Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mars 2017 1 20 /03 /mars /2017 22:08

 

 

« La nostalgie, c’est de la tristesse, mais c’est aussi un peu du bonheur. »

 

 

************

 

 

« L’amour ne s’attarde ni sur l’âge ni sur rien qui ne soit l’amour. »

 

Quel petit roman tout à fait étonnant! Peut-être même une nouvelle, je ne sais pas, peu importe. Au cœur de son histoire, la vie d’une femme sarde nous est racontée par sa petite-fille. Elle a une masse de cheveux noirs aussi magnifique que ses grands yeux. Douce, désirable, discrète, elle parle très peu, que pour dire l’essentiel, transmettre une émotion à fleur de peau, à qui elle le veut bien, sans doute au Rescapé plus qu’à quiconque. Elle est atteinte d’un mal, le Mal de pierres, qui a interrompu toutes ses grossesses.

 

En accompagnant son personnage au fil des pages, on explore de près les limites de la folie. Folie douce, à peine dissimulée sous le voile de comportements atypiques et dépressifs. Elle est pointée du doigt, c’est la « folle » du village. On dit qu’elle s’est jetée dans un puits pour tenter d’en finir, se taillade les bras, s’enlaidit. Pourquoi l’amour lui est-il refusé? Peut-être est-elle prise d’un mal mystérieux, autre que son Mal de pierres, qui le fait fuir? Ses parents ont voulu l’interner, jeune femme abandonnée à sa détresse. Petite parenthèse, en lisant son histoire, je n’ai pu m’empêcher de penser à Camille Claudel, cette folie dont on la disait atteinte et le grand nombre d’internements injustifiés et ce, dans un passé pas si lointain. Fin de la parenthèse :-)

 

On y explore à la fois l'amour. La folie d'aimer? Celui des douceurs mais aussi l’amour des bouleversements intérieurs. Celui qui nous pousse à tout accepter, jusqu’aux jeux malsains, au prix d’en mourir. Celui des caresses qui nous manquent et des larmes qu’on ne retient plus. Mais aussi celui qui rend heureux. L’amour des nuits d’amour et des êtres inséparables. La souffrance de l’éloignement et l’envie de se retrouver. C’est la différence entre le mari épousé en 1943, un mariage forcé, et l’homme rencontré sur le continent, quelques années plus tard. Celui qui la fit sortir de son mutisme et le seul à penser que ce sont les autres qui sont dérangés...

 

« Une princesse. Vous vous comportez comme une princesse. Vous ne vous souciez pas du monde autour de vous, c’est le monde qui doit se soucier de vous. Votre seule tâche est d’exister. »

 

Ces pages s’inscrivent dans le contexte historique de l’après Seconde Guerre mondiale. La quête désespérée de cette femme pour trouver le grand amour nous arrache des sentiments d’empathie, de pitié? Les pages défilent au fil de vérités où le lecteur est amené à démêler le vrai du faux, le réel de l’imaginaire. Une fin surprenante et complètement inattendue en ce qui me concerne! Je tenterai de voir le film sous peu, ça c'est certain.

 

« Que pouvons-nous savoir, vraiment, même des personnes les plus proches? »

 

Mal de pierres, maux d’amour. Parce qu’un Bison aime lire des romans d’amour :P

 

Merci! :-*

commentaires

S
J'en garde un si bon souvenir de lecture !!
Répondre
N
Il est merveilleux n'est-ce pas?
Bon weekend Stephie
L
Quelle chronique! Que tes mots donnent envie de découvrir cette "folie"...
Répondre
N
Ce livre est SUPERBE Céline! Tu l'adorerais!
C
Un titre fabuleux et une histoire qui doit prendre aux tripes.
J'ai envie de le lire
Oh ouiiiii
Et puis ton billet ... trop beau...

Des bisous pleins :)
Répondre
N
Une écriture toute en poésie, un petit livre magique...
Bisous ma Rousse
A
Je suis tombée dessus plusieurs fois mais j'ai toujours hésité à l'acheter, plus maintenant avec ta chronique toujours aussi belle, qui dit les choses simplement mais avec une force tentatrice.
Répondre
N
Un très très beau livre, vraiment, je t'encourage à le lire. Et l'écriture de Milena Agus est si belle.
V
je l'avais découvert en livre audio. Je me souviens avoir beaucoup apprécié mais, est-ce dû au support audio, à la brièveté du roman? J'ai presque tout oublié!!!
Répondre
N
Y'a des romans qui laissent plus d'empreintes que d'autres...
N
Je garde un très beau souvenir de ce roman...!
Répondre
N
Bonne nouvelle, je suis contente de savoir que plein d'autres personnes l'ont aimé!
N
Je n'ai encore jamais lu Milena Agus... je l'aimerai ce petit livre-là, c'est sûr! Et tu en parles si bien... je t'embrasse, ma Nadine.
Répondre
N
Oui je suis presque certaine aussi que tu l'adorerais ma Nadège. Gros becs
A
J'avais beaucoup aimé ce petit livre.
Répondre
N
Je suis contente de te l'entendre dire Aifelle...
A
Je l'ai lu il y a un moment (près de 10 ans dixit mon ancien blog), du coup il ne m'en reste quasi aucun souvenir. J'ai dû aller vérifier si j'avais aimé ou pas et visiblement, j'avais été complètement séduite par ce petit livre, haha (début d'Alzheimer, bonjour...). La fin m'avait a priori marquée, mais aujourd'hui il ne m'en reste plus rien, snif... En te lisant et parce que vraiment, je me rends compte que mes souvenirs sont vagues et lointains, je me dis que je le relirais bien mais pfff... j'ai tant à lire...
Répondre
N
Ah toi aussi la fin t'avait marquée? Je ne m'y attendais pas du tout et en même temps c'est tellement logique! Toute la personnalité du personnage central se résume à ces mots de la fin qui la décrivent dans ses fabulations. C'est excellent!
T'inquiètes pour Alzheimer, t'es pas la seule, il m'arrive de relouer des films que j'ai vus 3 mois avant, on ne rajeunit pas ma pauvre! mdrrrrrrrr
Et les livres c'est encore pire, je suis souvent incapable d'en parler quelques semaines après... ^^
Bisous à toi
M
Il va vraiment falloir que je le relise !
Même si, moi, je ne lis JAMAIS de romans d'amour, pas comme certains...
Répondre
N
Cuisses de rainette??? Moi je pencherais plus pour le têtard.......
N
Il se dévore d'une traite!
Quoi, Heidi c'est pas un roman d'amour? Tu brises mes illusions... ^^
<3
L
Voilà ce que ça donne quand je prends pas la peine de me relire : "Et tu crois qu'on va te CROIRE, cuisses de rainette aillées !". que je voulais écrire...
L
C'est ça, c'est ça... Et tu crois qu'on va te lire. Depuis la plus petite enfance, on nous apprends que les grenouilles rêvent du prince charmant. Alors les crapauds baveux se mettent au diapason en lisant des romans d'amour...
J
Il est dans ma pal depuis trop longtemps, je vais me pencher sur son cas d'ici peu, pas possible autrement !
Répondre
N
Tu ne devrais pas le regretter Jérôme!
L
Chut... je m'insurge contre ta dernière phrase : je ne lis pas de romans d'amour. J'ai une réputation à soutenir et à entretenir. Toute littérature d'amour ne sont qu'erreur ou anomalie spatio-temporelle dans ma carrière de lecteur. Que cela soit dit. JE NE LIS PAS DE ROMANS D'AMOUR ! :D
Répondre
N
Tout est dans la craque... ^^
L
S'il y a une ficelle dans la craque, ça change toute la perspective du roman d'amour...
N
Des romans d'amour en string et majeurs qui s'trémoussent, on s'entend... :D

L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

 

Rechercher