Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 janvier 2017 6 21 /01 /janvier /2017 19:10

 

« On passe sa vie à construire des barrières au-delà desquelles on s’interdit d’aller : derrière, il y a tous les monstres que l’on s’est créés. On les croit terribles, invincibles, mais ce n’est pas vrai. Dès que l’on trouve le courage de les affronter, ils se révèlent bien plus faibles qu’on ne l’imaginait. »

 

16 novembre 2095, quelque part dans la « Zone »

 

Lila a grandi dans les bas-fonds de la « Zone », un monde de torpeur. Enfant surdouée, farouche, curieuse et asociale, elle a passé les nuits de son enfance dans un placard. Sa mère y avait installé des couvertures et quelques peluches. De l’autre côté du mur, elle vendait son corps pour tenter de survivre. Petite enfant tombée trop vite dans l’univers des adultes. Maltraitée, séquestrée, privée de nourriture, déshydratée, avec infestation de poux, la gale, des plaies non soignées, de sévères brûlures aux deux mains, ayant entraîné la soudure de quelques doigts, la liste est longue, autant que les séquelles psychologiques. Elle sera incapable de vivre en société.

 

Un jour, des hommes en noir sont débarqués chez elle et l’ont enlevée à sa mère. Elle vivra désormais dans le « Centre », son nouveau refuge, sa prison. Elle sera bourrée d’anxiolytiques et de psychotropes, qui effaceront sa mémoire, par le fait même son passé. Et devra tout réapprendre, à parler, marcher, et quoi encore… une façon de la sauver en remettant les compteurs à zéro? Le « Centre » aura même effacé tout lien juridique entre sa mère et elle. Elle passera ses nuits sous le lit, une forme de bulle protégée du monde, à l’image de son placard. Venant des chambres voisines, ce ne sera plus les gémissements de sa mère mais ceux des autres enfants qui résonneront en elle dans le fracas de douleurs assassines. La réplique parfaite du monde dans lequel elle a grandi.

 

Beaucoup de questionnements émergent de cette lecture, c’est ce qui en fait à mon sens toute sa richesse. En marchant sur les pas de Lila, on cherche à comprendre ce qui peut pousser une enfant martyrisée à fournir autant d’efforts pour retrouver sa mère, son bourreau : maltraitante, droguée, prostituée, alcoolique. Et à lui pardonner. Il ne fait aucun doute que le lien maternel est plus fort que tout, même s’il ne viendra jamais à bout des douleurs inhérentes du désenchantement. Lila prendra conscience du fait que les relations humaines sont complexes et souvent irrationnelles. Que la liberté est angoissante mais n’a pas de prix. En vivant une série de deuils, elle apprendra à garder ses distances et à ne pas s’attacher. Parce que ce sera plus prudent. Et surtout parce que parfois les gens partent et ne reviennent jamais. À l’ère des robots, qu’est-ce que signifie être « humain »? Peut-on définir l’âme? La conscience? Jusqu’à quel point la génétique joue un rôle dans la transmission de nos valeurs? Le plus difficile étant sans doute de trouver des réponses et de retrouver le goût de vivre en société. De faire s’effondrer le mur des méfiances. Mais comment pourrait-on seulement lui en vouloir de penser que les gens ne sont « pas beaux »?

 

J’aime l’univers dans lequel j’ai été conviée en lisant ce roman. Dans un monde qui se veut futuriste - sans aucunement en faire un livre de science-fiction - le livre, sous forme de papier, menace l’humain d’allergies mortelles imputables à l’encre. Nous sommes à l’ère des grammabooks, manipulés avec des gants. Lila fera des rencontres significatives qui changeront le cours de sa vie. Il est des gens, ainsi, qui vous donnent la force d’avancer en dépit des épreuves auxquelles la vie vous aura soumise. Auprès de M. Kauffman, le directeur du « Centre » et spécialiste de l’enfance, elle arrivera à prendre des risques en se rapprochant un peu plus chaque jour du monde dans lequel elle évolue. Respectueux de son rythme, sans ne jamais la brusquer. Il sera sons seul espoir de retrouver sa mère…

 

Un grand merci à mon amie Nadège, Lila est un personnage qui ne s’oublie pas… <3

commentaires

U
Bonjour Nad; quand je vois comment tu défends si bien des livres que j ai failli laisser tomber du coin de table, je me dis que tu as la chance de voir différement certains de tes livres, ce livre là je l ai survolé, de haut, de trés haut, et je n ai jamais pu en voir l herbe au ras du sol.
Un petit bonjour a une amie lointaine qui m a permis d apprendre de bonnes expressions bien marrantes.
Dernierement a une amie qui lisait une auteure quebecoise je lui ai demande si il y avait beaucoup de gosses dans l histoire, elle nh a bien sur pas compris.. au départ....
a toi qui m a permis d apprendre plein d expressions vachemlent etranges, je souhaite une bonne journee
PS; tu devineras jamais j ai vu du marie Laberge dans un cultura et une fnac ici, eh bien si on m avait dit ca.... ( sourires )
Répondre
A
Ca me rendait curieuse, j'aime beaucoup le visage de l'enfant sur la couverture mais ton avis est juste magnifique, je ne saurais pas te dire mais il est tout doux et on ressent plein de choses ! Je le mets dans ma wish j'ai vraiment envie de découvrir ce livre !
Répondre
N
J'ai aussi été interpellée par le visage de cette petite fille, doux et mystérieux. Je t'encourage à le découvrir. Bon dimanche
S
Des années que je dis que je vais le lire...
Répondre
N
Il en vaut vraiment la peine...
L
J'aimerais bien le lire :)
Répondre
N
N'hésites-pas, c'est profondément touchant! Un univers dur qui nous amène à grandir...
V
Merci de me rappeler ce titre. Je ne l'ai pas lu mais j'en avais très envie.
Répondre
N
N'hésites pas Valérie, il est inoubliable. Bonne journée
N
Dans ma "petite vie de lectrice", Lila est un personnage qui m'a éblouie,m' a attrapée. Je crois même qu'elle m'aide au quotidien.J'ai retrouvé ce sentiment il y a peu avec le personnage de Ninetto dans Le dernier arrivé. Ces êtres de papier nous touchent tellement qu'ils parviennent à sortir du livre et prennent une place en nous. C'est précieux, c'est fort, ce sentiment-là. C'est la puissance qu'ont certains livres... Lila et Ninetto sont bien plus que des personnages pour moi, j'ai l'impression qu'ils existent. Je t'embrasse.
Répondre
N
J'irai voir pour "Le dernier arrivé". Parce que des personnages aussi forts que ceux de Lila ou de Ninetto, il n'y en a pas dans tous les romans, comme dans la vraie vie...
Merci encore pour ce beau cadeau :-*
A
Comme toi, j'ai aimé l'atmosphère du roman.
Répondre
N
Ah tu l'as lu toi aussi! Tout est dans l'atmosphère n'est-ce pas?
Bisous Alex
L
Avec un titre aussi mélancolique, et une couverture aussi poétique, on a du mal à croire à un roman classé sous le signe si futuriste de l'ère des robots tout puissants.
Peut-être que ce qui nous sépare des robots est justement l'âme. Mais un jour, les robots seront programmés justement avec ce supplément d'âme.
Mais il y a une chose qui nous séparera encore des robots, une chose ou un doigt : le pouvoir du majeur. Son plaisir sa jouissance. :D

Chouette bouquin sinon, j'en avais lu beaucoup de bien au moment de sa sortie.
Répondre
N
On y retrouve un peu l'atmosphère de "Auprès de moi toujours" de Kazuo Ishiguro. Futuriste dans le sens des avancées médicales qui vont souvent trop loin...
Je pense comme toi que ce sont l'âme et la conscience qui nous différencient des robots. Dans quelques années, dans un avenir peut-être pas si lointain, on y sera. Ça me fait même un peu peur!
L'âme d'un majeur, les robots ne connaitront jamais. Quelle privation......... ^^
J
Un sujet douloureux on dirait. Très joli billet en tout cas.
Répondre
N
Un sujet douloureux, très humain, qui va en profondeur, une histoire d'enfance comme je les aime, avec une atmosphère mystérieuse. On ne veut plus le lâcher... Bonne semaine Jérôme
U
bonsoir Nad, je te reconnais bien dans cette lecture, ou la psychologie et les souffrances de l enfance sont omnipresentes...ca a un coté futuriste,je l ai lu voila 2 ou 3 ans, mais il est tellement léger... et il n a rien en commun avec fahrenheit 451, ( que je viens de lire --hasard-- avant hier .) il y a dans fahrenheit un personnage du nom de clarisse qui eveille la conscience du pompier Montag, mais c est a peu pres tout, et encore... je fais avec ton blog comme avec les vagues, inconsciemment, je pars je reviens, je pars je reviens, mais toujours avec le grand plaisir de te lire.... je regarderai tes nouvelles critiques au fil de la semaine..... je vais me coucher, bon reveil Nad...... Joel
Répondre
N
Ah tiens tu l'as lu ! Il n'est pas si léger mais en même temps rien de lourd, on se prend surtout d'empathie pour l'attachante Lila.
Merci et belle soirée!
N
Contente de lire ce bel avis sur ce roman qui m'attend sur mes étagères presque depuis sa sortie !
Répondre
N
Tu vas te régaler Noukette! Bises et belle semaine à toi
C
j'ai ce livre depuis des années dans ma bibliothèque et je ne l'ai jamais lu. Roohhhhh ! il va falloir que je me lance maintenant que j'ai lu ton billet !
Bisous ma Blonde <3

;-)
Répondre
N
Un roman dur et terriblement beau!
Bisous ma Rousse :-*
L
Je ne connaissais pas du tout, le sujet a l'air sombre et difficile, mais je suis tentée!
Répondre
N
J'suis certaine que tu adorerais l'atmosphère Céline :-)
Bisous, bon dimanche
C
J'ai bien aimé ce roman lu il y a quelques années. Sur le thème du livre, à faire un rapprochement avec Fahrenheit 451 de Ray Bradbury.
Répondre
N
Fahrenheit 451 me semble plus "science-fiction et fantastique" que celui-ci qui, même s'il se produit dans un monde futuriste n'en fait pas tellement à mon sens un roman de science-fiction. En le lisant j'ai beaucoup pensé à "Auprès de moi toujours" de Kazuo Ishiguro, pour le destin trouble de certains enfants, pour ces lieux où les enfants sont hébergés et qui échappent à leur compréhension, pour les avancées médicales qui vont parfois un peu trop loin..
A
J'ai beaucoup aimé ce roman, le premier que je lisais de l'auteure.
Répondre
N
"Dix rêves de pierre" me semble aussi magnifique, une auteure que je vais continuer de suivre...
Bon dimanche Aifelle
A
J'en ai lu un billet "coup de coeur" il n'y a pas longtemps, j'avoue que ce livre m'intrigue depuis.Et ton billet en rajoute une couche !
Répondre
N
C'est un roman qui suscite une tonne de questionnements à la lecture, on lit puis on s'arrête, on pose le livre, on voudrait que Lila prenne conscience plus vite de l'anormalité du monde dans lequel elle a grandi et pourtant les réponses sont en elle, elles viendront à son rythme. Tu vas l'adorer j'en suis certaine et d'ailleurs si tu le lis je serais curieuse d'avoir ton avis..
Bisous et bon dimanche
M
Dis donc, ça n'a pas l'air bien joyeux tout ça !
Répondre
N
Mdrrrrrr pas joyeux en effet et pourtant en même temps c'est pas du tout lourd comme lecture. La petite Lila, comme narratrice, nous entraîne dans son monde avec courage, c'est une jeune femme farouche et pleine d'appréhensions mais fonceuse et remplit de caractère, tout comme j'aime, je me suis tellement attachée à elle. Et l'ambiance est mystique, on baigne dans un univers complètement inconnu. Coup de cœur pour ce roman...
BB mon kinG :-*

L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

 

Rechercher