Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 octobre 2016 2 11 /10 /octobre /2016 18:18

 

 

« Un homme doit être fort et essayer de se dépasser toujours davantage. Il maîtrise sa vie et ce en quoi il croit. »

 

C’est ma copine Hitomi, du pays du Soleil-Levant, qui m’encourage depuis longtemps à lire cet auteur. Et l’autre jour je suis tombée par hasard sur ce titre chez un bouquiniste, ignorant complètement s’il était représentatif ou non de la qualité de son œuvre. J’avais déjà des réticences car il m’arrive peu souvent d’apprécier l’univers des Nouvelles, même s’il existe des auteurs qui ont le talent de nous les rendre à merveille.

 

Ce petit recueil en compte donc trois, Les ombres, Le retour et Le dernier souper, que j’ai lu d’une traite. Ce que je n’ai pas du tout regretté puisque les histoires se recoupent, sous forme de fil continu, à travers des thèmes qui lui sont chers – la  mort, la solitude et la souffrance des secrets gardés en soi comme des blessures ouvertes. Les ombres étant celle, à mes yeux, la plus « complète » en ce sens. En premier, sont illustrés dans cette nouvelle les enjeux de la foi chrétienne, mal perçue dans le Japon des années 30. Le narrateur rédige une longue lettre à un prêtre catholique « défroqué » qui s’est occupé de sa mère durant des années, comblant ainsi un grand vide. Un incident x est survenu, sous forme de trahison, souillant la foi du narrateur en même temps que l’image de l’homme irréprochable s’est écroulée. Sa vie s’en est vue changée à jamais. Il l’a détesté, s’est mis à avoir des doutes, s’est remis en question avant d’être plongé dans une profonde solitude. Shûsaky Endô nous expose ici le pouvoir de la religion comme une manière possible de contrôler le comportement des hommes. 

 

On retrouve cette même solitude dans Le dernier souper, que j’ai aussi adoré ! Tsukada s’enivre à longueur de journée pour alléger ses souffrances. Depuis plusieurs années il porte en lui un terrible secret, les marques d’un traumatisme vécu durant la guerre en Birmanie. Le hasard d’une rencontre le fait croiser la route d’un psychiatre, le Dr Sakai. De très beaux échanges en découleront en même temps qu’un secret qui termine le recueil de nouvelles sur une note surprenante, pour ne pas dire glaciale !

 

Je n’en resterai pas là avec l’auteur, ça c'est certain. J’ai très envie de découvrir l’un de ses romans et je reste convaincue que je vais me régaler encore davantage…

 

Thanks Hitomi <3

 

« Ils sont torturés entre le désir de se décharger du lourd secret qui les hante et la souffrance et l’humiliation de le faire savoir à autrui. »

commentaires

le livre-vie 19/10/2016 08:24

J'aime beaucoup le format nouvelles, du moins quand elles sont abouties. Je ne connaissais pas cet auteur, et j'ai très envie de le découvrir !

Nad 19/10/2016 13:48

Je lis peu de nouvelles mais quand elles sont abouties comme tu dis et qu'il y a une forme de continuité dans le sens d'un thème répétitif, j'aime beaucoup ! Il y a des auteurs qui ont vraiment ce talent là...
Bon mercredi Céline

Léa Touch Book 15/10/2016 20:33

Je ne connais pas cet auteur alors je ne peux que noter :) Merci pour cette découverte ^^

Nad 18/10/2016 02:22

C'est poétique et "violent" à la fois, on y retrouve les forces qui s'opposent dans la littérature japonaise. Merci Léa et bonne semaine, bisous

Eve-Yeshe 15/10/2016 16:53

je ne connais pas cet auteur mais ce livre me tente beaucoup.
j'ai adoré "Le poids des secrets" de Aki Shimazaki et la littérature japonaise m'attire. j'ai un faible pour Haruki Murakami
et aussi pour une auteure de manga Fuyumi Suryo qui m'a enthousiasmée avec sa série "Cesare" consacrée aux Borgia...

Nad 18/10/2016 02:15

Aki Shimazaki est une auteure que j'aime beaucoup! Et puis moi aussi j'ai un faible pour Haruki Murakami, à mes yeux il est un maître de la littérature japonaise. Tiens, j'irai voir pour Cesare... Bonne semaine!

Nadège 13/10/2016 09:40

Je ne connais pas cet auteur. Merci pour la découverte. Je dois dire que je lis très peu de littérature japonaise. J'aime beaucoup Aki Shimazaki (Le poids des secrets).

Nad 14/10/2016 01:30

Ses livres sont vraiment magnifiques et particulièrement ceux de cette collection. J'ai eu l'occasion de la rencontrer quelques fois dans des Salons de livres, comme elle habite à Montréal. Je l'adore !

A_girl_from_earth 13/10/2016 00:24

Tiens, c'est drôle, je ne suis pas très nouvelles non plus mais je peux faire quelques exceptions, comme avec la littérature japonaise car je suis très fan de l'univers nippon, et puis, il m'est arrivé d'avoir de bonnes surprises quand même côté "nouvelles". Noté pour ce recueil-ci, à te lire, je pense qu'il pourrait me plaire.

Nad 13/10/2016 01:54

Tu as raison, il y a des auteurs surprenants qui y arrivent vraiment bien, si tu en as envie je t'encourage à le lire, ça devrait te plaire. Bonne journée à toi

jerome 12/10/2016 13:08

La mort, la solitude, des nouvelles et de la littérature japonaise, voila qui me parle !

Nad 12/10/2016 19:18

Ça te plairait je crois, si jamais tu le croises en librairie...

Alex-Mot-à-Mots 12/10/2016 11:20

Un auteur que je ne connais pas; Mais il est vrai que j'ai lu peu de choses en littérature japonaise.

Nad 12/10/2016 19:18

Je n'ai lu que cette nouvelle mais je suis certaine que toute son œuvre est magnifique...

le Bison 12/10/2016 09:07

1-1-1
J'en ai lu 1.
J'en ai 1 à lire.
J'en ai 1 dans mon pense-bête.

Je me souviens encore de ce fabuleux et "extraordinaire voyage du samourai Hasekura". Une flamboyante épopée aux temps des samouraïs, comme son nom l'indique.

J'ai à lire "le fleuve sacré", un beau voyage le long du Gange, à travers la cité de la joie.

Un jour je lirai son "Silence", parce que j'aime le silence.

Dans ces trois romans, il y est beaucoup question de foi. Endô, écrivain japonais rare de confession catholique, parle de sa religion, de ses persécutions, de ses doutes, dans un pays autant bouddhiste que shintoïste.

le Bison 14/10/2016 08:50

on ne demande qu'à voir la mode de ce pays...

Nad 14/10/2016 01:34

Le nudisme par -30 c'est pas trop conseillé mais le bon côté des choses c'est que ça tient les chairs fermes!!! J'ai un nouveau p'tit modèle de mini en plume de lagopèdes à queue blanche... de toute beauté................ ^^

le Bison 13/10/2016 14:09

Je me disais la même chose à propos de la voisine en train de pelleter la neige en minijupe de poils de castor. (du moins, de là où je suis, je crois que c'est du poil de castor, à moins qu'elle soit adepte du nudisme par -30°).
Je ne pourrais contempler tel spectacle qu'en silence...

Nad 13/10/2016 01:44

Contempler en silence un vol de lagopèdes, surtout s'ils ont la queue blanche, ça change tout.........

le bison 12/10/2016 22:20

Je pense qu'effectivement les catholiques n'étaient pas bien "vus" des japonais. Je ne sais pas s'il a du goût c'bison mais toe certainement pour découvrir Endô.

et t'as raison, il n'y a rien de plus beau qu'un vol de lagopèdes en silence. A défaut de lagopèdes dans ma contrée, j'm contente du silence.

Nad 12/10/2016 19:17

Hier soir justement je regardais tous ses titres et je me suis arrêtée longuement sur celui de « Silence », pour le titre et la quiétude qu’il me procure déjà… Le silence, il n’y a rien de plus beau et de plus vrai… :-*
(y compris celui qu’offre la nature, un lac devant et un vol de lagopèdes à queue blanche… ;-) ^^)
Il parle aussi de foi dans ses trois nouvelles. Je lisais quelque part qu’il était né d’une mère « très catholique », pour employer ses mots, ce qui était mal perçu à l’époque. Cette foi « imposée » lui aurait laissé beaucoup de séquelles émotives, elles se ressentent à travers chaque ligne où il évoque la mort, la souffrance, ses doutes comme tu dis. Un bel auteur qui arrive à opposer les forces pour leur donner un certain équilibre. Trop belle découverte…
Ça ne m'étonne pas que tes sabots se soient promenés vers lui, il a du goût c'Bison! :D

manU 12/10/2016 07:46

Je viens justement de finir un recueil de nouvelles que j'ai adoré, j'en parle bientôt.
On en fait des trouvailles chez les bouquinistes, je devrais m'y mettre... ^^

Nad 13/10/2016 01:49

"Courir la gueuse" pfffffffffffff c'est quoi encore c't'histoire là!!! Une chance que j'ai un bon dictionnaire ptdrrrrrrr
Bon ben j'viens de voir tout ça, certain qu'il court la gueuse, en plus il ne lésine pas sur le cognac y parait !!!
En même temps ça lui fait du gras aux cuisses et une bonne marinade de cuisses de grenouillE ail-cognac ça doit pas être à dédaigner, slurp!!!! PTDRRRRR

le bison 12/10/2016 22:22

on se demande effectivement ce qu'il peut faire de ses dimanches... à part courir la gueuse !

Nad 12/10/2016 19:11

Ah! J’ai hâte de lire ça!!! (mautadine c’est pas le wombat??? Oui??? Déjà??? ^^ MDR)
Ptdrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr c’est vrai que tu devrais te mettre à bouquiner, non mais tu fais quoi de tes dimanches, c’est la journée parfaite pour ça!!!!! MDRRRRR

L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

La Frontière du loup par Hall

Rechercher