Il y a peut-être un titre ou deux que j'ai moins aimé, mais de façon générale j'aime ses écrits et celui-ci j'ai même beaucoup aimé!
"Ensemble, c'est tout" est l'un de mes favoris, tout comme le film vraiment excellent. Bises

le Bison 05/10/2017 17:07

Beau billet ! C'est vrai que nous sommes bien peu de chose, que je suis bien peu de chose. Des nouvelles qui semblent bien t'avoir inspirée.

Il faut la voir, Anna Gavalda, un grand sourire, toujours, tout le temps, je l'ai vu deux fois pour des séances de dédicaces. J'aime les sourires, ça fait tant de bien à en voir. Toujours radieuse.

Bon, si y'a pas trop d'histoires d'amour, j'essaierai peut-être... J'en ai même... Je ne sais pas ce qui m'a pris, un moment de faiblesse, probablement, car il ne doit pas y avoir beaucoup d'alcool dans ses romans...

Nad 06/10/2017 00:25

C'est l'image que je m'en fais, un beau grand sourire généreux et franc, radieuse comme tout, c'est une auteure que j'serais ravie de rencontrer c'est certain. Quelle belle femme...
ptdrrrrrrrr un moment de faiblesse ça arrive à tout l'monde, et en effet y'a pas beaucoup d'alcool dans ses romans, par contre rien ne t'empêche de picoler en la lisant. Question de faire passer la pilule.... ^^
Un p'tit verre de Chablis? :D

Guillome 05/10/2017 16:43

ça faisait très longtemps que je n'avais pas lu cet auteur. J'en ai parlé récemment sur l'Avenue...quel plaisir !! j'ai pris mon pied, j'ai ris, eu la larmichette à l’œil (je pense à la nouvelle avec le chien)...et j'ai eu l'occasion de rencontrer Anna Gavalda, t'as envie d'être sa copine tout de suite. Bien joli billet. Des bises

Nad 06/10/2017 00:16

Ah t'as rencontré Anna Gavalda? (sans oublier David Vann..... j'en suis toujours pas remise... :D)) Chanceux!
Il paraît qu'elle est lumineuse!
La nouvelle du chien... inoubliable...
Bisous

Alex-Mot-à-Mots 05/10/2017 15:01

Une auteure que j'apprécie. ET tu sembles avoir aimé ce titre.

Nad 06/10/2017 00:11

Cette auteure me fait toujours du bien, parce qu'elle nous parle avec les mots "de la vraie vie", on s'y reconnaît tous un peu quelque part...

L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

La Frontière du loup par Hall

Rechercher