Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 octobre 2016 2 04 /10 /octobre /2016 17:42

 

 

« Papa m’a dit cent fois d’être un homme, et d’agir comme un homme. »

 

« Papa m’a dit cent fois : « Mon fils sera pas pédé, qu’il voulait pas de ça dans la famille. »

 

« Papa m’a dit cent fois comment faudrait que je sois. Qu’un garçon, ça ne pleure pas, ça se laisse pas faire. »

 

« Papa m’a dit cent fois de prendre exemple sur les autres : « Les autres garçons de ton âge, ils ont une copine, qu’est-ce qui tourne pas rond chez toi? »

 

C’est pareil tous les jours. Le narrateur, 13 ans, part à l’école chaque matin avec une douleur dans le ventre, celle de la peur et de l’appréhension. Il sait ce qui l’attend : l’intimidation, les moqueries, l’humiliation, les coups… Oui, les coups font mal, très mal même, les gars n’y vont pas de main morte avec les « mauviettes ». Ils tapent dur et figurez-vous que ça les fait même rire. Mais pire encore est la douleur en dedans, la solitude. Chaque claque en plein visage est une remise en question. C’est une culpabilité en plein cœur de l’adolescence déjà fragile, celle de la quête identitaire et des multiples questionnements sur soi.

 

C’est pareil tous les jours. Il se fait reprocher de son père de se faire battre sans rien dire, de manquer de courage, d’être faible devant les autres. Son paternel n’a rien compris. Il n’a pas même pu reconnaître le courage de son fils d’être resté soi-même. Il attire plutôt la honte, la déception, l’absence de fierté. Si seulement il pouvait être quelqu’un d’autre, et surtout pas un « pédé ». Non, pas son fils…

 

C’est pareil tous les jours. Heureusement, il y a Sarah avec qui en parler. Avec elle, il n’y a pas de « honte à avoir », parce qu’elle « aussi aime bien les garçons », elle peut le comprendre - c’est là un passage du livre qui m’a fait du bien. L’humour de cette jeune fille et son approche sensible. Plus question de devenir « invisible ». Si seulement de son père il pouvait aussi recevoir la fierté et l’amour…    

 

Impossible de sortir de ce petit « grand » livre sans ressentir de la colère et beaucoup de tristesse. Une autre très belle lecture d’Antoine Dole qui m’avait séduit avec «  Je reviens de mourir ». Un auteur dont je dois la découverte à mon sweet manU :-*

Un roman qui devrait être déposé entre toutes les mains des enfants de collèges…

 

Les avis de Jérôme, Noukette et Canel

 

Pour visiter le site de l'auteur c'est ICI

 

« Pourquoi tu m’apprends pas les mots, plutôt? Les mots qui soulagent, les mots qui apaisent, je voudrais avoir les mots qui soignent, ceux qui ne laissent pas seul. Ceux qui ne me viennent pas quand les choses vont trop loin. »

 

« J’ai pas treize ans, j’en ai cent quarante-deux. Usé, fatigué, amoché. À force de ressasser la peur, j’ai rogné tous les points d’appui, quand j’essaie de grimper dans les hauteurs je glisse, m’écrase au sol. Chaque fois je tombe de haut, alors le moral reste bas, c’est plus sûr. »

commentaires

L
Que ce roman a l'air fort! Je ne peux que le noter pour le lire au plus vite.
Répondre
N
Vraiment fort, une lecture plus que nécessaire... :-*
C
Un livre que l'on ferait bien de faire lire à certains politiques français et religieux haut placé !
Répondre
N
Tout à fait d'accord avec toi Claudia!
L
Ton avis donne très envie de le lire :)
Répondre
N
Tu as raison Léa, on devrait tous le lire, merci à toi et bisous
V
je n'ai plus beaucoup de temps pour lire depuis quelques semaines mais je me souviens bien avoir noté et surligné ce titre!
Répondre
N
Il est à lire 100 fois ;-)
S
Bonjour,
Parmi les 10 derniers billets qui s'affichent sur la page d'accueil aujourd'hui, j'en ai lu la moitié (c'est rare !), dont celui-ci. Découvert grâce à Jérôme, si ma mémoire est bonne. Un roman vraiment très fort, à conseiller à tous les intolérants du monde...
Répondre
N
C'est bien dit, "à tous les intolérants du monde" et aussi à ceux qui ne le sont pas, pour qu'ils conservent les bonnes valeurs humaines et y restent sensibles. Sensibles notamment à la souffrance de certains.
A
Un texte très fort que j'incite mes ados à lire.
Répondre
N
Les miens aussi l'ont lu, une lecture nécessaire comme dit Jérôme.
B
Je transmets cette note au documentaliste de mon établissement. Merci.
Répondre
N
Merci à toi Bonheur du Jour pour cette super belle initiative :-*
G
un petit livre que j'ai plaisir à faire découvrir parmi les ados qui fréquentent la biblio dans laquelle je bosse.
Répondre
N
Super, ça fait plaisir de lire ça!!! Bonne soirée dans l'Avenue
N
Il faut absolument que je lise cet auteur... et ce livre-là en particulier. Je pense à mon grand-petit Théotime qui vient de faire sa rentrée au collège...
Répondre
N
Antoine Dole tu vas l'adorer, pour moi c'est une évidence. Ta belle sensibilité va rejoindre la sienne...
À faire lire aussi à ton grand-petit amour Théotine. Pleins de gros becs ma Nadège
J
Un petit texte nécessaire, oui. Indispensable même.
Répondre
N
Indispensable oui, bonne journée Jérôme
L
Dans le temps, une bonne ceinture en cuir remplaçant les mots pour guérir ces maux.
Dans le temps, copier 100 fois pouvait prendre la matinée alors que maintenant un ctrl-c ctrl-v facilite la vie.
Finalement dans le temps, c'était pas toujours terrible, à 13 ans ou à 142 ans (c'est bon, je me retrouve dans cette fourchette) et heureusement que les mœurs peuvent changer, même si par moment on en doute...
Répondre
N
Comme quoi la facilité de la vie n’a pas que du bon! Les moeurs changent mais j’en doute parfois aussi. La pensée collective est influencée par encore trop de tabous dictés par une société qui décide de ce qui est bien ou mal... Ça m'attriste.
C’est vrai que toi, à 116 ans, vieux Bison dans son ranch.....................…....... ^^
P
Je ne connais pas, mais c'est un roman à recommander aux jeunes, apparemment !
Bonne fin de soirée.
Répondre
N
Je crois que tous les jeunes devraient le lire. Bonne soirée à toi Philippe
M
Un beau billet pour un livre qui mérite vraiment qu'on s'y attarde, comme son auteur.
Content de te l'avoir fait découvrir ! ;)
Répondre
N
J'me dis que pour écrire avec autant de profondeur, l’auteur doit être une très belle personne et avoir une grande richesse de personnalité. Je vais voir par chez moi à m’en procurer un troisième.
Tu me fais toujours découvrir de beaux romans, un GROS merci encore ;-)

L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

 

Rechercher