Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2017 3 22 /02 /février /2017 00:21

 

 

« Tout est noir dans la chambre. Les volets sont clos, les rideaux tirés. On ne voit pas le désordre. Les bouteilles, les cendres sur la moquette, les disques éparpillés. Le radio-réveil clignote. Les chiffres s’affichent en vert. »

 

Antoine pose son regard dans le miroir. Ce reflet de lui-même ne l’effraie pas, ou du moins ne l'effraie plus, à peine se rend-il compte qu’il n’est plus le même homme. Il revient de loin, d’un ailleurs hors du monde. Avachis sur son canapé, son quotidien se résume à fumer des joints. Allumer, tirer quelques bouffées, boire une gorgée de whisky. One Bourbon, One Scotch, One Beer. Sa quête dure depuis un sacré bout de temps déjà. Regard sur le monde environnant, recherche d’identité. Il s’accroche aux souvenirs d’ « avant » - avant la grande dérape – comme pour se cramponner à l’existence. Un décor à son image...

 

« L’herbe est rase. Il a tondu la pelouse hier. Des thuyas malades, jaunis, ferment l’espace. Au milieu du jardin, près de la balançoire rouillée, traîne un ballon crevé. La plaque de bois flotte dans le vide, une corde est coupée, pas nette, tout effilochée. »

 

Où sont passés les secrets de son enfance? L’air doux et les sourires. Tom Sawyer à la lumière d’une lampe de poche, sous les draps. Où sont passés les complots et les espiègleries? Lorette et ses robes à fleurs? Son visage doux et le premier baiser, enlacés dans l’herbe chaude. Envolés dans un nuage de fumée amère. Parce qu’un jour, d’aussi loin qu’il soit, il lui faudra bien revenir. Revenir de loin. Revenir tout court. Même Léa, avec qui il couche de temps en temps, préfère « rester amis ». La phrase qui tue. C’est comme ça quand on ne peut plus faire confiance. Léa est partie.

 

Le récit est parsemé de détails du quotidien qui rendent compte de sa douleur, qui accentuent le drame qui se joue, sous nos yeux de lecteur. Les allers-retours du présent au passé semblent être une façon de se rassurer, enviable ou non, quand tout nous échappe. Serait-ce aussi ce brin de nostalgie qui sommeille au creux de ses tripes? Chez Antoine, le temps s’est un peu arrêté pour tout le monde. Une famille banale, comme bien d’autres, et qui cherche à se retrouver. Mais trop tard. Sa sœur Camille s’isole, fume et sèche ses cours. Elle tente de survivre à une mère dépressive, partie sans donner de nouvelles. Elle se cherche, recherche l’amour. Antoine lui ressemble et en a conscience. Coup de poing au cœur. Tel un boomerang, nos racines nous heurtent parfois en plein visage. C'est comme ça...

 

« Il la regarde et il sait qu’ils sont pareils. À sa démarche, à son regard inquiet, sa réserve et ses ongles rongés, les bouts de peau qu’elle s’arrache. Ils sont pareils. Seuls et pareils dans la nuit des nationales. Sortis sur la pointe des pieds, maladroits… »

 

Olivier Adam m’a offert, une fois encore, une immersion dans un monde où le quotidien est drapé de souvenirs amers. Où l’âme et la mer s’unissent pour rompre la vague meurtrière du temps qui passe. La rumeur des eaux n’est pas loin. Il suffit de tendre le regard, quelque part À l’ouest.

 

« Les vagues s’échouaient sans violence, lourdes et épuisées. »

 

« J’ai fermé les yeux. So long Marianne sur le ressac. »

 

Merci Bison, je deviens complètement accro à ce Adam et ses états d'âme :-* 

commentaires

cristina 09/03/2017 21:55

J'ai au moins 3 Olivier ADAM dans ma bibli et je n'ai pas pris encore le temps de les lires.

Que je suis bête alors que je sais que je vais adorer !
Mais de les savoir chez moi me rend heureuse surtout après t'avoir lu.

Rahhhhhh tu me donnes envie de découvrir l'auteur, je ne sais plus où donner la tête !

Bisous vilaine tentatrice ;-)
sluuuuuuurrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrppppppppppppppppp <3

Nad 17/03/2017 00:41

Il est bon ce Olivier Adam, j'suis ACCRO!!! Tellement humain et profond...
Bisousssssss xxxx

Alex-Mot-à-Mots 02/03/2017 17:13

Un auteur que j'apprécie, mais à petites doses.

Nad 02/03/2017 17:23

Je suis d'accord avec toi, il est bon de lire d'autres romans avant de s'y replonger, pour mieux les apprécier...

le livre-vie 28/02/2017 21:04

C'est un auteur que j'aime beaucoup, aux écrits assez noirs, mais toujours bouleversants.

Nad 01/03/2017 00:48

Très bouleversant et ce que j'aime au-delà de tout chez Olivier Adam ce sont tous les questionnements avec lesquels on ressort de ses romans.

Valérie LAFITTE 28/02/2017 20:48

Je n'ai pas été emballée par ce roman d'Anne Percin malgré de beaux passages. Elle est très réussie la couverture poche.

Nad 01/03/2017 00:50

Moi vraiment j'ai été conquise, mais c'est vrai qu'il faut aimer aborder la période adolescente avec un style très poétique. Juste sublime à mon sens... (ton com est posté au mauvais billet mais je comprends que tu parles bien du roman "Le premier été").
Bonne journée

nadège 26/02/2017 19:46

Je n'ai toujours pas ouvert un livre d'Olivier Adam et pourtant je pense que j'aimerai... on passe forcément à côté d'auteurs, de romans... quand on est grande lectrice... mais je n'ai qu'une seule vie (enfin, je crois!) Je t'embrasse.

Nad 27/02/2017 21:39

Tu vas rire mais parfois j'angoisse à l'idée de ne pas pouvoir lire tous les livres ou auteurs que j'ai envie de découvrir dans ma vie! :-)
Enfin, c'est comme ça...
Je t'embrasse ma Nadège

Léa Touch Book 26/02/2017 12:13

J'aime beaucoup cet auteur alors je note :)

Nad 27/02/2017 21:37

Si tu aimes cet auteur alors tu ne te trompes pas! :-)

manU 23/02/2017 08:00

Il faut vraiment que je retente un de ces livres un de ces jours...

le Bison 24/02/2017 08:58

Pour ça, faudrait que tu commences à arrêter de boire des lait-fraise !

Nad 24/02/2017 00:30

C'est vrai tu en avais lu un que tu n'avais pas aimé, je me rappelle. C'était lequel encore?
BB mon kinG :-*

jerome 22/02/2017 23:32

Toujours pas lu le Adam pour adultes, je ne connais que ses romans jeunesse. Mais son univers très sombre me plairait je pense.

Nad 24/02/2017 00:29

Et moi je n'ai toujours pas lu le Adam jeunesse et ça m'intrigue GRAVE! ;-)

A_girl_from_earth 22/02/2017 23:09

Aïe aïe aïe, je suis allergique à Olivier Adam ! J'ai même poussé un gros soupir en voyant son nom dans mon feedly... Et pourtant (et c'est ça le plus drôle), je n'ai jamais rien lu de lui, hahaha ! Je sens profondément qu'il n'est pas pour moi. Trop nostalgique, trop souvenirs, trop blablas semi-intello avec une ombre de poésie, trop littérature française contemporaine quoi. Mais je me trompe peut-être, ça se trouve j'adorerais (beaucoup de gens autour de moi l'adorent). Mais j'en doute, j'en doute.;-)

Nad 24/02/2017 00:28

mdrrrrrrrrrrr y'a des auteurs comme ça qu'on ne peut pas voir en peinture! Ça ne sert à rien de forcer, il y en a tant d'autres à découvrir :D
J'en ai des comme ça moi aussi... ^^
Bisous et bon vendredi

AMBROISIE 22/02/2017 11:47

Je ne connais pas du tout Olivier Adam mais ton article est sublime comme tous tes articles d'ailleurs ! Je note ce titre dans ma wish List !

Nad 24/02/2017 00:26

Merci Ambroisie, si jamais tu lis du Adam un jour, je serais curieuse de connaître ton avis :-)

Violette 22/02/2017 10:52

je crois te l'avoir déjà dit, j'adore cet auteur malgré son côté déprimant :) Je ne connais pas ce livre, tu donnes envie!

Nad 24/02/2017 00:24

C'est jamais joyeux, on s'entend :D
Mais on l'adore pour ses émotions à l'état brut!

le Bison 22/02/2017 08:59

Celui-là, je ne m'en souviens plus du tout. Trop longtemps. One Bourbon. Des souvenirs amers d'une vie. Qui n'en a pas ? One Scotch. Les vies d'Antoine me parlent, il y a toujours une Antoine dans les romans d'Olivier Adam. One Beer. La mer aussi est présente, l'amer la mer, thématiques de prédilection de l'auteur. One Bourbon, One Scotch, One Beer. Accroc, oui, à son écriture, à son désespoir, à sa bière, à son scotch, à son bourbon. A cette tristesse qui se lit sur chacune de ses pages. J'ai encore dans ma pal d'autres Adam que je garde pour des heures de lectures sombres. Je reste accroc et accroché, à ses histoires comme ma bouteille de bourbon. One Bourbon, One Scotch, One Beer. Etats d'âmes amers. Complètement accroc...

Nad 24/02/2017 00:16

Tu ne t'en souviens plus parce que t'avais vidé ta bouteille de whisky avant même de l'ouvrir :D
One Bourbon, One Scotch, One Beer... :P
Facile de devenir accro d'Adam, il est tellement dans le "vrai", à fond dans un vécu fait de sentiments profonds et authentiques. Littérature "cash" (dixit Bison) ;-)
Merci pour ce beau livre! :-*

Fanny 22/02/2017 07:04

Olivier Adam est un de mes auteurs adorés, même si je l'ai un peu délaissé ces temps-là, j'aimerais le retrouver. Merci pour ce beaux billets.

Nad 24/02/2017 00:17

Même quand on s'en éloigne quelques temps, il fait toujours bon y revenir. Je suis heureuse que tu l'aimes autant que moi.
Bon weekend Fanny

L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

Résultats de recherche d'images pour « les enfants de l'exode salgado »
 

Rechercher