Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 octobre 2016 2 18 /10 /octobre /2016 00:25

 

« J’aime ton sommeil mieux que ta vie. Tu m’appartiens mieux quand tu dors. Au moins tu ne changes pas. Tu ne ris pas avec d’autres. Je ne voudrais pas que tu aies de petites intrigues avec d’autres. Je ne suis pas capable comme tes nouvelles camarades de vivre dans la haute atmosphère des livres. »

 

WOW quel roman ! Je viens vraiment de vivre une belle rencontre littéraire, à la fois tendre et intense. J’aurais tellement voulu que cette histoire ne prenne jamais fin et que je puisse la retrouver chaque soir, ne serait-ce qu’à travers quelques lignes, que je parvienne à lire entre les marges les sentiments amoureux qui y sont évoqués avec fougue et spontanéité. L’auteure et narratrice, Claudie Hunzinger, nous raconte les amours de sa mère Emma, dont elle ignorait l’existence jusqu’à ce qu’elle reçoive à ses funérailles un colis contenant des centaines de lettres. En parcourant les pages de ces mots tendres, elle redonnait vie à un amour plus grand que nature. Un amour passionnel, foudroyant, celui de sa rencontre avec Marcelle au début du siècle dernier, vers 1907.  

 

L’auteure se souvient de sa mère comme d’une femme peu affectueuse, distante et incapable de proximité. Elle se questionne sur les raisons qu’elle a eu de rester toute sa vie silencieuse sur les sentiments qu’elle éprouvait envers Marcelle. Elle avait 17 ans à l’époque quand, dans un village de la Côte-d’Or, Marcelle et sa famille viennent s’installer tout près de chez Emma. Elles s’aperçoivent de loin, d’abord farouchement, puis se revoient à un bal du village. Au cours d’une deuxième rencontre, lors d’un mariage, elles se regardent à peine, toutes en émotions retenues. Marcelle « 2 ailes E », femme casse-cou, sauvage, troublante, excessive et « hautement inflammable » - est-ce suffisant pour la décrire tant le personnage est beau ? - a été amoureuse de sa mère. Elles ont vécu deux années d’amour passionné, période durant laquelle Emma est devenue femme, jusqu’à ce qu’une distance se crée. Marcelle, souffrante, la supplie de revenir, de se souvenir de leurs nuits et du désir profond installé sous les draps de leurs jouissances. Emma s’intellectualise. Dans le fossé qui s’est creusé entre elles, cette intellectualisation n’y est pas pour rien… Jalouse du savoir d’Emma, qui la plonge dans un sentiment douloureux d’infériorité à son égard, elle tente tout pour lui plaire. En vain…      

 

Il y aura aussi Thérèse, Lucie, Marguerite… Mais le cœur du roman pivote autour de cet amour entre Emma et Marcelle. Déchirement de chaque instant, elles se quittent, renouent, se quittent encore jusqu’à la rupture finale. Claudie Hunzinger revient souvent sur la souffrance infligée par sa mère à sa partenaire. Elle exprime ouvertement lui en avoir voulu, ne pas comprendre, puis finit par se prendre d’affection pour Marcelle, l'incandescente. Sa mère pousse l’audace jusqu’à lui demander l’autorisation d’en aimer une autre. Qui était donc cette femme, secrète, puissante, indépendante et spontanée ?

 

Quoi qu’il en soit, les femmes qui habitent cette histoire sont toutes éprises de liberté. Elles vivent hors d’une époque, affirmées et rebelles. Elles sont belles et vivantes. Et l’auteure nous les raconte en épousant leurs sentiments aux beautés de la nature. Ce récit est une grande métaphore, un poème d’amour…  

 

« Emma, vous avez l’amour de l’équilibre ; moi, celui des excès. Vous, plus de puissance de compréhension ; moi, plus de puissance de sensation. »

 

******************

 

« Vous êtes la fille la plus vivante que j’ai jamais rencontrée »

 

Un immense merci à ma précieuse amie Nadège d’avoir partagé cette lecture avec moi. Quel plaisir <3

 

L'avis de Céline

 

Et ceux d'Aifelle sur La Survivance, Bambois, la vie verte et La langue des oiseaux

commentaires

B
C'est un auteur que j'ai découvert il y a deux ans avec La survivante. J'ai bien l'intention de lire celui-ci aussi.
Bon week end.
Répondre
N
J'ai aussi entendu parler de La survivance qui me tente beaucoup. Bonne semaine Bonheur du Jour
L
Je m'empresse de noter ce conseil :)
Répondre
N
Une histoire très touchante et humaine, je crois que tu l'aimeras...
A
Je te mets un lien vers l'index de mon blog, tu y trouveras trois lectures de Claudie Hunzinger : http://legoutdeslivres.canalblog.com/archives/2012/01/07/15933801.html
Répondre
N
Merci Aifelle, je rajoute tes liens...
C
Je le note :) !
Répondre
N
Il est très beau Chess :D
L
Que je suis contente de voir que tu as aimé ce roman ! Je l'avais adoré! Ces mots une une force incroyable...
Répondre
N
Je sais que j'ai lu une critique quelque part, alors c'était chez toi? Je vais essayer de récupérer ton lien et le mettre ici...
A
Oh ben là c'est un coup de coeur comme j'aimerais ressentir pour mes prochaines lectures ! Je me note ce titre, tu m'as intriguée.
Répondre
N
Je ne crois pas que tu serais déçue par ce roman...
M
C'est la richesse des blogs de nous donner envie de découvrir des livres vers lesquels on ne serait pas allé spontanément.
Une belle histoire, l'histoire d'un amour...
Répondre
N
Une très belle histoire, toute en spontanéité et sentiments forts, comme je les aime...
Il y a une tonne de p'tites pépites d'or qu'on découvre sur les blogs, si tu voyais toute la pile de livres que j'ai à lire ! ^^
J
Un poème d'amour, ça fait envie, forcément. Surtout après avoir lu la façon don tu en parles !
Répondre
N
C'est une très belle lecture ! Bonne journée Jérôme
N
Ton billet est très beau. On sent à quel point tu as aimé cette lecture, et je te comprends tellement... C'est marrant, pour toi l'incandescente est le personnage de Marcelle, et moi c'est Emma. C'est ça qui est vraiment plaisant dans une lecture commune : les nuances, les sensibilités différentes entre deux lecteurs. Je t'embrasse fort et vivement la prochaine lecture commune!!
Répondre
N
Je trouve aussi qu'il y a une belle richesse dans les nuances et les ressentis d'une personne à l'autre... Mais pour toutes les deux ça été un coup de cœur, ça c'est beau!
C'était vraiment un plaisir de lire avec toi ma Nadège, oh oui, vivement le prochain! Je t'embrasse fort et te souhaite une belle journée
A
De beaux portraits de femmes. Je note.
Répondre
N
Des portraits de femmes comme je les aime, libres et affirmées :-*
L
Déjà... J'aime déjà beaucoup cette peinture faisant office de couverture. Tout ce vert et ce regard plongé dans la mélancolie.

Pas sûr qu'il fasse partie de mes prochaines lectures, ni même qu'un jour je m'y plongerai dedans, mais tu en parles bien. Même mieux. Tu donnes envie. Je ressens l'émotion qui t'a bousculé par ce poème d'amour.
Répondre
N
La mélancolie est troublante partout, même au fond d'une BDC... :P
L
Je peux parler aussi de ma couette et de la mélancolie qu'on y trouve dessous, mais pas sûr que le sujet passionne autant que Hunzinger :D certainement moins troublant :)
N
J'suis contente que quelqu'un parle de la couverture, moi aussi je l'adore!!! Pour la vivacité de ses couleurs qui contrastent avec l'expression mélancolique chez la jeune fille. S'en est presque troublant...
Cette histoire m'a beaucoup bouleversée. L'honnêteté dans les mots échangés sans doute. Des lettres écrites avec spontanéité, ne se doutant pas qu'elles allaient être lues un jour. Ça les rend encore plus forte je trouve.
A
J'ai beaucoup aimé plusieurs des livres de Claudie Hunzinger, je lirai celui-ci tôt ou tard.
Répondre
N
Oh c'est super! Tu aurais une deuxième lecture à me suggérer?

L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

 

Rechercher