Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 février 2017 5 24 /02 /février /2017 23:58

 

 

« Tous les crève-cœurs de l’enfance sont des douleurs saignantes qui se referment et laissent des cicatrices. La sagesse n’est rien d‘autre qu’un réseau de stigmates.»

 

Catherine et Angélique se retrouvent en Haute-Saône afin de vider la maison de leurs grands-parents, à qui elles étaient confiées chaque été. Les sœurs y ont ancré des souvenirs que le temps ne pourra effacer, pas même les vents violents qui ont ce pouvoir de balayer les côtes. Pour Catherine, ils porteront à jamais une cruelle odeur de souffrances, de celles propres aux secrets les plus inavouables. Elles sont là, enroulées dans des sacs de couchage, témoins des années qui se sont écoulées. Ce lieu renvoie, en saccades douloureuses, les échos encore tenaces de ses cachettes, du placard à sucreries, du grenier et de ses charpentes, là-même où il faisait bon se retirer, à l’abri du monde.

 

« Je n’y laissais rien, sinon de la poussière, du silence, du vieux foin, l’odeur de cet été, emprisonnée, la chaleur, les souvenirs de ma solitude. »

 

Catherine nous raconte son adolescence à travers un récit touchant qui laisse forcément des traces dans l’âme du lecteur. Que l’on s’identifie ou non à son histoire, il y aura toujours quelque part des traces universelles de séquelles adolescentes qui traverseront les âges et les époques, certains y échappant plus facilement que d’autres. Femme encore aujourd’hui fragile mais incassable, forte de son vécu, elle est demeurée solitaire, à l’image des personnages mélancoliques du « Grand Meaulnes » d’Alain Fournier. Le pas mal assuré mais la démarche courageuse.

 

Tout a basculé l’été de ses 16 ans. C’était un été chaud. Les gamins de la colonie de vacances avaient pris l’habitude de venir se rafraîchir à la piscine municipale où les deux sœurs se trouvaient chaque jour. C’était à l’âge des amitiés éternelles et des histoires d’amour. Des moqueries, du manque d’assurance, des complexes aussi, du corps qui se métamorphose, de nos timidités, des musiques du coeur et des grands bouleversements qui nous jettent sur le chemin de la vie.

 

« Il fallait se débrouiller dans une mer d’incertitude. Je m’étais jetée à l’eau, très loin, directement en pleine mer, sans avoir jamais appris à nager. »

 

C’était la perte de l’innocence, des yeux qui brillent dans la nuit, la caresse de ses mains, sa peau chaude, son odeur musquée et son sexe qui émerge d’un short trop serré, désireux, tendu vers l’autre, encore malhabile. Étrange mélange de douleur et de plaisir. C’était à l’âge des découvertes et des premiers gémissements à deux. Des jouissances qui libèrent nos corps chargés de désir. L’impression que le temps s’est suspendu. C’est arrivé comme ça, au bord d’une rivière, au milieu d’un champ, entouré d’herbes hautes. C’est même arrivé un peu trop vite, sans qu’on pense à se protéger. Et ça restera notre secret, de remords et de honte, jusqu’à la nuit des temps.

 

« La vraie découverte, ce n’est pas le sexe de l’autre, c’est le sien. Comprendre tout à coup dans une sorte de révélation à quoi ça sert, jusqu’où ça va, pourquoi c’est mou, pourquoi c’est creux, pourquoi c’est mouillé. C’est comme découvrir une nouvelle pièce dans la maison où on habite depuis toujours. »

 

C’était « Le Premier Été ». L’été de nos 16 ans. Et si les années ont passées, les souvenirs ont laissé des traces ineffables qui font encore mal aujourd’hui...

 

Merci à mon complice manU pour ce très beau cadeau riche en émotions. Je viens de découvrir une auteure vers qui je reviendrai, c’est certain :-*

Venez lire ses billets Sous la vague et Ma mère, le crabe et moi

 

Merci à Anne Percin d’avoir écrit un roman aussi fort qui m’a ramenée vers des souvenirs aussi précieux que fragiles.

 

Sous la vague, les avis de Nadège, Jérôme et Noukette

 

Ma mère, le crabe et moi, les avis de Jérôme et Noukette

 

 

 

commentaires

Alex-Mot-à-Mots 02/03/2017 17:14

Un roman très fort qui m'avait toutefois mis un peu mal à l'aise.

Nad 02/03/2017 17:24

Vraiment très fort oui. Et troublant, on s'entend...

Fanny 02/03/2017 10:43

Ok, je veux la découvrir!
Merci Nad!

Nad 02/03/2017 16:48

Une très belle auteure à découvrir Fanny. Bises

le livre-vie 28/02/2017 21:01

Que ta chronique est forte...Que tes mots sont puissants... J'aime toujours autant te lire et faire de belles découvertes...

Nad 01/03/2017 00:44

J'ai pensé à toi en le lisant, je crois que tu l'aimerais beaucoup Céline ;-)

le Bison 28/02/2017 09:41

"cette plongée dans les souvenirs de l'adolescence"... On en revient à la thématique du roman : pourquoi tu en ressors toute mouillée !
:D

Nad 01/03/2017 00:43

À force de "plonger" dans l'eau de la mer, on en ressort forcément mouillée... ^^ ^^
À moins que...... ça aurait pas un peu un lien avec la pêche aux moules? :D)))

Violette 27/02/2017 20:47

je me rends compte que je n'ai jamais lu cet auteur, enfin, je ne crois pas... ça a l'air beau et fort, allez, je note ce titre!

Nad 27/02/2017 22:10

Je t'encourage à la découvrir Violette!

jerome 27/02/2017 11:52

Une auteure que j'apprécie énormément, tant en jeunesse qu'en "adultes". Tu viens de faire une bien belle rencontre ;)

Nad 27/02/2017 22:09

Une rencontre significative tu as raison, littéralement parlant, j'ai déjà envie de découvrir d'autres livres d'elle :-)

Noukette 26/02/2017 23:15

Je garde un souvenir très fort de ce roman...!

Nad 27/02/2017 22:08

C'est un livre que je n'oublierai pas facilement non plus...
Bonne soirée Noukette

nadège 26/02/2017 19:54

Je connais la plume d'Anne Percin et l'aime beaucoup. De la sincérité, de l'authentique, pas de fard, c'est brut, tout ce que j'aime. Je n'ai pas lu Le premier été mais je l'ai vu en téléfilm (réalisé par Marion Sarraut), une histoire à fleur de peau. Beau et sensible. Je t'embrasse fort, ma Nadine.

Nad 27/02/2017 22:07

Toi ma Nadège qui aime la période adolescente, tu adorerais ce roman... Comme toi j'ai été touchée par sa sincérité, c'est brut mais tout à la fois poétique, enfin celui-ci, je ne connais pas les autres.
Un film? Ah ben je veux le voir, merci pour l'info (je viens de voir la bande-annonce)!
Je t'embrasse fort

livresetbonheurs 26/02/2017 15:46

Une belle lecture que je note !

Nad 27/02/2017 22:02

Une lecture faite de réminiscences parfois douloureuses. Un bijou...

Léa Touch Book 26/02/2017 12:13

Cela donne très envie ! :)

Nad 27/02/2017 22:01

Et tu as raison! :-)

Didi 26/02/2017 11:21

Coucou,
toi aussi tu as de bel dédicace. je ne lis pas ton article je ne veux pas trop lire de choses sur ce livre que je compte bien lire. J'aime beaucoup cette auteure et j'ai bien rigolé avec son Max dans les livres Comment bien rater ses vacances, comment bien gérer sa love story et le dernier sur son groupe de rock... Un régal.
Bisous et bon dimanche

Nad 27/02/2017 22:00

Oui c'est vrai et même que parfois j'ai de beaux livres qu'ont fait dédicacer des amis pour moi, comme celui-ci :-)
En allant voir sa bibliographie j'avais remarqué qu'elle avait écrit des livres humoristiques, j'ai bien l'intention de m'y lancer! Déjà avec les titres que tu mentionnes ici.... mdrrrr
Bisous et belle semaine à toi Didi

A_girl_from_earth 25/02/2017 22:18

Arf, les souvenirs d'adolescence, ce n'est vraiment pas ma tasse de thé j'ai remarqué, même si la mienne s'est plutôt bien passée, donc pas de traumatisme particulier normalement (à moins que ce ne soit ancré dans mon subconscient ^^). Bien sûr, tout dépend comment le sujet est traité et raconté, et ici ça a l'air plutôt réussi, mais je reste méfiante.:-)

Nad 26/02/2017 00:42

Ahhhhhhhh le subconscient parfois! ^^
Évidemment il faut aimer lire les souvenirs d'adolescence. S'en rappeler avec nostalgie ou avec un pincement au cœur. Certains sont joyeux, d'autres non... Quoi qu'il en soit, la plume d'Anne Percin est incroyablement belle, pleine de richesse et de poésie, quelle belle découverte ça a été pour moi...
Bon dimanche Miss zygo (le diminutif...) :D))

manU 25/02/2017 15:25

Un superbe roman porté par une écriture aussi poétique que magnifique...
Quand je l'ai fait dédicacer à Anne Percin, je lui ai dit : "C'est pour une amie, je suis sûr qu'elle va aimer !" Je n'avais pas le moindre doute ! :)
Merci à toi pour ce beau billet.

Nad 25/02/2017 16:29

Un livre tout en poésie, comme je les aime, avec les questionnements qu'il suscite et éveille chez le lecteur...
Tu me connais bien ;-)
Merci encore! :-*

le Bison 25/02/2017 14:32

oui, Pourquoi c'est mouillé ?

Nad 25/02/2017 16:25

mdrrrrr pourquoi c'est dangereux de manger un sandwich au jambon? ^^

L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

Résultats de recherche d'images pour « les enfants de l'exode salgado »
 

Rechercher