Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2016 5 27 /05 /mai /2016 18:03
Les dix enfants que madame Ming n'a jamais eus (3) - Éric-Emmanuel Schmitt (Le Cycle de l'invisible)

« La vérité m’a toujours fait regretter l’incertitude. »

 

Madame Ming s’occupe des latrines masculines du Grand Hôtel de Guangdong, dans le sud de la Chine. Étrange personnage de bonté et de dévouement, elle voit chaque jour défiler ces hommes dans l’urgence d’un soulagement aussi bref que nécessaire. C’est alors qu’elle rencontre le narrateur – dont le prénom n’est pas cité – et qu’une belle relation de confiance et de partage s’établit entre eux. Il travaille à l’étage supérieur à multiplier les contrats commerciaux avec la Chine et profite de chaque occasion, même de celles qui ne lui sont pas accordées, pour poursuivre ses bavardement avec dame pipi, cette femme pleine de sincérité et de douceur…

 

« Madame Ming incarnait la permanence dans un monde versatile. »

 

Elle lui raconte ses dix enfants, Li Mei, ses jumeaux Kun et Kong et tous les autres. DIX! Mais Madame Ming, comment est-ce possible d’en avoir dix alors que l’État chinois interdit aux couples d’avoir plus d’un enfant??! Au départ, il subit ses affabulations, puis éprouve de la sympathie pour elle. Une amitié se développe sous le couvert des confidences, dans ce milieu parfumé aux boules à mites à l’odeur de cèdre, et qui au départ n’avait rien on s’entend d’un lieu où s’attarder dans l’épanchement de sentiments. Rien que pour ce contraste délirant j’ai eu envie de remercier l’auteur, il m’a fait vraiment rire! :D Cette p’tite parenthèse mise à part, il réalise son besoin de fantaisie, d’illusions. Celui de s’évader dans un monde factice où la réalité se confond avec le rêve et l’urgence de vivre. Il en arrive à comprendre que le bonheur est plus fort que la recherche de vérité.

 

« À travers ces broderies où s’épanouissait son imagination, je sentais sa carence, sa nostalgie de transmettre, son aspiration à aimer. »

 

Toujours dans la poursuite de mes lectures du « Cycle de l’invisible », qui accorde à chacune de ses six nouvelles le plaisir de nous faire découvrir une religion ou une quelconque forme de spiritualité, Éric-Emmanuel Schmitt nous parle ici des entretiens de Confucius sur l’amour familial et le sens du respect. Ces quelques pages de douceur et d’amour nous amènent à nous questionner sur la vérité. Mais surtout sur la réalité à laquelle il ne faut pas s’attarder au détriment du rêve. Le bonheur est dans l’équilibre fragile des choses qui nous entourent.

 

Qui ne voudrait pas d’une Madame Ming dans sa vie? Je me suis profondément attachée au personnage qu’elle incarne avec tant de tendresse et d’humanité...

 

« De la Chine de Mao, madame Ming conservait l’égalitarisme ; de celle de Confucius, elle perpétuait l’humanisme. »

Les dix enfants que madame Ming n'a jamais eus (3) - Éric-Emmanuel Schmitt (Le Cycle de l'invisible)

commentaires

Rebecca G. 13/06/2016 00:24

Eric-Emmanuel Schmitt est l'un de mes auteurs préférés. C'est un génie de la littérature. Je l'admire et je déguste ses écrits incroyablement poétiques et puissants.
C'est simple: je l'adore!
Ce livre-là, je ne l'ai pas lu. Je le note sur ma wishlist. Merci pour ce bel article. Bises.

Nad 13/06/2016 17:36

Ah je l'adore moi aussi! C'est également l'un de mes auteurs cultes.
J'aime comme toi la poésie de ses mots, leur profondeur, toute la philosophie humaniste derrière chacun de ses écrits, sa façon d'être posé, en équilibre parfait et en communion avec la vie. Quel génie!
Bises et bonne journée Rebecca, et un grand merci de la visite
.

Nadège 01/06/2016 11:34

Je viens d'apprendre qu'E.E. Schmitt sortait un nouveau roman à la rentrée : L'homme qui voyait à travers les visages, chez Albin Michel...

Nad 05/06/2016 17:46

Ah super, je vais voir ça tout de suite! :D

jerome 31/05/2016 13:12

Je ne suis pas du tout fan de l'auteur mais ce roman-là est sans doute l'un des rares de sa bibliographie qui me tente ;)

Nad 01/06/2016 04:15

Alors n'hésites pas, je crois que tu pourrais peut-être l'aimer... et qui sait, devenir fan d'EES? :D)))

le Bison 28/05/2016 16:53

Moi, j'ai toujours rêver qu'une dame-pipi vienne m'enlacer, nue ses seins collés à mon dos, pendant que je satisfais à mon besoin. Avec une dame-pipi, bien bandante et bien souriante, il en va de soit.

Nad 31/05/2016 01:02

Chacun ses fantasmes! ^^
Une dame-pipi qui te suivrait au fin fond des plaines de ton ranch quand tu te soulages…
Ce serait de l’amour j’te dis ! :D)))

manU 28/05/2016 07:11

"Le bonheur est dans l’équilibre fragile des choses qui nous entourent."

C'est tellement bien dit ça, là !!! ^^

Encore un billet sur EES qui donne envie de le découvrir, bravo !

Nad 31/05/2016 01:01

Là là......! ^^
J’admire tellement sa philosophie, j’voudrais que tout l’monde l’aime autant que moi ! :D
(j’ai aucune objectivité quand je parle de ses romans, mais au moins j'en suis consciente! mdrrrrrrrrrrrrr)

L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

La Frontière du loup par Hall

Rechercher