Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 septembre 2016 5 16 /09 /septembre /2016 23:35

 

 

Le charme des après-midi sans fin est une lettre d’amour que l’auteur adresse à sa grand-mère Da. Depuis L’Odeur du café, il aura vieilli de quelques années. Quand ce second roman verra le jour, Da se sera déjà éteinte un samedi d’automne, à l’âge de 96 ans. Cinq ans après sa mort, les mots émouvants de son récit lui adresseront un dernier adieu.    

 

Sous forme de petits portraits, instantanés de son quotidien, il écrit avec nostalgie son enfance haïtienne à Petit-Goâve. Les souvenirs émergent du passé et bouleversent l’âme du lecteur. Sur la galerie du 88 de la rue Lamarre se tient fièrement une grande balance à café. Assise sur sa vieille dodine, une chaise de Jacmel dont elle ne se sépare que pour dormir, Da passe des heures à discuter avec son petit-fils, Vieux Os. L’odeur du café des Palmes, le préféré de Da, se fait sentir partout dans le village. À toute heure du jour, les gens passent et s’arrêtent pour boire une tasse bien chaude. Da ne serait pas Da sans son café qu’elle prépare amoureusement dans la cour sous la vieille tonnelle. Il est le témoin muet du réconfort qu’elle transmet. Et de l’amour infini qu’elle porte en elle…

 

« Da dit que c’est ainsi la vie. Un moment, vous êtes là, on ne voit que vous, on n’entend que vous, on ne parle que de vous, et un autre moment, on ne se souvient même pas de votre visage. Moi, je veux me rappeler toujours les yeux de Vava. »

 

Dany Laferrière n’oubliera jamais Vava, son amour de jeunesse. Jeune fille éblouissante dans sa petite robe jaune, aussi jaune que le soleil, assise sous le manguier. Il ne voit qu’elle, des papillons dans le ventre. Cinquante ans après, il lui dédie un livre jeunesse remplit d’amour : Je suis fou de Vava. Un trésor…

 

« Si j’ai aimé une fille, elle ne me sera jamais indifférente. Mon cœur battra toujours plus vite en entendant son nom. »

 

« Ses yeux se posent à peine sur moi que, déjà, ils me brûlent par leur feu intense. Même à cette distance, je sens cette chaleur. »

 

Il n’oubliera jamais non plus Rico et Frantz, avec qui il a fait les quatre cents coups. Ni Didi, Fifi, Edna et Sylphise. Certains d’entre eux reposent aujourd’hui dans un cimetière de Petit-Goâve. Il se souviendra d’une soirée chez Nissage et du fils d’Izma, mort de la tuberculose. D’autres gens encore et des commérages, de sa passion pour les livres, d’une épidémie de choléra, du bon vieux Marquis, le chien de son enfance et des rêves étoilés sous la penderie. Et qu’est-ce qu’il aimait regarder Da, son regard et l’expression affectueuse des traits de son visage. Un jour, sa mère et ses tantes ont dû rentrer à Port-au-Prince, le laissant seul avec Da des années durant. Il était encore enfant. J’ai l’impression que l’adulte qu’il est devenu lui doit tout, mais avant tout, un amour infini pour la vie. Et des racines inoubliables. 

 

Le régime des Duvalier débarque à Petit-Goâve. Les troupes gouvernementales encerclent la ville. Arrestations, amendes et couvre-feu général, des gens sont jetés en prison. L’auteur reste flou sur ces moments historiques qui ont marqué sa vie à jamais. Pudeur ou douleur encore omniprésente, de ces conflits il devra quitter Petit-Goâve et rentrer à Port-au-Prince. Ce jour-là, derrière le rideau de la fenêtre, Vava lui fait un baiser de la main. Et Da le regarde partir en pleurant. Il ne les reverra plus jamais qu’en pensées… 

 

« J’ai écrit ce livre pour une seule raison : revoir Da. Quand « L’Odeur du café » est paru en automne 1991, Da était encore vivante, et elle l’a lu.

-Vieux Os!... Quel beau cadeau tu m’as fait!

-Je te l’avais promis

Je me souviens de son doux sourire… Elle est morte un samedi matin. Et depuis, elle me manque. »

 

*******************************

 

« J’ai pris tant de plaisir à être à Petit-Goâve que je n’ai pas vu le temps passer. »

Le Charme des après-midi sans fin - Dany Laferrière
Le Charme des après-midi sans fin - Dany Laferrière

commentaires

le livre-vie 30/09/2016 22:28

Encore une découverte pour moi... Mille mercis...

Nad 01/10/2016 04:25

Lui c'est mon auteur chouchou. Pour Haïti et sa plume tellement poétique...

ubu 25/09/2016 06:00

juste en passant je regarde si j ai bien tout ecoute des interviexq que j aime et je tombe sur ca
de suite j ai pense a toi...
5 fois 30 min si tu n as pas deja ecoute je sais ce que tu ecouteras ces prochains jours....
---
http://www.franceculture.fr/emissions/voix-nue/dany-laferriere-15
---
je retourne me coucher
regales toi nadine

Nad 26/09/2016 20:58

Un immense merci pour le lien! J'ai commencé à les écouter, c'est un vrai délice :D

claudialucia 24/09/2016 16:26

C'est vrai que cet écrivain a une belle écriture; ce roman a l'air chaleureux, plein d'humanité et tu en parles si bien. Je le note donc.

Nad 26/09/2016 20:57

C'est un grand poète et lorsqu'il parle de son enfance avec sa grand-mère Da, je suis toujours émue..

Nadège 23/09/2016 10:29

Tes mots sont pleins de ton amour pour cet auteur. Je t'embrasse.

Nad 23/09/2016 13:33

Je me sens si bien dans ses écrits... :-*

Violette 20/09/2016 22:01

mais depuis le temps que je veux découvrir cet auteur ! J'étudie "Paris 1983" avec les élèves.

Nad 21/09/2016 02:07

Quel beau poème, merci pour la découverte! Ce doit être enrichissant à étudier avec des élèves. Bon mercredi Violette!

Guillome 20/09/2016 16:26

très et (trop) longtemps que je n'ai pas lu cet écrivain. Tu me donnes envie avec ce roman que je ne connaissais pas ! merci

Nad 21/09/2016 01:45

C'est la suite de "L'odeur du café". Dans le premier il est tout jeune enfant alors que dans celui-ci il est ado. C'est bô!!! :-*

Léa Touch Book 20/09/2016 13:53

J'aimerais beaucoup le lire :)

Nad 21/09/2016 01:42

Je crois que tu l'aimerais beaucoup :-)

jerome 20/09/2016 12:44

Le charme des après-midi sans fin, Le cri des oiseaux fous, L'odeur du café... tant de merveilleux souvenirs de lecture pour moi; Et puis ces couvertures du Serpent à plumes, elles étaient magnifiques !

Nad 21/09/2016 01:41

Oh oui, la couverture est superbe! Je crois que c'est le premier livre que je lis du Serpent à plumes.
Ça fait plaisir que tu l'aies aimé toi aussi! Quand on aime autant un auteur on voudrait que tout le monde l'apprécie autant que nous :D

Alex-Mot-à-Mots 20/09/2016 10:11

Un auteur que je n'ai encore jamais lu. Mais ça viendra....

Nad 21/09/2016 01:36

Ses écrits sont très poétiques, c'est vraiment très beau. Il parle avec son cœur...

le Bison 20/09/2016 09:01

Ah, le charme de Dany qui te va si bien. Je le préfère certainement quand il nous parle de son lit et de son sexe, mais cette ambiance haïtienne doit apporté son lot d'images mélancoliques, douces et sucrées.

L'amour d'une vie ne s'oublie jamais, surtout s'il s'agit de s'allonger à l'ombre d'un manguier et de goûter au fruit de l'amour.

Nad 23/09/2016 13:34

"Ark"................... ;-)
^^

le Bison 23/09/2016 11:07

Une peau de grizzli pour lire une histoire d'amour, voilà qui est bien romantique :D

Nad 23/09/2016 04:44

En autant qu'il me reste la peau de grizzly pour pouvoir m'allonger, les majeurs au chaud ^^

le Bison 21/09/2016 22:11

Attention de ne pas faire fondre l'igloo par excès de romantisme ! :D

Nad 21/09/2016 01:34

Tu parles de Rita Hayworth, la bombe sexuelle de Éroshima? ^^ ^^
Le romantisme Bison, le romantisme........! ptdrrrrrrrr
C'est vrai, l'ambiance haïtienne apporte tout à mes yeux. En lisant il y a les odeurs, les goûts, les paysages et la mer, la force de vivre qui se dégage même dans la douleur. C'est tendre, aussi tendre que de l'entendre parler de Vava sous le manguier, le premier amour qu'il n'a jamais oublié. Il s'y allonge comme d'autres dans leur igloo....... :D

ubu 19/09/2016 23:49

Grâce a toi j ai lu , le livre consacré au tremblement de terre à Haiti, mais depuis Dany Laferriere a du mal a captiver mon attention.
Bon en tout cas il a été élu a l académie Française, c est donc qu il pèse pour quelque chose dans le monde des lettres. Je relis ta critique a quelques jours d intervalles, et elle me donne envie de redonner une chance a Dany,
bon, je te mets un lien avec l émission les regardeurs dont cette diffusion précise est consacrée a
UGOLIN ET SES ENFANTS
http://www.franceculture.fr/emissions/les-regardeurs/ugolin-et-ses-enfants-d-auguste-rodin

Bonne écoute ...

Nad 21/09/2016 01:21

Ugolin de La Porte de l'Enfer, merci pour le lien que j'ai écouté hier soir. J'aime tellement Rodin et Camille, ça me donne envie de revoir le si beau film avec la belle Isabelle Adjani!
J'ai beaucoup aimé "Tout bouge autour de moi" mais je n'suis pas du tout objective car j'aime tout ce qu'il écrit! :D

Chess 19/09/2016 21:28

Je suis bien tentée, je retiens :) !

Nad 21/09/2016 00:52

C'est magnifique et très tendre, nostalgique aussi, ses mots sont comme des caresses!

manU 17/09/2016 06:39

Comme ça fait du bien de "t'entendre" parler de ces livres que tu aimes !
Et encore plus quand il s'agit de livres de Dany "the lover"... ;)

Nad 21/09/2016 00:51

Une lecture qui m'a fait du bien et que j'ai déposé sur mon coeur. A Petit-Goâve j'me sens comme chez moi et c'est apaisant. Sans doute parce que j'ai aussi eu la chance d'avoir une grand-maman Da dans ma vie... :-*
Sacré Dany, il me remue de l'intérieur à force de nous parler d'Haïti qui est si cher à mon cœur...

L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

La Frontière du loup par Hall

Rechercher