Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 décembre 2016 2 06 /12 /décembre /2016 03:07

 

« Je me suis allongé sur un banc, j’ai fermé les yeux et tout se bousculait, ma mère et mon père morts et mon sale con de frère et ma sœur, et cet enfant, Su, toutes ces conneries, je pensais à tout ça, la lune était pleine et blanche, il y avait le bruit de l’eau et quelques automobiles. Des gens passaient, ils étaient gais et parlaient fort. J’avais des mouches plein le cerveau. »

 

Antoine n’a qu’une envie, décamper, prendre le large, s’amarrer ailleurs, appelez ça comme vous voulez, sa vie dérape, il est comme une épave rejetée par la mer. Son frère le traite de con, sa sœur a pris ses distances, ses parents sont morts et le frère de Su, sa petite amie, jure qu’il va lui casser la gueule s’il s’approche encore d’elle. Il s’est fait quitter, alors il quitte à son tour. C’est une forme de justice, une revanche sur la vie. Solitaire, il est cette île sur laquelle on choisit de ne pas s’échouer, où l’on évite de poser les pieds. Parce qu’à la longue, ça fait trop mal, c’est une brûlure vive, on en ressort KO.  

 

Dans la sueur du ring, il cogne sur ses espoirs perdus…

 

Le jour Antoine travaille comme croquemort. Il croise la mort, la souffrance des autres. Au-dessus du grand trou, un tout petit cercueil est mis en terre, un jeune garçon. Si vite enterré, trop vite oublié. La scène est insupportable. Moment de vertige, il ira vomir, « c’est le métier qui rentre », comme les coups qu’il se prend.     

 

Dans la sueur du ring, les mains bandées, il frappe l’adversaire, uppercut dans les côtes, il fonce…

 

… se défonce. À coups de poings, à coups de joints, à bout de nerf, à petit feu, à grandes rasades de whisky. Les images s’entrechoquent. Ses souvenirs d’enfance, le jardin, le panier de basket, un baiser de son père sur son front. Il avait huit ans, s’en souvient encore. Le temps s’est flétrit, il a tout gâché, même ses désirs. Trois jours sans se pointer au boulot. Dans le RER, sa tête contre la vitre, ce froid sur sa joue et les gens de passage. Anonymes sur les rails qui défilent, les quais déserts, il attend, solitaire. Il attend quoi? Pas grand-chose. C’est la fin du combat. Hors du ring. KO.        

 

Dans la sueur du ring, il joue sa vie. "Un coup de latte, un baiser"

 

Et foutre le camp.

 

« …la rage, la tristesse, tout ça c’est de l’énergie qui s’en va, du nerf qui fout le camp, qui claque et lâche, tout ça c’est de la petite chimie, faut tout maintenir à niveau, respirer tranquille et tout vider, sentir chaque muscle et la peau par-dessus, tous les rouages, n’être que ça, une machine bien huilée, si c’est grippé c’est foutu, être des membres déliés, du sang et des muscles, être un corps et rien d’autre. »

 

Olivier Adam me laisse à nouveau KO. C’est de la littérature "cash" (dixit Bison), c’est rude et on en redemande...

 

Merci au Bison, vous trouverez son nouveau blog (ainsi que ses poils et sa vodka) dans les

Mémoires de son âme :-)

commentaires

N
Je sens, à te lire que tu aimes beaucoup cet auteur. Je ne l'ai encore jamais lu, mais tu donnes envie. Tu es très convaincante!
Répondre
N
Oui j'aime plus que tout sa profondeur, il est unique... Je t'embrasse ma Nadège
A
Rhaaa j'aime pô Olivier Adam. Ça n'a pas vraiment de sens car en réalité, je n'ai jamais rien lu de lui, haha, mais j'ai l'impression que je n'adhérerai pas à son univers. Je l'assimile un peu à ces auteurs contemporains français au devant de la scène littéraire qui se la racontent un peu, ça m'énerve.;-)
Répondre
N
Moi c'est drôle ce n'est pas l'impression que l'auteur me laisse, au contraire je trouve qu'il m'a l'air plutôt authentique dans ses mots et ses ressentis. Mais après, une impression ça ne se discute pas, si c'est ce que tu ressens c'est correct aussi, il a le droit de t'énerver ha ha :D
V
j'adore cet auteur et je n'ai pas lu ce titre! Merci, je vais y remédier dès que possible!
Répondre
N
Je ne sais pas lesquels tu as lus mais celui-ci est très fort en émotions...
G
J'ai lu un livre d'Olivier Adam il y a maintenant plusieurs années, je ne me souviens plus du titre, mais je n'ai pas l'impression d'en avoir gardé un très bon souvenir… Il faudrait sûrement que j'en lise un autre.
Répondre
N
Il y a peut-être aussi des titres un peu moins bons que d'autres, je ne sais pas, mais j'ai adoré les trois que j'ai lus. J'ai l'impression pour ma part que je vais tout aimer de lui...
Bonne soirée Goran et merci de ta visite
A
Un auteur que j'apprécie. Pas lu ce titre de lui.
Répondre
N
À date j'ai lu "Falaises", "Des vents contraires" et celui-ci et vraiment je ne saurais pas dire lequel j'ai préféré. Ils ont tous quelque chose que les autres n'ont pas, ils sont tous excellents!
L
Un billet à mettre genou à terre et à se blottir dans les cordes. Du grand Nad pour un grand Adam. Ce Poids léger, je l'ai particulièrement apprécié, la boxe, la sueur, le whisky... Un coup de latte, un baiser. Uppercut, l'arbitre peut compter...
Répondre
N
Un bonbon au sirop d'érable, il n'y a pas que les cordes que ça rend sensible.............. ^^
L
ou comme un bonbon au sirop d'érable auquel on devient vite addict et qui me met toujours ko, les cordes sensibles.
N
Il est excellent !!! Merci encore de me faire découvrir Adam, cet auteur a une écriture torturée, il fouille en profondeur les recoins les plus sombres de l'âme humaine et c'est ce que j'aime avant tout, c'est un bonbon acide qui pique la langue et auquel on devient vite addict. J'en ressors toujours KO, ébranlée, méchant uppercut dans les cordes sensibles...! Merci encore Bison, ça c'est du bon roman ! Maintenant, direction l'Ouest ;-)
J
Je ne connais pas Adam en littérature adulte, je n'ai lu que ce qu'il a écrit en jeunesse. Mais vu ce que tu dis de celui-là, il est pour moi !
Répondre
N
Je crois que tu l'aimerais énormément! Et moi je ne connais pas ses livres jeunesse, je me dis qu'il me faudra les découvrir et en faire profiter mes garçons..
M
Encore un très joli billet ! Il t'inspire Olivier Adam...
Répondre
N
Il m'emmène voyager dans des profondeurs insoupçonnées. J'suis devenue accro!

L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

 

Rechercher