Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 septembre 2016 3 28 /09 /septembre /2016 19:45

 

 

« On ne peut rien savoir d’un vieillard si on ne va pas à ses yeux, ce sont eux qui détiennent l’histoire de sa vie. »

 

Trois vieillards épris de liberté, Ted, Charlie et Tom, fuient le monde des vivants et choisissent de s’isoler en forêt. Ils ont chacun une cabane face au lac et vivent de chasse, de pêche, d’ours et de maringouins, mais avant tout, ils vivent dans ce lieu où les jours sont propices à la lenteur et l'errance. Dans ce coin reculé de l’Ontario (profond), la chaleur du poêle à bois suffit à peine pour survivre aux hivers par moins 50. Le confort est minimal mais ils y gagnent le luxe de l’isolement serein.     

 

Leur touchante histoire, romancée mais plausible, s’inscrit dans le contexte historique des Grands Feux qui ont ravagé le nord de l’Ontario au début des années 1900 - Matheson, Timmins, Cochrane, Haileybury… - une tragédie apocalyptique à jamais ancrée dans la mémoire collective des survivants. Aux trois hommes viendra s’ajouter Marie-Desneige, 82 ans, la petite jeunesse du groupe. Minuscule bout de femme, en cavale avec de faux papiers, qui aura passé soixante-six ans de sa vie dans un institut psychiatrique en banlieue de Toronto. Presque cent ans plus tard, une photographe débarque sur les lieux dans le but de recueillir le récit des quelques survivants, s’il en reste, ou de leurs témoins. Elle s’accrochera avec émotions à ces vies racontées. Celle de Ted, l’enfant de quatorze ans qui a marché durant des jours dans les décombres fumants, ses parents, frères et sœurs morts asphyxiés dans un caveau à légumes. Du ciel, ce jour-là, il pleuvait des oiseaux…

 

Magnifique roman sur le courage, autant celui de choisir sa vie que de se reconstruire. Sur les traces du passé qui hantent le présent de souvenirs imprégnés dans la chair. C’est un roman qui défie les âges, un amour naissant et des caresses pour deux vieilles personnes attachantes qui ont choisi de vivre avant de mourir - faire l’amour pas la guerre. L’histoire n’est pas dépourvue de cet humour noir dont Tom et Charlie usent avec délice. Entre deux cabanes poussent des plants de marijuana, c’est tout dire. Le portrait des soins psychiatriques du début du siècle dernier, où on incarcérait à peu près n’importe qui pour n’importe quoi est bien représenté. L’histoire de Marie Desneige me rappelle celle de Camille Claudel… C’est un roman sur la vieillesse, l’appréhension de la mort et le suicide. De vies pleinement vécues jusqu’au dernier souffle.  

 

Depuis sa sortie en 2011 que j’ai envie de lire ce roman que tout le monde sauf moi semblait déjà avoir lu au Québec ! Une histoire que je ne suis pas prête d’oublier…

 

« J’aime les histoires, j’aime qu’on me raconte une vie depuis ses débuts, toutes les circonvolutions et tous les soubresauts dans les profondeurs du temps qui font qu’une personne se retrouve soixante ans, quatre-vingt ans plus tard avec ce regard, ces mains, cette façon de vous dire que la vie a été bonne ou mauvaise. »

 

L'avis de Didi

Il pleuvait des oiseaux - Jocelyne Saucier

commentaires

L
Encore une découverte pour moi! Merci, merci, merci... Le Québec est riche de ses auteurs que je découvre grâce à toi. Encore merci! (Je viens de recevoir plusieurs des romans de Marie Laberge que tu m'as fait adorer!)
Répondre
N
Ah!!! Ce sont lesquels ? Suuuuuuuper, elle c'est vraiment mon chouchou !!!
Je suis TELLEMENT heureuse que tu l'aimes ! Gros bisous
L
C'est bon : je l'ai acheté suite à la lecture de ta chronique :) J'ai hâte de le lire ^^
Répondre
N
Oh je suis contente!
Et moi j'ai hâte de t'entendre en parler :D
À bientôt Léa
D
Bonjour Nadine,
j'avais découvert ce livre grâce à Babelio et je l'ai beaucoup aimé, il résonne encore en moi.
Je te mets le lien su mon blog :
http://imagimots.blogspot.fr/2015/02/il-pleuvait-des-oiseaux-de-jocelyne.html
Bisous et bon dimanche
Répondre
N
Coucou Didi,
Je rajoute le lien vers ton billet. Heureuse que tu l'aies aimé et contente de savoir que Babelio en a fait une Masse Critique! :D
Bisous et bonne semaine
A
Je n'ai vu que des avis positifs sur ce livre. Je ne suis pas sûre que ce soit très exactement ma lecture de prédilection mais ça fait longtemps que je n'ai pas fait un tour côté Québec. Je finirai peut-être par me laisser tenter, en tout cas, ton billet m'y incite.
Répondre
N
En tout cas elle est très aimée des lecteurs québécois. Si jamais tu le lis un jour je serais curieuse de savoir ce que tu en as pensé... Bonne journée à toi
N
Voilà bien longtemps que j'entends parler de ce roman... à lire donc! Bises.
Répondre
N
Une très belle auteure avec beaucoup de sensibilité, il me semble que c'est le genre de roman que tu pourrais aimer ma Nadège. Je t'embrasse
L
Cette lecture me tente beaucoup :)
Répondre
N
Je crois que tu ne le regretterais pas Léa :-)
L
Que le titre est beau... Je suis séduite rien qu'avec lui! Et après ta chronique... Comme d'habitude, tes mots me parlent...
Répondre
N
Comme toi j'avais été attirée par le titre, il est vraiment magnifique... et le livre l'est tout autant!
Bisous et bon weekend Céline
A
De plus ne plus d'avis positifs. Je le note.
Répondre
N
Une agréable découverte pleine de sensibilité...
J
J'avais moyennement aimé "Les héritiers de la mine", je suis certain que celui-là me conviendrait bien mieux.
Répondre
N
Je ne connais pas l'autre mais celui-ci est vraiment très bon en tout cas. Bonne journée Jérôme
S
Une très belle histoire que j'avais beaucoup appréciée. Très belle critique !
Répondre
N
Coucou SerialLectrice, je suis vraiment contente d'entendre tous ces avis positifs sur ce roman. Je serais vraiment très heureuse de rajouter ton lien aussi. Bonne journée et à bientôt
E
Bonjour Nad. Un très beau livre sur la vie,, la vie jusqu'au bout, avec des héros de rides et de boîteries, et plus encore de volonté. Lu l'an dernier et beaucoup aimé. Bonne journée.
Répondre
N
Ça c'est bien dit Claude, "Un très beau livre sur la vie, la vie jusqu'au bout". Des héros plein d'humanité comme je les aime. Si jamais tu as fait un billet et que tu repasses par ici ça me ferait plaisir de le mettre en lien! Bises
A
J'ai adoré cette lecture qui me reste bien en mémoire :-)
Répondre
N
Ah je suis contente d'entendre ça ! Bonne journée et à bientôt Aifelle, bisous
M
Une fois de plus, c'est une histoire dure dont tu nous parles. Et comme chaque fois, tu sais trouver les bons mots pour ne pas nous effrayer mais au contraire nous donner envie d'y entrer de notre plein gré...
Merci ma bûcheronne ! ^^
Répondre
N
Commences par pelleter la neige ce sera déjà un début PTDR ^^
N
Mais de rien mon sweet kinG de colon d’marais, j’suis certaine que tu aimerais ce roman! :D
Elle a vraiment une très belle plume, une super découverte…
Bûcheronne un jour bûcheronne toujours! ^^
L
Tu aurais du bois à couper pour entretenir ta cheminée d'hiver ?
L
Vivre avant de mourir. C'est beau. Et en plus dans une cabane par -50°, une caisse de Chambly sous la neige, un vol de lagopède à queue blanche, une peau de grizzly près de la cheminée. C'est encore plus beau.

Il pleuvait des lagopèdes, tiens je croyais qu'il neigeait là-bas ?
Répondre
N
Ah ben là j'suis toute mêlée. La voisine en bikini elle ramasse pas des moules? ^^
L
C'est pas mon truc de pelleter la neige. Je préfère mater la voisine en bikini avec sa pelle. Et peut-être qu'un jour, calisse, je verrai un lagopède à queue blanche se poser sur son épaule...
N
En effet, vivre avant de mourir c’est toujours mieux :D)))
Ce qui serait encore plus beau ce serait que tu t’mettes à pelleter la neige !!!! Ptdrrrrrrr Mais ça, vaut mieux rêver… non non, il neige des lagopèdes à queue blanche par ici et il pleut de la Chambly! Ciboère! ^^

L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

 

Rechercher