Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juin 2016 3 15 /06 /juin /2016 00:44

Ça pue la haine !

 

Depuis dimanche dernier, je n’arrive pas à trouver les mots pour exprimer la force de ma colère. Plus que de la rage, je ressens une profonde tristesse résignée face à la bousculade d’actes haineux qui frappe le monde. Cette haine inqualifiable dont certains hommes ou groupes se parent au profit de la vie et de la liberté d’être. Au nom du pouvoir et d’une vision étroite, pour ne pas dire «incarcérée» dans les prisons de l’intolérance. Sommes-nous à ce point incapables de vivre dans le respect des autres ? Dans le respect de toutes formes de liberté ? Dans le partage d’un monde qui, dans sa globalité, nous appartient à part égale ? Pffffff bien sûr que oui, ça pue la haine !

 

Les êtres humains atteignent sans trop de difficulté un niveau de mépris envers leurs semblables. Je pousserais même jusqu'à parler « d’arrogance » et là, loin de moi l’idée de vouloir faire dans la poésie, j’entends par arrogance ce dédain de l’autre, cette audace poussée à l’extrême limite d’en décider de la vie et de la mort d’autres personnes que de soi-même.

 

Avant Orlando, il ne suffit pas de retourner très loin en arrière pour réaliser que le monde ne tourne pas rond. Bruxelles, Paris, les Syriens, les migrants, les exodes, les génocides, les guerres, les famines, un certain 11 septembre, et puis quoi encore ?

 

On est hétérosexuel ou homosexuel, on est blanc ou noir, on est juif ou musulman, riche ou pauvre, qu’est-ce que ça change ?

 

Dans quel monde de fous vivons-nous ?

 

***********************************

 

Éric-Emmanuel Schmitt a trouvé les mots justes, ceux qui sont là pour nous amener à réfléchir et se conscientiser sur l’ampleur du drame qui se joue. Je me dis que l’homme sensible qu’il est doit forcément être ébranlé dans ses fondements les plus profonds.

 

« nous resterons droits, debout, fiers, du côté de la vie »

 

Bravo Monsieur Schmitt <3

 

MASSACRE À ORLANDO

 

Comme vous, sans doute, je ne sais plus quelle horreur commenter ! Il s’en produit tous les jours et il ne faudrait surtout pas considérer qu’en choisir une revient à ignorer les autres.
La lâche, stupide et monstrueuse fusillade d’Orlando, ce dimanche, dans un club gay et lesbien m’a laissé sans voix. Un forcené a tué une cinquantaine d’individus qui dansaient, chantaient, buvaient, s’amusaient, tant le bonheur des autres lui était insupportable — voire le bonheur tout court. Il a abattu des gens qui avaient dû se battre, et devront se battre encore, pour obtenir des droits civiques. Il a massacré des combattants pour la liberté, mais à un moment où ils étaient sans armes, bien sûr…
C’est une attaque contre la liberté elle-même, pas seulement contre une communauté sexuelle. De même que l’attentat de Charlie Hebdo ne visait pas uniquement des dessinateurs, de même l’attentat d’Orlando ne cible pas que l’homosexualité : il veut supprimer un monde où vivent ensemble et harmonieusement des gens extrêmement différents, des athées, des juifs, des chrétiens, des musulmans, des bouddhistes, avec des peaux blanches, brunes, noires ou jaunes. Refus de la complexité, refus de la nature, refus de l’humanité.
Le club d’Orlando s’appelait Pulse, c’est-à-dire Pulsion. Il désignait une pulsion de vie. Il a été détruit par une pulsion de mort.
Mais nous resterons droits, debout, fiers, du côté de la vie. Le combat contre la bêtise a commencé avant nous et se poursuivra après nous. Faisons notre part, mes amis.

 

Éric-Emmanuel Schmitt

Orlando ou « Les prisons de l’intolérance »
Orlando ou « Les prisons de l’intolérance »
Published by Nad - dans Divers
commenter cet article

commentaires

le livre-vie 23/06/2016 09:25

Des mots très justes pour ce monde qui a perdu ses repères.

Pour le positif, il faut le voir dans ces petits rien, du moins c'est ce que je fais. Ces gens qui laissent passer cette mamie devant à la pharmacie parce qu'il fait très chaud et qu'ils veulent lui éviter l'attente, cette étudiante qui embarque pour un mois au Pérou pour aider à la construction d'une école dans un village isolé, ces enseignants qui se relaient auprès d'une autre étudiante qui a raté ses concours et qui ne veulent pas la voir rater sa vie, cet agriculteur qui passe après les inondations dans toutes les maisons isolées pour vérifier que tout va bien, ces amis pas encore vraiment des amis, mais qui le deviendront, qui viennent aider parce qu'ils savent qu'on en ferait de même. Ce sont des geste vécus, et ils sont une petite lueur d'espoir dans la folie environnante.

Nad 23/06/2016 14:31

Tes mots sont extrêmement touchants Céline, je les garde ici précieusement :-*
Tu rends compte à merveille de l'importance de ne jamais baisser les bras, de garder espoir dans ce monde de fous...
Un grand merci, bisous

scobyd 21/06/2016 14:24

Il y a de quoi se poser la question mais je reste persuadée qu'il faut quand même voir et penser positif pour que le monde s'améliore.

Nad 22/06/2016 02:37

Pas facile de continuer à "croire" dans ce monde de fous, Mais comme tu dis, rester positif et garder espoir ne nuit en rien, au contraire...
Bisous

claudialucia 17/06/2016 18:40

De tout coeur avec toi! Dans quel monde vivons-nous?

Nad 17/06/2016 19:01

J'me le demande bien aussi, tout ça est si triste...
Bises Claudia

Rebecca G. 17/06/2016 01:06

C'est vraiment terrible ...!!
(E.E Schmitt, un de mes auteurs préférés, trouve TOUJOURS les mots justes...)

Nad 17/06/2016 03:09

Oui c’est épouvantable, ça n’a pas de mots… mais comme tu le dis si bien, Éric-Emmanuel Schmitt a toujours les mots justes.
Un homme rare... Bon weekend à toi Rebecca

potzina 16/06/2016 16:21

Ce que tu as écrit est très juste et très beau. Bravo d'avoir trouvé les mots pour exprimer ton ressenti. Je n'arrive pas à croire qu'en 2016 nous vivions encore dans un monde aussi moyenâgeux où des gens se font massacrer pour ce qu'ils sont.
Comme Le Bison, je me demande si l'exil au fond d'un igloo n'est pas la meilleure solution :(

Nad 17/06/2016 03:14

C’est dur à croire oui, aberrant, moyenâgeux comme tu dis, c’est le bon mot Potzina! Et le plus tragique c’est que toute cette violence empire de jour en jour… le monde est en train de foutre le camp!
L’exil au fond d’un igloo est sans doute la meilleure solution. Bises et merci d’être passée ici Potzi, bon weekend à toi

manU 15/06/2016 16:05

Comme Guillome ou Nadège, les mots me manquent, je te remercie d'autant plus pour les tiens...

Nad 16/06/2016 02:55

Pas facile de trouver les mots. Mais Éric-Emmanuel Schmitt l’a fait avec tellement de classe…

BisouillEs sweet you :-*

Nadège 15/06/2016 09:53

Personnellement je n'arrive pas à trouver les mots pour dire ma colère et mon chagrin. Toi, tu as su le faire... alors merci pour tes mots. Je t'embrasse.

Nad 16/06/2016 02:49

Tu viens de le faire et je te remercie très fort pour ça… Je t’embrasse ma Nadège

le Bison 15/06/2016 09:44

ça donne envie de s'enfermer dans un igloo avec des caisses de Chambly et de ne plus en sortir sauf pour faire le plein, en espérant qu'ils n'aient pas fait sauter la distillerie...

mais autour de ces morts, tout est business s'organise déjà, politique et économique. Le droit à avoir son gun chez soi, qui ne fait qu'accentuer la violence et entretenir la peur. Plus le droit de vivre différemment, rentrer dans le moule bien-pensant ou se faire descendre. Finir avec les libertés, finir de jouir, de la liberté, de la vie.

Finalement vivre dans un igloo semble être la meilleure perspective de l'humanité.

Nad 16/06/2016 21:28

Tu l'as aimé en crisse de calisse celle-là han? ^^

le Bison 16/06/2016 14:06

Crisse de calisse ! 3 millions de TABARNAK DE MACHINE GUN ! :)

Nad 16/06/2016 02:52

J’suis d’accord avec toi, c’est tout à fait de la business et de la politique économique! Y’a trois millions d’armes semi-automatiques qui circulent aux États-Unis, on s’en procure une comme on va s’acheter sa pinte de lait au dépanneur du coin. Trump et Clinton vont en faire leur campagne électorale, ça promet... pfffffffff

L’igloo est clairement LA solution au bonheur, avec grizzly et majeurs en sus, crisse! :D)

Guillome 15/06/2016 08:18

contrairement à toi les mots me manquent...quel monde de merde sans déconner. Allez....relevons nous ! bonne journée et vive la tolérance !

Nad 16/06/2016 02:48

Y’a pas vraiment de mots pour exprimer ce qu’on peut éprouver dans ce genre de tragédie. Ils apparaissent toujours trop fades face à ce qu’on ressent réellement…

Mais je trouvais que ceux d’Éric-Emmanuel Schmitt rendaient un superbe hommage aux victimes et leurs proches. Avec une note d’invitation à la solidarité qui m’a vraiment émue... Merci pour tes mots Guillôme

L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

Résultats de recherche d'images pour « les enfants de l'exode salgado »
 

Rechercher