Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2017 6 03 /06 /juin /2017 13:37

 

 

« On peut tuer un être humain sans lui enlever la vie. »

 

Depuis la nuit des temps, les êtres humains « s’affrontent pour la possession des femmes, de l’argent, du pouvoir… ». Ils violent et tuent, sans trop de remords, voire aucun, guidés par cet élan collectif qui pousse les hommes à s’unir pour s’élever au sommet d’une folie meurtrière n’ayant de limite que la soif insatiable de violence. L’amour humain cherche à donner un sens, s’il en est un, à ces batailles qui ont rendu les hommes méconnaissables. En posant un regard cynique sur la vie et les individus qui peuplent le monde, et ayant comme toile de fond la guerre coloniale portugaise tel un prétexte à son exposé, l’auteur nous raconte avec sensibilité les peurs qui nous hantent, incontrôlables. La conscience de la mort, l’indifférence qui en résulte et l’amour maternel vers lequel l’âme cherche sans cesse à revenir, bulle de réconfort dans un monde dont les valeurs essentielles semblent s’être effondrées. Mais aussi l’amour des sens et des souvenirs doux qui apaisent les maux.

 

Deux russes et un jeune révolutionnaire angolais, Elias – alias notre héros - sont retenus prisonniers au fond d’une case, ce dernier gisant à moitié mort. La guerre coloniale portugaise de 1961 vient d’éclater. Vingt-cinq ans plus tard, il se souviendra de cette nuit de terreur à Lunda Norte, où il assistera au viol d’une femme Noire par des soldats de l’armée angolaise. Au milieu de l’horreur, le visage d’Anna...

 

« Sans l’amour qu’il lui portait, la vie n’aurait été qu’une interminable nuit. »

 

Il se souviendra de ses mains noires sur sa peau laiteuse. De ce train filant à toute allure à travers la taïga sibérienne, sa terre natale. Des nuits d’amour et de cette femme qui portera sur sa robe les senteurs de la nuit. C’était le hasard d’une rencontre lors d’une conférence sur le développement durable en Afrique. Dans cette foutue jungle, peu leur importait le regard des autres. Parce que l’amour humain est incolore...

 

Il découvrira la tendresse, la confiance et la peur, celle inhérente à la perte. Sentiment inaltérable, inévitable. J’ai été transportée par ce roman de Makine. Avec douceur, il a su allier la révolution à l’amour - ce qui en fait, à mes yeux, toute sa beauté. L’amour des sens, l’amour maternel et celui des souvenirs. L’amour des mots, l’amour des gestes et l’amour qui panse, qui occulte la haine. L'amour d'Anna et les odeurs de la nuit. L’amour universel...

 

L’amour humain selon Makine. Plus fort que toutes les guerres. Merci Bison :-*

 

« Le soleil de l’Afrique, un billet pour Cuba, de la neige à pelleter et une histoire d’amour ». T’avais raison, j’étais dans mon élément... :P

 

« Croyez-vous qu’après la victoire de la révolution les gens vont s’aimer autrement? »

commentaires

nadège 15/06/2017 10:35

J'ai Le testament français dans ma pile à lire, hâte de découvrir cet auteur. Ton billet est convaincant! Je t'embrasse.

Nad 19/06/2017 23:50

"Le testament français" en est un aussi que j'ai follement envie de découvrir... Je t'embrasse

Gaëtane 10/06/2017 07:58

ça a l'air d'être un très beau livre. Il n'est pas trop "dur" à lire?
C'est une jolie découverte, en tout cas !

Nad 11/06/2017 00:26

Non étonnamment malgré la thématique l'auteur est venu adoucir le sujet par les mots de l'amour. Je me suis régalée à le lire...
À bientôt Gaëtane, bon weekend

le livre-vie 09/06/2017 22:16

Comme toujours, une très belle découverte chez toi. Je n'ai rien lu de cet auteur, mais il me tente beaucoup depuis longtemps...

Nad 11/06/2017 00:23

C'était mon premier rdv avec l'auteur et je suis ravie! :-*

A_girl_from_earth 09/06/2017 13:36

Un livre à l'universalité manifeste, ça m'attire toujours ça. L'amour humain qui se fraye son chemin en dépit de toutes les horreurs et de la violence humaine. Voilà une thématique qui me plaît bien, et un titre qui me parle ! Sans compter que ça a l'air dépaysant à souhait. Je n'ai jamais lu Makine en plus, voilà qui serait l'occasion de le découvrir ! Retour de vacances, j'explore la blogo doucettement et bam, tu fais fort ! Me voilà déjà avec une tentation.^^ Mais ce genre de découverte, je dis merci d'avance !
Bisouuuuus, le weekend arrive !

Nad 11/06/2017 00:22

Tes mots sont vraiment très justes, tu as saisi l’essence même du roman : « L'amour humain qui se fraye son chemin en dépit de toutes les horreurs et de la violence humaine. »
Vive les weekends, vive les vacances, vive Makine! ^^
Je t’encourage sincèrement à le lire…
Bisoussssss

manU 06/06/2017 16:12

"Parce que l’amour humain est incolore..."

Tout simplement...

Nad 07/06/2017 03:16

Tout simplement... ;-)
Bisous mon kinG xx

Cristina 06/06/2017 15:20

Rien que la première citation présage un livre fort et troublant ! Tu en parles si bien, que veux tu, tu donnes juste l'envie d'aller l'acheter pour plonger dedans !

Des baisers ma blondinette :-)
XX

Nad 07/06/2017 03:17

Oui le livre est vraiment fort, c'est une belle histoire d'amour et de courage. Puis en plus il y a l'Afrique, Cuba, la neige de Sibérie...
Bisous ma Rousse xx

Alex-Mot-à-Mots 06/06/2017 10:53

Je te sens conquise par l'auteur.

Nad 07/06/2017 03:10

Il y avait longtemps que je voulais le découvrir. Je crois que cette histoire-ci était la meilleure pour moi...

Léa Touch Book 05/06/2017 10:33

J'aime beaucoup cet auteur :)

Nad 06/06/2017 00:18

Je le découvre et j'ai beaucoup aimé!

Aifelle 04/06/2017 06:08

Makine, un auteur que je voudrais lire depuis longtemps, mais voilà le temps .. le temps ..

Nad 06/06/2017 00:17

Le temps..... si seulement...... :-)

Chat du Cheshire 03/06/2017 20:15

Je suis très tentée depuis qu'il est sorti ! Si seulement j'avais 9 vies et surtout des journées de 48h :P !

Nad 06/06/2017 00:17

En tout cas il est très bon Chess, que ce soit lui ou un autre Makine, c'est déjà bien je crois d'en avoir lu au moins un. Tu en as lu au fait?
Gros bisous

le Bison 03/06/2017 20:14

Ouf... J'ai cru que c'était une histoire d'amour, beurk... C'est bien plus rock'n'roll avec du sang et des viols !

Je l'ai lu, il y a bien longtemps, mon seul Makine jusqu'à présent. J'en garde un bon souvenir, même s'il se fait de plus en plus loin... C'est que la mémoire s'efface comme les paysages vues d'un transsibérien. Mais je savais qu'avec ce livre on voyageait, entre l'Afrique et la Sibérie, escale à Cuba, entre la haine et l'amour.

PS: il parait qu'il fait frette en Sibérie, à avoir des engelures aux majeurs et à geler les fontaines de jouissance...

Nad 11/06/2017 22:33

Qui ne rêverait pas d'avoir des fesses en peau d'castor pis des "seins plein d'Abraham" ^^

le Bison 11/06/2017 20:15

Des fesses en peau de castor ! J'adore...

Nad 11/06/2017 00:18

Bien vu!!! ;-)
Spécial dédicace, pour l’occasion ^^

"Un puits entre les dents, des yeux à se noyer dedans
Ton coeur en lune de miel, te v'là

Le blond d'engin de tes cheveux
Ton âme aigrie pleine de petits cris
Mon wrench pis ton nombril
Pis tes fesses en peau de castor
Wow wow
Pas de coups de cils
Te voilà telle que t'es, telle que t'es
Telle que t'es, telle que t'es
Je m'ennuie, Dolorès

Ta tendresse de bebelle
Le poil de tes aisselles
Ton pied à cinq chandelles
Te v'là

Tes cils de téléphone Bell
Ton palais rose Péribonka

Ta couette de jus d'Oka
Pis tes fesses en peau castor
Wow wow
Pas de coups de cils
Te v'là telle que t'es, telle que t'es
Telle que t'es, telle que t'es
Je m'ennuie, Dolorès

Ton smile ben affilé
Mon grand buisson ardent
Ton sein plein d'Abraham
Te v'là

Les trous de souris dans ton petit nez
Tes tétons cornet à deux boules
Ton péteux stéréo
Pis tes fesses en peau castor
Wow wow
Pas de coups de cils
Te v'là telle que t'es, telle que t'es
Telle que t'es, telle que t'es
Je m'ennuie, Dolorès

Ton swing de boule de pool
Tes ongles éclisses de feu
Le mauve de tes babounes
Te v'là
Mon petit trail de Klondike en or
Mes lèvres de crème en glace encore
Et encore, toujours et encore
Tes fesses en peau castor
Wow wow"

le Bison 09/06/2017 11:37

Il disait ça après avoir bu une caisse de Chambly ! ;-)

Nad 09/06/2017 09:00

Je vois qu'il a aussi écrit "L'oeuvre de l'amour". Cette histoire d'A-m-o-u-r est pour toi, c'est sûr...
C'est Charlebois qui disait... "pis ton poil en peau d'castor wah wow". L'amour en poils d'castor, ça me laisse rêveuse, ça t'garde l'majeur au chaud quand y fait frette dehors ^^
Vive les histoires d'AMOUR!!!

le Bison 07/06/2017 09:23

une mini-jupe en poils de castor, ça me laisse rêveur...

Je sais qu'un jour je reviendrais à Makine, je ne peux pas m'arrêter en si bon chemin, même si le plus dur maintenant est de trouver le second Makine à lire... j'ai peur des histoires d'A-m-o-u-r... :-)

Nad 06/06/2017 00:15

Fait frette dans c'coin-là, pas l'temps de sortir une mini jupe, à moins qu'elle soit en poils de castor!
J'ai acheté il y a un moment "L'archipel d'une autre vie", c'est certain que je relirai du Makine, j'ai vraiment aimé l'atmosphère, la richesse des mots, l'Afrique, Cuba... et surtout l'histoire d'A-m-o-u-r.
Ah l'amooooooooooour, ton ultime guide spirituel..... Tu l'sais juste pas encore....... ^^

L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

La Frontière du loup par Hall

Rechercher