Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mai 2016 7 01 /05 /mai /2016 00:21
Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran (2) - Éric-Emmanuel Schmitt (Le Cycle de l'invisible)

 « À onze ans, j’ai cassé mon cochon et je suis allé voir les putes. »

 

C’est ainsi que débute l’histoire…

 

***************

 

« Ce que tu donnes, Momo, c’est à toi pour toujours ; ce que tu gardes, c’est perdu à jamais. »

 

J’ai toujours aimé ce roman, c’est comme une histoire d’amour que je retrouve chaque fois que j’en ouvre la première page. Il suffit que je me retrouve au cœur des échanges entre Monsieur Ibrahim et le petit Momo pour que je sois bousculée d’émotions tendres. Ce livre est touchant, il est beau, il fait du bien, c’est une vraie caresse pour l’âme. On y voit la vie à travers le regard d’un enfant qui apprend l’amour et l’attachement à l’autre. Je crois qu’on peut tous s’y reconnaître quelque part dans ces personnes qui ont changé le cours de notre vie. Qui nous ont amené à nous questionner juste assez pour que s’ouvre la voie des réponses.   

 

« C’est dingue comme, avec les mêmes mots, on peut avoir des sentiments différents. Quand je disais « papa » à monsieur Ibrahim, j’avais le cœur qui riait. »

 

Momo est juif, il a onze ans, il vit seul – ou presque – dans un appartement à moitié vide, vide de tout, de chaleur humaine surtout. Il passe ses soirées à se faire engueuler par son père qui le traite de voleur. Ce même père qui s’enferme dans « les murs de sa science », négligeant l’essentiel et se pourrissant la vie avec la nette exactitude à laquelle il arrive à abandonner son fils dans les rues de Paris. Comment un enfant de onze ans arrivera-t-il à cesser d’avoir honte? À se demander ce qui tourne de travers chez lui pour à ce point repousser l’amour des autres? Momo appréhende la vie à travers le regard de son père, avec mépris. C’est le modèle qu’il a reçu…

 

«-Qu’est-ce que ça veut dire, pour toi, Momo, être juif?

-Ben j’en sais rien. Pour mon père, c’est être déprimé toute la journée. Pour moi… c’est juste un truc qui m’empêche d’être autre chose. »

 

Monsieur Ibrahim est propriétaire d’une épicerie, on l’appelle « l’Arabe de la rue Juive ». En réalité, il vient du Croissant d’Or, les gens y sont « musulmans », mais ça sonne moins faux qu’ « arabes », vous ne trouvez pas? Ce vieil homme ressemble à un sage, il est calme, posé, il adhère au soufisme, c’est sa façon d’appréhender la vie. Leur route se croise un jour et au fil de leurs échanges Momo renaît. Cet homme chaleureux lui ouvre un regard nouveau sur le monde des adultes. À son contact, il retrouvera le sourire. Il se débarrassera de sa haine et découvrira la liberté. Il comprendra mieux pourquoi son père est parti, son histoire, ses parents morts dans les camps nazis. Il apprendra à faire la différence entre ce qu’il a vécu auprès de son père et le monde tel qu’il est aujourd’hui au côté de Monsieur Ibrahim : « Avec monsieur Ibrahim et les putes, il faisait plus chaud, plus clair. »

 

« -M’sieur Ibrahim, quand je dis que c’est un truc de gens riches, le sourire, je veux dire que c’est un truc pour les gens heureux.

-Eh bien, c’est là que tu te trompes. C’est sourire, qui rend heureux.

-Mon œil.       

-Essaie.

-Mon œil, je dis.

-Tu es poli pourtant, Momo?

-Bien obligé, sinon je reçois des baffes.

-Poli, c’est bien. Aimable, c’est mieux. Essaie de sourire, tu verras. »

 

Un jour, ils partiront voir la mer et rejoindre ce Croissant d’Or si cher au cœur de Monsieur Ibrahim. Devant ce spectacle, Momo ne pourra s’arrêter de pleurer. Ils s’arrêteront dans un tekke et assisteront à la transe des Soufis. Le vieil homme attendait ce moment depuis longtemps. Sa rencontre avec Momo sera l’occasion de renouer avec ses racines. De lui transmettre un héritage d’amour qui passera à jamais par le souvenir….

 

« La beauté, Momo, elle est partout. Où que tu tournes les yeux. »

 

Pour lire le magnifique billet de Nadège

Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran (2) - Éric-Emmanuel Schmitt (Le Cycle de l'invisible)
Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran (2) - Éric-Emmanuel Schmitt (Le Cycle de l'invisible)

commentaires

le livre-vie 13/05/2016 21:53

J'ai énormément aimé ce récit, l'un de mes préféré du cycle de l'invisible. C'est très étrange, mais les sensations ressenties lors de ma lecture sont encore vivantes en moi.

Nad 25/05/2016 12:55

Je me souviens de ta superbe critique...
J'ai cette même sensation que toi vis-à-vis cet auteur, ses livres me restent imprégnés en mémoire des années durant, sinon pour toujours...
Bonne semaine Céline

Nadège 03/05/2016 16:15

Merci encore de m'avoir fait lire ce texte. Je t'embrasse.

Nad 04/05/2016 16:37

Merci surtout à toi ma Nadège de l'avoir lu...
Gros bisous

le Bison 03/05/2016 14:53

Une vraie caresse pour l’âme. Mmm Mmmm...
Tiens, allonges-toi qu'on en discute un peu. Mais tu sais je suis avare de mes mots et la parole laisse rapidement place au doigté :D

Nad 03/05/2016 15:07

J'hésites..................quoi choisir entre un majeur et les atouts de Gene...... hum hum......... pile ou face........ ^^

le Bison 03/05/2016 13:30

« À onze ans, j’ai cassé mon cochon et je suis allé voir les putes. »

Mais je m'étais fait chourrer mon vélo, alors j'ai été m'acheter un pain au chocolat au coin de la rue :D

Nad 03/05/2016 14:49

Et quelques années plus tard, repu de ses pains au chocolat, il a recassé son cochon pour aller découvrir Bob et Bob, la binouze et les bizounes…… tabarnak!!!! ^^

manU 01/05/2016 20:50

Quel plaisir ce doit être de se faire "bousculer d'émotions tendres" !!
Ah tu l'aimes EES !! ;)

Nad 03/05/2016 01:20

Le genre de « bousculade » intensément divine ^^
Je l’aime trop!!! Quoi, ça se sent? :D)))

Chrisdu26 01/05/2016 20:45

Un très joli souvenir de lecture grâce à mes filles et un film que j'ai tout autant apprécié et tu m'as juste donné l'envie de revoir ce film avec Omar Sherif, grandiose dans ce film !

Bonne soirée (enfin journée pour toi), la mienne fut pleine de surprises ;-)

Ma caribouuuuuuuuuuuuuuuu :D <3 <3

Nad 03/05/2016 01:19

Le livre et le film sont vraiment très beaux. Omar Sherif avait un de ces regards remplit d’honnêteté, quel homme! Je vais le relouer bientôt tiens… :D

Dors bien ma Caribouuuuuuuuuuuuuuuuuu ;-)
xxx

dasola 01/05/2016 09:56

Bonjour Nadine, je n'ai vu que le film qui m'avait beaucoup plu avec le regretté Omar Sharif. Bon dimanche.

Nad 01/05/2016 16:39

Oui le film est magnifique et j'aime énormément Omar Sharif, il y a quelque chose de franc et doux dans son regard, un éclat d'honnêteté...

Bon dimanche à toi aussi Dasola

L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

La Frontière du loup par Hall

Rechercher