Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juin 2017 2 13 /06 /juin /2017 22:57

 

 

« Je crois qu’il faut avoir perdu quelque chose pour en connaître la valeur »

 

Si vous avez envie de voyager dans le Wyoming, Lindsay vous fera sans doute une place à l’arrière de sa vieille Nash des années 50. Si vous êtes chanceux, vous occuperez le siège juste à côté, mais gardez-vous de lui parler, elle entreprend un voyage intérieur. Terminus Redding, Californie, où elle montera à bord du Cascade, un train à haute vitesse qui filera à travers les paysages de l’Ouest « barbouillés » de couleurs, entre Seattle, l’Idaho, le Montana – juste le temps d’apercevoir un troupeau de bisons qui broutent goulûment dans les grandes étendues de terres arides - et Gatchell, un trou perdu du Wyoming profond.

 

Lindsay est retourné vers ce village où Witt, son ex-mari, a vécu avec une autre en laissant tout tomber. Elle avait besoin de donner un sens à cette rupture en faisant revivre leur histoire. Du jour au lendemain, il avait disparu, même au boulot on le cherchait. Il faut dire qu'il en buvait un coup le Witt dans les dernières semaines, à croire qu'il distillait sa peine dans l'alcool. Quand il revenait de la cabane où il avait écrit quelques lignes destinées à un roman qui ne verrait jamais le jour, il s’enfilait plusieurs rasades de whisky. Il y a fort à parier qu’il s’agissait d’un Wyoming Whiskey. Ou d’un McCarthy’s Oregon, de toute façon, une fois qu’il s’en serait versé quelques-uns dans le gosier il ne ferait même plus la différence. Tiens, ça me rappelle une histoire de whisky, mais j’y viendrai plus tard...

 

Les rails défilent et Lindsay poursuit sa quête. Entre ses doigts les années se sont faufilées, sablier fuyant laissant sur son passage quelques grains de souvenirs, mais sans plus. À peine le temps d’en retenir l’essentiel. Sur le siège face à elle, un homme est plongé dans la lecture de « Voyage de nuit ». À son contact, les émotions se dénoueront et ses sens prendront vie. Il lui offrira un verre, un doigt de whisky (voilà, je l'adore celle-là...). « Un doigt d’abord », pour un voyage « first class » c’est réussi! Au deuxième verre ils feront l’amour. Quelques minutes volées au temps et aux pensées qui affluent en elle dans un tourbillon sans fin. Retour à la réalité. Flash back : amertume, colère, tristesse... Qu’était-il arrivé à Witt? Pourquoi ce trou perdu de Gatchell? À quoi pouvait bien ressembler cette Alex? Et que s’attend-t-elle à trouver là-bas?

 

Par la fenêtre, Lindsay jette un regard au loin. Il se heurte au rideau de blizzard (fu.. le blizzard!). Le temps s’est figé, ils devront s’arrêter. Terminus...

...mais le voyage commence à peine...

 

Une très belle plume que celle de Roy Parvin, portée par des émotions diverses qui nous happent en même temps qu’elles nous plongent tête première dans le voyage intérieur de ses personnages. Il aborde avec délicatesse le deuil, la tristesse, les souvenirs et la solitude. Les paysages sont rendus avec justesse, on les voit, les imagine, on les touche du bout des doigts et les effleure du regard. Ils nous donneraient envie de se fondre à ce décor de neige et d’étendues sauvages, là-même où un Bison sirote un whisky en attendant le prochain train... Merci Bison! ;-)

Fuck le blizzard! :P

 

La Petite-Fille de Menno est tirée du recueil de nouvelles La Fôret sous la neige...

commentaires

N
J'aime beaucoup ces voyages en train, les images du souvenir qui défilent à l'allure des paysages derrière la vitre. Et le temps du voyage jusqu'à l'arrivée, le passé qui refait surface et l'avenir qui nous attend sur le quai... Je t'embrasse fort, ma Nadine.
Répondre
N
Les voyages en train ont quelque chose de vivants et nostalgiques à la fois, les paysages défilent et le temps se suspend. Ça me rend rêveuse... "L'avenir qui nous attend sur le quai", que c'est beau... :-*
Je t'embrasse ma Nadège
G
je ne connais pas du tout cet écrivain. J'aime bien cette collection. C'est noté pour moi. Merci beaucoup pour la découverte !
Répondre
N
Je crois que tu aimerais beaucoup ce Roy Parvin Guillome, une petite merveille que cette nouvelle et j'ai très envie de lire le recueil! Bon weekend dans l'Avenue
C
Comme manU, je suis touchée par la première citation, très accrocheuse et tellement vrai !

Un très belle nouvelle comme tu sais si bien nous présenter !

Nad Sweet Nad <3 XXX
Répondre
N
Maintenant j'ai très envie de découvrir le recueil de nouvelles dont il fait parti !
Des becs sur ton nez ma rousse xx
V
ça a tout pour me plaire!!! Je ne connaissais absolument pas! Voyager en restant chez soi... :) Bonne journée!
Répondre
N
Voyager à travers les livres et les sentiments, il n'y a rien de plus beau...
Belle journée à toi Violette
C
Il faut absolument que je le lise, je suis sûre qu'il me plairait :) !
Répondre
N
J'en suis certaine aussi ma chère Chess! Bisous
M
"Je crois qu’il faut avoir perdu quelque chose pour en connaître la valeur."
D'où l'importance de ne pas attendre de l'avoir perdu...

Comme toujours, tu trouves les bons mots pour donner envie ! ;)
Répondre
N
C'est bien dit mon sweet manU, ne jamais attendre et prendre bien soin...
BB :-*
A
Pas trop déprimant quand même comme lecture ?
Répondre
N
Il n'y a à peu près aucune lecture qui puisse me déprimer. C'est beau la tristesse je trouve, et surtout beau d'y faire face comme plusieurs personnages de plusieurs romans...
A
Ça m'a l'air un poil trop introspectif pour moi mais je ne doute pas, à te lire, que ce soit un très beau texte plein de richesses ! J'aime beaucoup ta citation en début de billet. Tellement vrai !
Bisouuus ! La reprise est trèèèèèès dure mais le weekend approche !^^
Répondre
N
Moi j'aime bien les textes introspectifs. Ceci dit, le "dosage introspectif" de celui-ci est juste parfait, aucune lourdeur...
J'aime bien aussi cette citation, si forte :-*
Bisoussssssss
J
J'avais beaucoup aimé ce texte moi aussi, il faudrait que je lise l'ensemble du recueil de nouvelles maintenant !
Répondre
N
Je me suis promise aussi de lire le recueil ! Bises Jérôme
L
Du blizzard, fuck le blizzard.
Des bisons, fuck le bison.
Du whisky, un doigt pour commencer.
Une belle petite nouvelle, qui se perd dans le Montana. Une histoire de femme, une belle femme, et d'amour. Fuck l'amour.
Un beau voyage en train que tu nous proposes. Je note au passage, que c'est au deuxième verre que tu fais l'amour.
Vous voulez un whisky ?
Répondre
N
Pour cette fois, je prendrai le whisky d'abord, il faut savoir varier les plaisirs.... ^^
Ah mais ça dépend c'est un verre de quoi! :P
S'il est à moitié vide, s'il est à moitié plein etc.... mdrrr

L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

 

Rechercher