Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2017 2 04 /04 /avril /2017 00:07

 

 

« Le pire, dans l’enfance, c’est de ne pas savoir que les mauvais moments ont une fin, que le temps passe. Un instant terrible pour un enfant plane avec une sorte d’éternité, insoutenable. »

 

Rahhhhhhh je me suis encore fait avoir par David Vann!!! (sourire)

 

Pourtant, concernant ce roman j’avais lu quelques avis mitigés, que venaient confirmer un début de lecture un peu cahoteux. Comparativement à ses autres romans, j’ai eu du mal à entrer dans l’histoire avec la même fougue. Le rythme est lent. Il y a quelques longueurs jusqu’à la moitié du livre, même si je trouve l’idée absolument géniale d’associer le monde marin à l’âme humaine. Il faut dire que je m’attendais d’emblée à être submergée de plein fouet dans un univers tout ce qu’il y a de plus noir - cet univers unique auquel l’auteur m’avait habituée - de ressentir un malaise, une plongée en apnée, malsaine et violente, dans laquelle je me débattrais en eau trouble et qui me terroriserait juste assez pour passer quelques nuits blanches. J’exagère à peine. J’ai eu du mal à me remettre de son Sukkwan Island, que j’ai ADORÉ par ailleurs! Chemin faisant, l’histoire progresse, les nuances s’affinent de détails multiples, longue évolution vers des personnages qui s’intensifient et se précisent dans leur personnalité. Et là, sans qu’on ne le voit venir, c’est le point de rupture et tout bascule. JUBILATION! Je venais de retrouver David Vann dans toute sa « splendeur », explorant les limites de l’homme, cette immersion de l’autre côté du mur, Dark side of the moon, une noyade de la psyché sur des vagues d’émotions qui auscultent les dérives de la folie. Quel génie!

 

Caitlin, 12 ans, vit seule avec sa mère dans une vieille bicoque de Seattle. La peur au ventre de la perdre, elle fait des cauchemars. Chaque soir après l’école, elle se rend à l’aquarium et admire les poissons à travers l’épaisse vitre, lieu de recueillement et bulle de réconfort. Elle y rencontre un vieil homme, étrange personnage qui ressemble à un poisson-grenouille à trois-tâches, avec ses cheveux, ses vieilles mains usées. D’ailleurs, les hommes adoptent un peu les mêmes comportements que les poissons, pour peu qu’on prenne le temps de les observer. Enfouis sous la roche, à l’abri du monde marin, ils se protègent. Certains, comme l’hippocampe, ont l’avantage d’avoir une armure. Et nous, n’avons-nous pas cette même carapace nécessaire à notre survie? Ces mécanismes de défense qui nous isolent en plein cœur des eaux agitées. Leur aquarium est notre maison. Aux heures de remous intérieurs, des vagues à l’âme aux violences du spleen, on s’accroche. Vagues fragiles et dévastatrices. On se brise mais on survit.

 

Dans Aquarium, David Vann confronte le lecteur à certaines questions essentielles, voire existentielles. Qu’est-ce qui fait de l’homme un être humain? Quelle est la part d’héritage dans les séquelles d’amour? Sommes-nous perméables ou non aux traumatismes de l’enfance, et qu’est-ce qui fait que certains le sont plus que d’autres? Il explore également, avec une finesse incroyable, le manque sous toutes ses formes, l’absence, l’incapacité de revenir en arrière, la sécurité affective et le pardon. Les séquelles de la guerre et l’homosexualité. Enfin, la relation mère-fille est au cœur du roman, avec ses élans violents, ses culpabilisations, son dégoût, sa haine et sa rage. L’aquarium est un rempart efficace à la survie de l’âme, mais à tout moment, il pourrait se briser en mille éclats...

 

« Comment recolle-t-on les morceaux d’une famille ? »

 

Lire l'excellent billet de Guillome

 

Et celui de Fanny

 

Mes billets sur Sukkwan Island et Désolations

commentaires

nadège 03/06/2017 18:53

La lecture de Sukkwan Island m'avais glacée... alors depuis je n'ai pas touché à un autre de ses romans. Mais comme d'habitude, ton billet est convaincant alors peut-être... Je t'embrasse.

Nad 05/06/2017 10:38

C'est vrai que Sukkwan Island est traumatisant, même si je l'ai adoré! Celui-ci nous percute autrement, il sort de son registre habituel...
Bisous ma Nadège

Gaëtane 19/04/2017 09:22

J'admire les romans de David Vann. Je n'ai pas encore lu celui-ci mais cela ne va pas tarder, je pense !

Nad 20/04/2017 01:55

C'est un auteur vraiment remarquable, un jour j'aurai lu tous ses livres...

manU 11/04/2017 21:28

"Léger", c'est tout à fait le mot qui me vient quand je pense à David Vann...ou pas !! ^^

Nad 11/04/2017 21:45

On verra ce que le lecteur en pense....................... ^^
À suivre (mdrrrrr)

DJ 11/04/2017 00:00

Étant d'humeur assez maussade avec l'été qui n'arrive pas, ce livre sera très certainement un rayon de soleil dans ma vie. Merci encore de me recommander un autre ouvrage inspirant de ce léger David Vann :)

Nad 11/04/2017 00:02

Mais tout le plaisir est pour moi! :D)) ha ha ha
Après celui-ci tu pourrais envisager de relire Sukkwan Island... (j'me trouve drôle)

Libriosaure 08/04/2017 00:18

Voilà une chronique qui m'intrigue et m'inspire beaucoup... Le lien entre l'humanité et les poissons puis cette histoire de réflexion sur les relations mère-fille, ça attise vraiment ma curiosité. Je vais donc mettre ce livre dans ma wishlist (parce que là, vraiment, ma PAL est gigantesque) !

Nad 09/04/2017 21:35

Y'a beaucoup de thèmes dans ce roman, à mes yeux le plus fort est la relation mère-fille..
Belle semaine à toi :-)

le livre-vie 06/04/2017 12:59

(Soupir de soulagement) Oufff, il est dans ma PAL... Parce que sinon, j'aurais été très frustrée de ne pas le lire très vite!

Je suis de retour, désolée pour mon silence, grosse période de boulot... Mais je sors enfin la tête de l'eau!

Nad 06/04/2017 22:21

Juste le temps de sortir la tête de l'eau pour replonger dans l'Aquarium!
Il te faudra quand même peut-être souffler un peu avant, David Vann étant David Vann, pas si reposant :-)

Chat du Cheshire 06/04/2017 00:25

Un livre que j'ai déjà vu passer plusieurs fois sur les blogs, il faut que je le tente !

Nad 06/04/2017 00:43

Ah ma Chess, je n'arrive plus à naviguer sur ton blog, ça me rend bien triste, j'aimais tellement m'y promener... :-(
Si tu lis ce roman je suis curieuse de connaître ton avis :-*

A_girl_from_earth 05/04/2017 23:29

Bon je me fais toute petite, je ne fais pas partie des fans de Sukkwan Island et du coup j'ai du mal à revenir à David Vann. Enfin, c'est plus compliqué que ça. J'ai au final beaucoup apprécié ce livre mais ma lecture a été un peu perturbée par plein de petites choses (un peu compliqué et long à raconter ici) - entre autres, j'en avais d'immenses attentes et j'attendais LE truc, et du coup, ma lecture a été un peu singulière, et même si au final j'ai apprécié, je n'en garde pas un si bon souvenir (bizarre, hein ?). Bref, en te lisant, je me disais, bon, ma PAL est tranquille de toute façon, sauf que, merdoum, ton dernier paragraphe a éveillé un nouvel intérêt pour Vann chez moi - ces questions sont effectivement essentielles, et j'ai bien peur que ce roman d'un coup m'intéresse pour ça - du coup, ben ptêt que j'y reviendrai.

Nad 06/04/2017 00:41

Je te comprends tu sais, David Vann nous immerge dans des extrêmes, ses personnages côtoient la folie, l'atmosphère est violente, surtout dans Sukkwan Island, c'est vraiment terrifiant et malsain!
Alors je pense que c'est un auteur qu'on aime ou qu'on aime pas...
Et je suis certaine que tu en as une tonne d'autres à découvrir :-)
Bisous et belle journée

Jerome 05/04/2017 13:12

Ayant déjà lu (et apprécié) Sukkwan Island, c'est sans doute le titre qui m'attire le plus dans le reste de sa bibliographie.

Nad 05/04/2017 21:48

J'ai hâte que tu le lises pour avoir ton avis, je suis vraiment curieuse ;-)

Cristina 04/04/2017 16:57

Rahhhhh j'ai encore mon Sukkwan Island qui m'attend dans ma bibli (sourire qui te tire la langue)
;-)

J'ai le temps de rien en ce moment ! bouhhhhhhhhh ^^ mais après ton billet j'ai tellement envie de le découvrir!
Bon au vacances de Paques je plonge !

Bisous Ma Belle !

Nad 05/04/2017 21:47

Trop bon son Sukkwan Island mais attention, c'est vraiment traumatisant Ma Rousse! :D (c'est pas une lecture les pieds en éventail dans le sable) ^^
Bisous xx

le Bison 04/04/2017 14:37

J'ai l'impression d'avoir senti des émotions si intenses avec ses deux premiers romans, Sukkwan Island et Désolations, que j'ai toujours eu peur de poursuivre la découverte littéraire de David Vann. Tu m'as convaincu du contraire : malgré les moments incroyablement forts de ces précédents romans, il peut y en avoir d'autres, tout aussi forts, intenses, floydiens...

Maintenant, je peux y aller sereinement, plonger mon spleen dans ses lectures suivantes et me noyer dans sa déprime.

Dark side of the moon... c'est quoi cette hostie de crisse de câlisse. Même pas un tabarnak d'extrait pour étayer ton fondement.

Nad 06/04/2017 23:11

Ton côté Dark ou ton côté Moon ? :D))

le Bison 06/04/2017 20:26

J'aime quand les émotions cherchent la profondeur :)

Et puis déprimer en masse, ça me connait... j'aime bien même... je ne sais faire que ça... mon coté dark of the moon....

Nad 05/04/2017 21:45

J'avais la même appréhension, surtout que plusieurs avis étaient mitigés. Et en début de lecture c'était un peu long, mais après ça a été le gros coup de foudre!
C'est vrai qu'il est quand même un peu différent des autres, j'aurais du mal à expliquer pourquoi, l'atmosphère sans doute, qui n'est pas aussi "dark" et malsaine, mais plus de l'ordre des émotions profondes et des questionnements. Je n'irais pas jusqu'à dire que ses personnages sont "sains"... ^^
Vas-y Bison, plonges tête première dans son spleen, tu pourras même te permettre d'aller du côté Dark of the moon. Et déprimer en masse...
Oui, David Vann a une âme floydienne, c'est le bon mot :-)

Guillome 04/04/2017 13:14

Je constate que nous avons eu un ressenti de lecture similaire ! merci pour le lien. très belle semaine à toi!

Nad 05/04/2017 21:12

Et toi qui l'a rencontré et passé en entrevue!!! Quelle CHANCE!!!
Belle semaine à toi mon cher Guillome

Fanny 04/04/2017 12:29

Finalement tu as aimé ;-)

Nad 05/04/2017 21:19

Le début était un peu cahoteux, le rythme trop lent à mon goût, mais vers la moitié du roman j'ai plongé tête première et j'ai retrouvé le David Vann que j'adore! Quel génie, ses personnages sont complexes comme je les aime :-)
Belle semaine à toi

Alex 04/04/2017 12:28

L'auteur aborde des sujets essentiels.

Nad 05/04/2017 21:11

Oui c'est vrai, il aborde toujours des sujets essentiels et forts, en plus de toutes les remises en question qu'il suscite chez le lecteur...

Noukette 04/04/2017 11:08

Hâte de retrouver cet auteur et de plonger dans ce fameux aquarium !

Nad 05/04/2017 21:10

Il faut savoir nager en apnée! ^^
Il est génial cet auteur n'est-ce pas?
Bisous Noukette

manU 04/04/2017 08:24

Même pas une petite déprime après ta lecture ??? ;)
J'aime beaucoup ta première citation, tellement vraie...

Nad 05/04/2017 21:08

La première citation m'est tout de suite sautée aux yeux. Il a tellement raison...
Pas aussi traumatisée que dans Sukkwan Island mais pleins de bousculement intérieurs, il faut être en forme GRAVE pour lire du David Vann! ;-)
Je l'adooooooooooore

L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

 

 

Rechercher