Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 août 2017 7 27 /08 /août /2017 17:17

 

 

« Les arrière-saisons ont parfois quelque chose de déchirant. »

 

Rendez-vous chez Phillies, café-bar de Cape Cod. Ce soir j’ai sorti ma robe rouge, celle qui ne me sert que pour les grandes occasions. Je m’assois au bar, croise les jambes. Je passe par le Phillies toujours avec la même régularité, c’est en quelque sorte mon repère, l’endroit idéal pour noyer mes nostalgies. Et attendre... attendre Norman... Mais je ne vous embêterai pas avec mes soucis, Ben tendra l’oreille à mes vieilles histoires, histoires qu’il connaît par cœur d’ailleurs. Des années que l’on se connaît lui et moi. Derrière son comptoir, il astique ses verres. Il me sert un martini. Non, ce soir Ben je prendrai un verre de rouge. Rouge comme dans passion, une robe couleur rouge enfilée sur mon corps, le rouge des grands bouleversements intérieurs. J’attends Norman...    

 

« C’est quelque chose de presque imperceptible, comme un tremblement, un frisson à la surface de la peau, une timidité autour des yeux, une très légère hésitation à l’instant d’emboîter le pas de l’autre. »

 

Philippe Besson a eu l’ingénieuse idée de prendre, pour point de départ, un tableau d’Edward Hopper, Nighthawks - Les Oiseaux de nuit, et d’en faire vivre les quatre personnages. Je me retrouve au cœur des échanges, pierre angulaire de ce huis clos, vêtue de ma robe rouge, tourmentée et nostalgique. J’ai l’impression d’un film au ralenti, les émotions ne s’insinuent que doucement, par petites touches intimistes, dans les interstices de mon cœur. Quelques mots suffisent, les autres se devinent, se ressentent, ce sont les non-dits qui en disent plus longs que les paroles elles-mêmes. C’est l’arrière-saison, je regarde devant plutôt que derrière, je pense à l’automne et non aux étés enterrés, j’ai envie d’en finir avec le passé. C’est l’arrière-saison, les couleurs automnales. Et malgré tout, j’attends Norman...    

 

« Le silence est aussi une façon d’affronter la désolation. »

 

Un tout petit livre mais si dense, si chargé de sentiments divers, presqu’une nouvelle, qui parle du temps qui s’écoule et de celui qui ne reviendra jamais. Des deuils, des détachements nécessaires et des renoncements. De nos forces et nos fragilités. C’est une longue introspection de personnages aussi solitaires que Hopper aime à nous les représenter dans ses tableaux, contemplatifs, en retrait du monde. Et même s’il m’a manqué un je-ne-sais-quoi pour me rendre ce roman vraiment passionnant, les mots de l’auteur me parlent d’un homme qui possède une touchante maturité sur les émotions. Un homme qui a vécu, qui arrive à décortiquer les motivations de l’âme humaine, dans une finesse d’analyse rare, cherchant à fournir des réponses aux questions qu’il fait émerger de la psyché de chacun des personnages.

 

« En fin de compte, les souffrances font partie de l’existence, elles ne peuvent pas nous être épargnées mais elles valent cent fois mieux que des moments insipides, elles sont le prix à payer pour affirmer ce qu’on est et accomplir ce qu’on a décidé. »

 

Je n’ai pas été touchée par l'histoire de Louise comme je l’espérais, mais le récit en soi est riche et j’ai envie de retourner vite vers l’auteur dont j'ai adoré la profondeur de la plume. J'en ai justement un qui m'attend sur ma table de chevet ;-)

 

« Trop de tourbillon, trop de chagrin, trop d’alcool. Ou pas assez. Pas assez de ces bras qui enlacent, qui soutiennent, qui guident. Pas assez de ces regards désintéressés, de ces moments de rien qui sont la vraie vie. »

commentaires

Valérie 09/09/2017 21:52

J'ai adoré Arrête avec tes mensonges. Je relirai l'auteur, peut-être pas avec celui-ci parce que tu n'es pas tout à fait emballée.

Nad 10/09/2017 23:46

Arrête avec tes mensonges me tente énormément, je le lirai c'est certain...

Gaëtane 01/09/2017 08:34

Quelle bonne idée de prendre comme point de départ un tableau de Hopper ! Je n'ai jamais lu de romans de Philippe Besson donc je vais certainement me laisser tenter.

Nad 01/09/2017 13:30

Une idée vraiment originale qu'il maîtrise parfaitement! Bonne journée Gaëtane

Violette 31/08/2017 16:52

je n'ai lu qu'Un garçon d'Italie de l'auteur et j'ai bien envie d'y retourner (euh... en Italie ET dans l'univers de l'auteur ^^) !

Nad 01/09/2017 02:47

Je prendrais bien les deux aussi! ^^

Nadège 30/08/2017 19:31

J'aime beaucoup l'idée de départ... faire parler le tableau. Je t'embrasse.

Nad 01/09/2017 02:46

Une très belle idée pleine de sensibilité. Je t'embrasse fort ma Nadège

Alex-Mot-à-Mots 29/08/2017 10:39

Les citations et ton billet donne envie de découvrir ce roman malgré la couverture et le titre un peu tristes. Merci.

Nad 01/09/2017 02:45

Son écriture est si belle, poétique et profonde. On ne peut que s'arrêter en cours de lecture pour réfléchir à sa propre vie...

AMBROISIE 28/08/2017 20:13

« En fin de compte, les souffrances font partie de l’existence, elles ne peuvent pas nous être épargnées mais elles valent cent fois mieux que des moments insipides, elles sont le prix à payer pour affirmer ce qu’on est et accomplir ce qu’on a décidé. »

Cette citation me chavire le coeur, je m'y retrouve complètement et rien que pour ça je vais le noter dans ma wish list. Non, en fait j'ai vu Philippe Besson dans l'émission de la grande librairie et je crois que c'est un écrivain qui m'a marqué. Puis il s'est inspiré d'un tableau de Hopper, j'adore cet artiste, étant étudiante en art je ne peux que me laisser porter !

Nad 01/09/2017 02:38

C'est ce qui a fait la beauté de ce roman à mes yeux, allier l'art aux sentiments, faire vivre les personnages de ce tableau de Hopper, quelle idée de génie.
Elle est forte cette citation n'est-ce pas? Il y en a tout plein des comme ça dans son roman. Moi aussi je préfère les souffrances à une vie insipide... Ces mots-là m'ont aussi chaviré le cœur. Bisous

Guillome 28/08/2017 12:14

il ne me reste pas grand souvenir de ce livre là. Je ne peux que te conseiller son dernier qui rentre dans mon top 3 des romans de cet écrivain.

Nad 01/09/2017 02:34

Tu veux parler de "Un personnage de roman" qui sort dans une semaine ou "Arrête avec tes mensonges"? En tout cas aujourd'hui j'avais "Arrête avec tes mensonges" entre les mains, puis je l'ai reposé. Pas qu'il ne me tente pas, au contraire, je me meurs de le découvrir! Je me dis qu'en livre de poche il sera moins onéreux...
Bisous dans l'Avenue

Jerome 28/08/2017 11:37

Pas un auteur qui m'attire, il faut dire que l'homme m'agace beaucoup, ceci explique sans doute cela.

Nad 01/09/2017 02:30

Ceci explique sans doute cela, en effet. Il y en a pour tous les goûts, c'est la beauté de la littérature :-)

Cristie 28/08/2017 07:09

Tu en parles joliment bien !

Nad 01/09/2017 02:29

Merci Cristie, à bientôt et bon weekend à toi

A_girl_from_earth 28/08/2017 00:17

Peut-être trop introspectif pour moi mais j'aime beaucoup la façon dont tu parles de ce livre, comme si tu avais vécu l'histoire au milieu des personnages.:-)
Je me prépare à affronter ce lundi. Dur, dur ! Gros mouacks et bon début de semaine.

Nad 01/09/2017 02:28

Le livre se prêtait à se fondre au décor, en interaction avec les personnages. J'ai trouvé l'idée de l'auteur super originale.
Oh ma pauvre... j'arrive un peu tard pour te dire bon courage, il me reste à te souhaiter bon weekend, ce qui est encore mieux :D
SMACK!

Fanny 27/08/2017 21:23

Je me rends compte que je n'ai pas fait de billet sur ce livre! Soit!

Je l'ai lu après le magnifique Arrête avec tes mensonges et donc j'ai trouvé celui-ci un cran en dessous. Mais n'empêche, l'écriture est belle et Philippe Besson arrive à instaurer une ambiance spéciale.
Je vois que c'est ta première rencontre avec l'auteur! J'en ai lu plusieurs de lui et c'est toujours avec plaisir que en retrouve ses mots.

Nad 27/08/2017 21:39

J'ai "Une bonne raison de se tuer" et un autre qui m'attend. J'me réjouis! L'écriture est sublime, j'suis tombée amoureuse de ses mots et puis l'atmosphère est présente, c'est trop vrai. Quel bel homme ce Philippe Besson :-*

manU 27/08/2017 21:15

Longtemps que je dois le lire celui-ci et malgré tes réserves, l'envie est toujours là.
Comme tu sais, j'aime beaucoup le style de l'auteur, un "fucking tabarnak" de bon auteur ! ^^

Nad 07/09/2017 00:54

La fête du tracteur ptdrrrrrrrrrrrrrrrrrr dire que j'ai manqué ça !!!! ^^

le Bison 04/09/2017 17:01

Moi non... C'est chasse-gardé aux grenouilles. Tu sors de la cave Hennessy, tu traverses deux ou trois vignes à pineau, et tu y arrives à Barbezieux, avec ses bouses et sa salle des fêtes (Michel Fugain et Sylvie Vartan au menu cette année) pour la grande fête du tracteur.
Je dirais qu'en Massey-Ferguson, la bière n'a même pas le temps de se réchauffer, si tu ne t'arrêtes pas au stop... :-)

Nad 01/09/2017 02:44

C'est là que t'as promené dans la poussière tes sabots de Bison adolescent non? :D
(dis-moi, y'a des vaches et des tracteurs dans c'coin là comme dans les marais du kinG?) ^^

le Bison 29/08/2017 10:03

Quand je pense que l'auteur vient de Barbezieux... C'est quand dingue... !!!!

Nad 27/08/2017 21:20

Tu vas peut-être même sans doute l'adorer! Après c'est qu'un avis personnel et on a tous des ressentis différents dans nos lectures, c'est pas plus mal!
On s'entend, un "fucking tabarnak" de bon auteur!!! ^^

Cristina 27/08/2017 20:56

Ooohhhh je suis contente que tu parles de ce livre. Un livre que j'avais découvert dans le cartable de Mathilde et que j'avais adoré.
Une belle histoire,
Quand une seconde chance s' offre à nous le temps d'une soirée, d'un dialogue ... de pouvoir dire ce que l'on a tu, pour ne pas avoir de regret.

Lu il y a 7/8 ans .... rahhh du bon Besson. Tu m'as donné envie de le relire et redécouvrir cet homme et cette femme qui ont manqué un premier rdv.

Merci ma Belle !
De gros becs ! XXX

Nad 27/08/2017 21:04

Les secondes chances sont toujours possibles, c'est bien vrai. Et de pouvoir l'exprimer est si bon et si important...
Mais comme je le dis dans mon billet je n'ai pas été emballée par l'histoire de Louise, je ne suis pas arrivée à connecter avec ses émotions, c'est dommage je m'attendais à quelque chose de grand qui allait m'émouvoir et puis pas du tout, j'suis passée à côté de ce roman. Comme j'le disais au Bison, y'a des romans qui nous touchent plus que d'autres, pour mille raisons j'imagine ils nous font vibrer ou non... Pourtant c'est généralement le genre d'histoire qui me touche.
Mais par contre j'ai adoré la plume de Philippe Besson!
Bisous xxx

le Bison 27/08/2017 19:29

Je l'ai lu il y a bien si longtemps, et ne l'ai pas aimé à sa juste valeur... C'était mes débuts avec Besson, depuis j'y suis retourné et plus que adoré... Cette arrière-saison m'a comme laissé un goût d'échec parce que je sais qu'il vaut plus que ce que j'en ai pensé sur le moment... Un échec de plus dans ma vie...

Nad 27/08/2017 21:14

C'est aussi ma première rencontre avec l'auteur :-)
Les goûts et les couleurs, c'est certain. Beaucoup de choses influencent nos ressentis... notre histoire personnelle avant tout, nos valeurs, nos blessures aussi, notre manière d'être en relation à l'autre et mille autres choses encore...
Dans les personnages que l'on croise dans les livres il y en a à qui on s'identifie et d'autres non. Souvent parce qu'ils nous confrontent à notre propre vécu et nos propres colères, refoulements, blessures, espoirs...

Cristina 27/08/2017 21:01

C est drôle comme un livre peut etre ressenti de façon différente. Ce couple m'a profondément touché ! Comme quoi les gouts et les couleurs et je crois par ailleurs que c était ma 1er rencontre avec Besson :-)

Nad 27/08/2017 19:54

Comme toi j'ai été déçue par l'histoire de Claire. J'ai adoré sa plume et sa profondeur, et je suis convaincue que je vais adorer ses autres romans, mais je n'ai pas été passionnée par l'histoire comme je l'espérais. Pourtant il avait tout pour me plaire ce roman, à commencer par cette histoire de faire vivre un tableau, une idée sublime. Je ne sais pas ce qui m'a manquée. Sans doute qu'il y avait du fait que je ne me retrouvais pas dans son histoire, mais aussi j'avais l'impression qu'elle n'évoluait pas. Je m'attendais à être émue, je ne l'ai pas été. Vas savoir exactement pourquoi... il y a des romans qui nous touchent plus que d'autres...

L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

La Frontière du loup par Hall

Rechercher