Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 juillet 2016 3 27 /07 /juillet /2016 23:42
Le sorcier vert - Valentine Goby et Muriel Kerba

« En fait, l’histoire de mon père est celle d’un type qui trouve une fonction à sa photographie, qui va trop loin, qui craque, et qui, obligé de se réinventer, le fait d’une façon qui engendre beaucoup d’espoir »

 

(Juliano Ribeiro Salgado, le fils de Sebastião Salgado)

 

L’idée créatrice des éditions Thierry Magnier, en s’associant à la Galerie Robillard, était de créer des histoires à partir d’illustrations – et non pas le contraire, comme il nous est la plupart du temps donné de le voir. Ainsi, dans Le sorcier vert, une fois le travail de Muriel Kerba achevé, entre coups de crayons, pastels, acrylique, manipulations de papier et de matière,  Valentyne Goby s’est vue confier ces images dans le but de les « raconter ». Émue par les quinze ans d’efforts qu’a déployé Sebastião Salgado à replanter la forêt atlantique brésilienne, elle a fait naître à partir d’illustrations une histoire hors du commun.

 

Quand Salgado revient chez lui après plusieurs années d’exil, il ne reste plus rien de la forêt de son enfance. Plus rien. Le spectacle est désolant. Où sont-ils donc passés les arbres majestueux, les chênes perobas, les jequitibas, le pau-Brasil à fleurs d’or? Où s’est caché le bétail? Et les sources gorgées d’eau? Depuis des dizaines d’années, en se modernisant, les hommes ont tout détruit. Avec l’argent, ils ont saccagé les richesses naturelles et fait mourir les bêtes qui n’avaient plus rien à paître.

 

« L’air brûlant tremble comme un voile d’eau, et floute la terre ocre à perte de vue. Pas un cliquetis d’insecte. Pas un cri d’oiseau. De la poussière et du silence. »

 

Avec Gabriella, son amie d’enfance, et aidés de quelques hommes, il décide de replanter la forêt, fort de son engagement écologique, et pallier ainsi à la négligence des hommes. Sebastião Salgado a fait le tour du monde. Il a connu les froids extrêmes et les vents les plus violents de la Patagonie. Mais planter, il ne sait pas. Il apprendra, comme il l’a fait avec la photographie. Rien ne fera reculer l’un des plus grands photographes humanistes. Il apprivoisera la terre comme il a apprivoisé les hommes…

 

« Aux villageois, il raconte l’histoire de la tortue des Îles Galápagos qu’il a mis une semaine à photographier. Chaque fois qu’il s’avançait elle rentrait la tête. Après deux cents ans de solitude, il fallait l’apprivoiser. »

 

La forêt s’est mise à naître, les animaux sont venus la peupler – plus de quatre cents espèces - et les oiseaux sont revenus. Trois millions d’arbres ont poussé. Maintenant…

 

« Comment faire pour que des arbres debout permettent aux hommes de vivre mieux que s’ils sont coupés? »

 

J’admire le travail de Sebastião Salgado. Son œuvre photographique m’émeut, me transperce au-delà des mots. Notre planète a besoin de ces philanthropes portés vers la nature humaine pour venir à bout de ce que les hommes détruisent à coup de haine et d’insouciance. Il a marché sur les pas des survivants, il les a accompagnés dans les guerres, les famines, les exodes, les génocides. Il a ce désir au fond des tripes de conscientiser les hommes à toutes formes de misère et d’exclusions, pour que jamais nous n’oubliions…  

 

« Plus que jamais, je sens que la race humaine est une. Au-delà des différences de couleur, de langue, de culture et de possibilités, les sentiments et les réactions de chacun sont identiques. Les gens fuient les guerres pour échapper à la mort ; ils émigrent pour améliorer leur sort ; ils se forgent de nouvelles existences dans des pays étrangers : ils s'adaptent aux pires situations… » Exodes - 2002 

 

 

Un grand merci à toi Jérôme pour ce cadeau. J’ai marché sur les traces du « Sorcier vert » avec le plaisir retrouvé de son photo-documentaire Le Sel de la terre. J’en suis ressortie les larmes aux yeux… 

Le sorcier vert - Valentine Goby et Muriel Kerba
Le sorcier vert - Valentine Goby et Muriel Kerba

commentaires

U
Ah ma pauvre... je t envie de vivre dans le déni.
Mais je te mettrai pas l accent sur les i; ni les barres sur les t.
De plus, à ton âge, ça sert à rien... ;-) ;-) ;-)
Pourquoi j ai un chamallow dans la bouche quand je prononce ces mots ou quand je te lis ????
J ai mis à jour ma page ... joel spirette, j ai mis le lien sur ce livre en rapport avec S. Salgado, puisque "le sel de la terre" était un documentaire marquant. Qui laisse des souvenirs.
J ai la pêche, je vais marcher au bord de mer.
Bon repos Nad
Répondre
U
Tu parles d accent là ? Ca voudrait dire que c est moi qui en ai un ? tu manques pas de toupet de dire ca,.
Tu me fends le coeur ....
bon je te laisse, profites bien de ta dernière semaine de soleil de par chez toi, je me suis inscrit à la Newsletter de ton blog, si ça ne te gêne pas, j en suivrai l actualité. J ai mis a jour ma page Facebook, donc maintenant je peux aller me coucher, bon repos Nadine
Répondre
N
Avec plaisir pour la Newsletter.
C'est pas moi certain, j'ai jamais eu d'accent ! ^^
U
Elizabeth Gilbert, mange prie aime, c est du pur humour, quand j ai vu ce livre en magasin, j ai pensé à la seule personne qui sache en parler des heures durant, qui en récite des passages par coeur, qui le défende contre vents et marée pour ses qualités littéraires et pour le rapport avec la vie de l auteur, c est un livre qui m a fait un gros déclic,...... une grande claque quand j ai vu le nom de l auteur, Provocation, nullement, j ai des choses plus intéressantes a faire que de la provoc, ... Tu as remarqué, j ai changé depuis la dernière fois, aujourd'hui je suis capable d écrire en mettant quasiment tous les accents. comme quoi on évolue... en parlant d accents, non, la ça serait de la provoc, accents.... doux accent...... bonne soirée Nadine
Répondre
N
Rien à faire, Élizabeth Gilbert, comme tu sais, elle m’énerve GRAVE ! :D
Bravo pour les accents, j’suis fière de toi !
Accent… accent….. qui ça qui a un accent ? ^^
Bon weekend à toi
U
Tu as été touchée par Sebastao salgado, comme je te comprends, il y a des livres qui nous rappellent de schoses, ... Moi aujourd hui, c etait mange prie aime, d elizabeth Gilbert; ca fait tout drole.... sacrees lectures et qu est ce qu on en parle de ces impressions
ubu
Répondre
N
Tu m'excuseras mais je n'arrive pas à saisir le sens de tes mots, j'ai dû manquer quelque chose quelque part.
Elizabeth Gilbert... humour ou provocation?
Tu sais bien que je ne joue pas à ça ;-)
N
Quel joli livre ce doit être! Je suis justement en train de lire le dernier roman à paraître de Valentine Goby, je le savoure... Je t'embrasse.
Répondre
N
Il est vraiment magnifique ce livre! Les mots de Valentine Goby, les images, l'histoire de Salgado, tout est beau...
Bisous tout plein
L
Valentine Goby: j'adore!
La jungle: j'adore!
Les illustrations: j'adore.
Bon, le constat est simple: il me le faut...
Répondre
N
Ce livre est une perle! L'histoire illustrée de Salgado écrite pas Valentine Goby, c'est sublime...
L
Laisse tomber la forêt amazonienne. Tout le monde se fout de cette forêt. La question existentielle qui intéresse par contre la population, bison compris, est de savoir où sont passés les culs majestueux de danseuses brésiliennes dans leur string jaune avant que le silicone ne détruise la faune locale, car quoi de plus majestueux que de s'enfoncer dans un cul non siliconé. Non franchement, la jungle on s'en fout pas mal, l'épilation a du bon.
Répondre
N
C’est pas dit que les danseuses brésiliennes ne préfèrerais pas ton majeur à ta bizoune de bizon. Il ne faut jamais négliger le pouvoir d’un majeur…… ^^
L
Laisses tomber mon majeur, j'ai d'autres atouts pour les danseuses brésiliennes :)
N
Laisses tomber les danseuses brésiliennes, tu vas t'fouler le majeur!!! ^^
M
Un livre qui avait tout pour te plaire ! Je m'y arrêterai à l'occasion...

"Les gens fuient les guerres pour échapper à la mort ; ils émigrent pour améliorer leur sort ; ils se forgent de nouvelles existences dans des pays étrangers : ils s'adaptent aux pires situations…"

On en a eu de terribles exemples ces derniers mois...
Répondre
N
Tu l'adorerais mon kinG... :-*
En effet... et je trouve que Salgado a souvent les mots pour décrire autant les souffrances humaines que la résilience des hommes...
Gros bisous
J
Il est magnifique cet album. C'était comme une évidence de te l'offrir, je suis ravi qu'il t'ait plu à ce point.
Répondre
N
Je l'ai adoré, un vrai bijou. Merci encore Jérôme...
Bises

L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

 

Rechercher