Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 avril 2016 6 16 /04 /avril /2016 00:38
Angel, l'Indien blanc - François Place

Quelque part dans l’estuaire du rio de la Plata, au XVIIIe siècle

 

Angel, l’Indien blanc, est né là où les paysages sauvages de la pampa s’étendent à des kilomètres à la ronde. Avant sa naissance, sa mère, Française, avait été engagée pour enseigner la musique aux enfants de Don Alonzo, un riche propriétaire. Jusqu’au jour où elle se fit enlever par des Indiens. Esclave battue et méprisée par eux, elle mit au monde Angel neuf mois plus tard, faisant de lui un Indien de sang-mêlé. Après un combat mené par une troupe de soldats armés jusqu’aux dents, il ne la revit plus jamais. Mais de son enfance indienne dans le désert du Sud, il garda d’elle ce qu’il y a de plus précieux : le courage et la volonté de rester en vie, la confiance, la force de se battre et le pouvoir de la réflexion.

  

« Je me remettais en marche, en me raccrochant à la seule pensée de ma mère. Tout ce qu’il y a de bon et de beau, c’est elle qui m’en avait donné le goût. Je me réfugiais dans son souvenir. Je la revoyais, entre mes paupières mi-closes, ramper jusqu’à moi comme elle le faisait, chaque nuit pour me serrer dans ses bras. Personne ne pourrait jamais me voler ces moments-là, personne ne pourrait me voler la tendresse de sa voix, ni les contes qu’elle nous inventait soir après soir. »

 

Un jour il est vendu comme esclave à un marchand de Buenos Aires quand il saisit l’occasion de fuir clandestinement à bord d’un trois-mâts, le Neptune.

 

« Et là-haut, c’était beau, tout simplement : la mer à perte de vue, sous un ciel sans limites. Parfois l’horizon pris de vertige se mettait à danser, les vagues se hérissaient de crêtes d’écume, toute la mâture penchait, plongeait, s’envolait, l’estomac se prenait de spasmes, il fallait se cramponner davantage. »

 

Il jetait l’ancre vers le grand Sud de la Terre australe. C’est dans ce paysage d’aurores polaires qu’Angel vivra auprès des Woanoas, des monstres à deux bouches. Et que nous, lecteurs, nous serons transportés par la magie de son aventure auprès des Indiens Plumes-Grises. Il apprendra à se battre en duel, ce qui lui vaudra quelques côtes cassées mais le respect des siens. Il se mesurera aux baleines-léopards, aux loutres des neiges et aux « gens-de-l’eau », naviguera à travers les icebergs, apprendra à chasser au harpon – une occasion pour l’auteur de nous rappeler le rôle de l’Homme chassant pour sa survie.

 

« La chasse est la grande affaire des hommes, mais tout ce qui relève de son utilisation voit le premier rôle leur échapper. »

 

Jusqu’au jour où il s’élancera dans le vide… saura-t-il voler de ses propres ailes, digne du « saut de l’ange » dont il héritera le prénom? 

 

Quel bonheur d’avoir partagé cette lecture jeunesse avec mon ti Tom Tom ! <3 Depuis qu’il est tout petit les histoires d’Indiens l’ont toujours fasciné. Je me demande parfois si plus tard il gardera encore l’envie de se souvenir de nos ancêtres. Je l’espère vraiment, nos racines font de nous ce que nous sommes aujourd’hui, d’aussi loin qu’elles viennent. Angel pourrait vous dire à quel point celles de sa mère l’auront suivi à chaque souffle de sa vie depuis sa mort. Parce que l’héritage d’amour est le plus fort…

 

D’esclave, matelot malmené à otage étranger, Angel a suivi la plus belle des quêtes, celle de la liberté. Une fois que nous l’atteignons, fort d’avoir su apprivoiser le quotidien, voulons-nous seulement en revenir?

 

« Alors, Angel, qu’en dites-vous? C’est un bon point de départ, non?

-Je ne vois pas de quoi vous parlez.

-Mais ces îles. Si on parvient à s’emparer d’une pirogue…

-Mais qui vous dit que je veux repartir?

-Vous délirez, mon pauvre Angel! Le succès vous est monté à la tête! Réfléchissez! Vous n’êtes pas fait pour ce monde!

-Qu’est-ce qui vous fait croire que je lui préfère le vôtre? »

 

**********************

 

Heureuse coïncidence, aujourd’hui les Indiens Métis du Canada viennent de se faire offrir par la Cour suprême du Canada une pleine reconnaissance de leur statut d’« Indien » - englobant tous les peuples autochtones canadiens y compris les Indiens non inscrits et les Métis. Ils attendaient ce moment depuis des décennies. 

 

Un grand merci à mon amie Nadège pour ce magnifique voyage…

Angel, l'Indien blanc - François Place

commentaires

le livre-vie 24/04/2016 17:16

C'est un voyage que j'ai bien envie de faire moi aussi! Merci de la découverte!

Nad 24/04/2016 17:53

Un voyage magnifique au pays des aurores polaires. Le paysage à lui seul vaut la découverte de ce roman jeunesse. Sans oublier François Place dont j'ai adoré la plume...

Chrisdu26 19/04/2016 17:37

Quel joli partage avec Ti Tom Tom. Ce sont des moments merveilleux le partage par la lecture. J'en garde de bons souvenirs avec mes filles. Tu nous délivres un très beau billet sur l'identité, l'héritage, les liens du sang et celui de l'amour comme tu dis...

Cette lecture c'est tout toi et j'ai bien envie de le proposer à ma médiathèque pour la jeunesse :)

Plein de bisous ma Belle sur ton p'tit bout de nez et celui de Tom Tom <3 <3 <3

Nad 20/04/2016 01:26

J’adore partager des livres avec les garçons, ces moments sont vraiment précieux. Quand ils étaient petits je souhaitais tellement fort qu’ils aiment lire, il y a beaucoup à apprendre, à découvrir, à vivre, à partager surtout…

L’héritage d’amour que l’Indien blanc a reçu de sa mère est bouleversant. C’est la première chose que j’ai retenu de ce beau roman. Les liens du cœur bien avant les liens du sang…

C’est vraiment une magnifique lecture jeunesse. Ce doit être un gros plus dans une médiathèque, je la proposerai aussi dans mon quartier s’ils ne l’ont pas déjà.

Bisous transmis à Tom Tom, slurp XXX

Et nous on t’en fait plein, aussi sur ton bout d’nez XXX

Jerome 18/04/2016 13:53

François Place est un conteur hors pair, m'étonne pas que ton fils et toi ayez autant apprécié ce roman.

Nad 18/04/2016 19:35

Une superbe découverte ce François Place! J'irai voir ses autres écrits...
Bonne semaine Jérôme

le Bison 16/04/2016 22:43

Je pense qu'on garde toujours au fond de soi une part de ses rêves d'enfance. Tous, à part moi, qui ne me souviens de rien ;). Peut-être que par moment il oubliera cette passion pour les indiens et pour les ancêtres de cette terre gelée, mais cela reviendra toujours.
En tout cas, une lecture qui te ressemble, la mer, les indiens et le sacre tabernacle en héritage.

Nad 17/04/2016 16:49

J'le pense aussi, surtout quand ces rêves contiennent une part d’amour. L’amour des moments où ils ont été vécus, les personnes avec qui nous étions, les odeurs, les couleurs, les sons, les images qui nous entouraient, les émotions dans lesquelles ils nous laissaient...
Il n’y a même pas au fond de toi Bison un peu de ces rêves d’enfance?

La mer, les Indiens, tabarnak, Chambly, la neige, les ours, les igloos... en effet ça en fait déjà beaucoup… :D

Nadège 16/04/2016 14:43

Comme je suis heureuse que ce petit roman vous ait plu à Tom et à toi!! Je vous embrasse fort!

Nad 16/04/2016 17:23

L'univers d'Angel était magique! Il nous a transporté loin, très loin même, en même temps qu'il nous a fait rêver tous les deux. Les forces de l’imaginaire sont tellement puissantes… un roman jeunesse coup de cœur!
Des gros becs de nous deux vers chez toi

manU 16/04/2016 05:43

Encore une lecture dépaysante comme tu les aimes...
"L'héritage d’amour est le plus fort…", comme c'est bien dit !

Nad 16/04/2016 17:15

Tu m’connais bien toi… quand j’peux être dépaysée, à défaut d’être «ailleurs», c’est l’bonheur :D

C’est au contact de mes grands-parents que j’ai appris le plus bel héritage <3 …

L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

Résultats de recherche d'images pour « les enfants de l'exode salgado »
 

Rechercher