Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mars 2016 7 13 /03 /mars /2016 16:16
Crash-test - Claro

Embarquement immédiat pour le crash, aucune issue de secours, premier accident de parcours

 

« Au commencement était l’accident »

 

« Adieu le repos et adieu la lecture du journal au café, la serveuse aux talons qui cliquent ne viendra plus, le café dans la tasse jamais ne tiédira, il n’y aura pas de jour de marché, pas de baiser sous les lampions, vous avez choisi la route, or la mort fait de l’auto-stop, et son pouce est le pieu sur lequel s’empaler. »

 

Il travaille pour un fabricant de voitures au département des crash-tests- appelons-le Robert pour faciliter les choses - il teste la résistance des habitacles en se servant de cadavres. Ses journées se résument à mettre en scène des collisions, reproduire les conditions du crash et anticiper le désastre. Quelques secondes à peine et c’est le choc, la seconde immobile où tout bascule, quand le corps absorbe la vitesse de l’impact. Un verre de trop, un moment d’inattention, l’endormissement, une erreur de jugement, une distraction. Le pressentiment n’est pas venu à bout de l’inévitable ni à stopper l’impossible. Mais à force de voir chaque jour des crânes en bouillie passer à travers les pare-brises, Robert finit par déraper sur l’autoroute de la folie, il parle aux cadavres comme d’autres se parlent à eux-mêmes. Il est le témoin premier de son propre crash…

 

**********

 

Nuit de sexe sous projecteurs, strip-tease et dérapage, deuxième accident de parcours

 

« Au commencement était l’accident »

 

« Appelons-la Melody Bubbles et n’en parlons plus. Ou plutôt ne parlons plus que d’elle, de ses dehors et dessous, du faux ciel qu’elle suscitait d’une arabesque de la main, une corde nouée en travers de ses seins dont elle mordillait le noeud intensément gordien, mimant l’Ève hésitante puis la dompteuse inassouvie, changeant de rôles avec la lumière. »

 

Elle travaille dans une boîte de nuit, de celles qui affichent les couleurs du sexe dans la souillure de néons rouges clignotants. Melody Bubbles entre en scène, les projecteurs s’allument. Elle se déhanche au rythme d’une musique érotique, l’évangile tatoué sur l’omoplate gauche, pulpeuse, les seins qui pointent vers le ciel et la jambe allongée sur son tabouret. Langoureuse… Une meute de loups affamés de chair fraîche vient se distraire d’un trop plein de monotonie à travers une érection aussi éphémère que leur couple qui bat de l’aile. Mais ce soir, Melody joue la grande prestation, le rôle de la femme-objet dans un corps de femme blessée. Elle s’est créé une fausse identité pour donner un sens à sa vie, se sentir exister, désirée. Le crash a eu lieu à l’été 69, à New York. C’est là que tout a commencé, que le sexe est né. Il est né du choc, d’une mâchoire brisée contre un pare-brise. Puis de Chuck, une brute à pendre par les couilles, un bourreau, une bête, un sale violeur. Au commencement était l’accident. Et ensuite la luxure, la révolte, la colère…    

 

**********

 

Porn story, branlette, fumette et liberté, troisième accident de parcours

 

« Au commencement était l’accident »

 

« La verge mobile, l’œil plissé tel un brigand d’autrefois, il marmonne les incantations qui font vagir les croupes et saillir les mamelons, marmonne et chante à fond de gorge la rengaine du foutre qu’expulsent rythmiquement glottes et glands voraces, distillant aux hétaïres de son harem mental les sésames du plaisir »

 

Il a 13 ans et demi et ne manque aucune occasion de se masturber – appelons-le Bob pour faciliter les choses. Dans l’intimité de sa chambre, seul sous les draps poisseux, ils tripotent les femmes qui s’offrent à lui sur le papier glacé des revues pornos. Il éjacule son besoin d’exister. Bob découvre les possibilités du plaisir en même temps que la honte. Mais le prix à payer pour jouir est nettement aussi satisfaisant que son besoin d’échapper à ses parents. Il recherche l’amour dans le buzz de ses premiers joints. Il vomit son trop plein d’alcool et ses amours de passage. Ce jeune en mal de vivre crache un liquide libérateur dans les entrailles d’un kleenex qui finira au fond d’une poubelle. Il s’en est fallu de peu pour que ce soit sa vie qui tombe dans le dernier caniveau. Au commencement il y a eu le crash, le crash familial…

 

Pour un premier rendez-vous avec Claro, j’ai été complètement charmée par sa manière de rendre compte d’une société malade et laissée à elle-même, solitaire, affamée d’illusions, où personne n’est à l’abri d’un certain dérapage. Crash-test, porn story et strip-tease, des histoires de corps fragilisés, meurtris par les accidents plus ou moins grands de la vie.

 

Un grand merci au Bison qui m’a fait découvrir Claro le jour de mes 25 printemps :D

 

Se délectant de sa Delirium Tremens extra mousse, « Tous les diamants du ciel » l’ont amené aussi loin que le regard 5 étoiles de Lucy…  

 

Crash-test, ou comment foutre sa vie en l’air

Crash-test - Claro
Published by Nad
commenter cet article

commentaires

claudialucia 23/03/2016 00:08

Dur dur dur et noir! Il doit sacrément remuer ce roman!
25 Ans, et c'est récent? alors bon anniversaire à la jeunette!

Nad 23/03/2016 00:48

Début janvier mais tu peux rajouter 20 ans :D)))
Tu trouves les mots justes, il "remue" énormément!
Bisous Claudia

Nadège 17/03/2016 10:00

Alors là, on est loin des voyages immobiles... je ne suis pas sûre d'aimer ce genre de livre, trop glauque pour moi...

Nad 22/03/2016 20:00

Mdrrrrrrrrrr en effet c'est pas du tout le même voyage!
J'ai adoré celui-ci aussi...

le livre-vie 16/03/2016 10:39

Merci pour la découverte! Je crois que je ne me serais jamais arrêtée sur cet ouvrage sinon...

J'aime toujours autant tes billets!

Nad 22/03/2016 19:41

Merci Céline, tu es toujours aussi gentille :-*
Ce roman et son auteur font partis de mes belles découvertes, ce livre est vraiment fort en sentiments purs et durs. J'ai adoré!
Bisous et bonne semaine à toi

le Bison 14/03/2016 09:49

Tabarnak, ça c'est de l'hostie de câlice d'une putain de chronique. Putain, quel bon beaucoup ça doit être, celui-là. J'adore la façon dont tu éjacules tes mots sur cet écran d'ordinateur. Magnifique. Jouissif à s'en lécher les doigts, tellement ça a l'air d'être fort, en émotions, en mots, en sperme.

Les seins qui pointent vers le ciel... Hooooooouuuuuuu, fait le loup. Chut, silence, fuck le loup et lis ce que la plantureuse a à raconter. Terrible.

Nad 15/03/2016 02:02

Quel Tabarnak de bon livre Bison, puissant, jouissif, orgasmique! Mais là dis-moi, ton « jouissif à s’en lécher les doigts », tu voulais parler de tes majeurs??? En tout cas les miens se sont trémoussés dans tous les sens, titillés, émoustillés, name it, en dessous, au dessus et Ahouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu les Bob pointés vers le ciel !!! ^^

Merci encore Bison, hostie d’câlisse c’était divin! Silence.......................................c'est le cri de la louve qui revient............................. AAAhouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu

Chrisdu26 13/03/2016 22:36

Tabarnak ! Elle en jette ta chronique ... J'adore ton éjaculation... précoce ^^ lollll ;-)
Des accidents de parcours qui me tentent beaucoup !

25 ans !!!!! une gamine :D

Slurp in your face <3

Nad 14/03/2016 02:35

Oh oui, ça éjacule par là ma Rousse, en Tabarnak! ^^

Des accidentés de la vie auxquels j’me suis attachée. On s’y retrouve tous quelque part…

25 printemps, une p’tite jeunesse ptdrrrrrr

Slurpppppp xx

manU 13/03/2016 18:01

Un auteur que j'ai envie de découvrir depuis un moment et voilà que tu en rajoutes !!
"Il éjacule son besoin d’exister." Jolie formule ! :)

Nad 13/03/2016 18:14

mdrrrr j'vais même en rajouter une autre couche : il est excellent! :D)))

Alors tu aimes mon éjaculation comme ça? ^^

L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

La Frontière du loup par Hall

Rechercher