Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2016 1 15 /02 /février /2016 23:31
Syngué sabour - pierre de patience - Atiq Rahimi

« C’est toi qui es blessé et c’est moi qui souffre. »

 

Syngué sabour, vois-tu cette pierre sacrée?

 

On dit qu’elle étanche les maux et les secrets. Jusqu’au jour où elle éclate. Seulement alors, on se sent libéré de nos souffrances…

 

L’ Afghanistan est en guerre. Dans une petite chambre étouffante de chaleur, un homme est plongé dans le coma après avoir reçu une balle dans la nuque. À son chevet, sa jeune femme prie pour le ramener à la vie. La main posée avec amour sur sa poitrine, au son de ses respirations, elle égrène du matin au soir un long chapelet noir, sous le regard complice du Coran. Avec douceur, elle instille des gouttes de collyre dans chaque œil, règle le goutte-à-goutte, nettoie le ventre, le sexe, les pieds. Un rituel comme autant de petites tendresses déployées avec amour…

 

Alors, tu m’entends, Syngué sabour?

 

Mais, dans le tumulte des jours qui défileront et le mutisme des heures, la jeune afghane lèvera le voile et brisera le silence. Une vie de peur et de culpabilité se distillera au gré des souvenirs qui referont surface. Aujourd’hui, elle pourra tout raconter sans être interrompue. De ses mots retenus au seuil de la colère, elle poussera enfin le cri libérateur de tant d’années de souffrances accumulées…

 

« Désormais je possède ton corps, et toi mes secrets. »

 

Pourquoi a-t-il fallu que tu m’abandonnes durant toutes ces années? Cette foutue guerre fratricide au nom de laquelle tu t’es battu égoïstement valait-elle la cruauté de la solitude dans laquelle tu m’as plongée? Au nom de qui, de quoi? Trois ans à t’attendre à travers le vide des nuits sans fin. Et tes frères! Ah, eux! Tous des lâches, des pervers, sais-tu seulement le mépris et la haine dont j’ai été victime? Il faut être sacrément prétentieux et arrogant pour ne t’en être même pas soucié. Je vais te dire autre chose, puisque je n’ai plus rien à perdre, encore moins l’envie de retenir ma colère. Tu sais, cette première fois au lit, j’avais mes règles. Ce n’était pas le sang de ma virginité. Je n’ai jamais joui dans tes bras, j’ai eu à me caresser et me faire jouir quand tu avais le dos tourné à moi, repus de ton orgasme : « vous les hommes, vous jouissez, et nous les femmes, nous nous en réjouissons. »…

 

La porte de la chambre vole en éclats. Une déflagration à faire trembler la terre. Tout le quartier est dans la ligne de mire. Coups de feu, explosions, chars d’assauts. Tu as mené ta guerre et moi la mienne. Je sais à quel point tu t’es senti abandonné par ta famille. Mais moi aussi, Syngué, avec nos deux petites filles, nous étions seules au monde…

 

Dans ton sommeil si profond, entends-tu le cri de la pierre qui éclate? Aujourd’hui je suis libre, libre de toi…

 

« Le fait de tout dire. Tout te dire, à toi. Là, je me suis aperçue qu’en effet depuis que tu étais malade, depuis que je te parlais, que je m’énervais contre toi, que je t’insultais, que je te disais tout ce que j’avais gardé sur le cœur, et que toi tu ne pouvais rien me répondre, que tu ne pouvais rien faire contre moi… tout ça me réconfortait, m’apaisait. » 

 

Un immense coup de coeur pour le roman et le film... 

 

Les avis de Didi sur le LIVRE et le FILM

Et celui de Stephie et Dasola

Syngué sabour - pierre de patience - Atiq Rahimi
Syngué sabour - pierre de patience - Atiq Rahimi
Syngué sabour - pierre de patience - Atiq Rahimi
Syngué sabour - pierre de patience - Atiq Rahimi

commentaires

dasola 04/03/2016 17:48

Bonjour Nadine, le roman est sublime. Je l'aurais bien vu sur une scène de théâtre comme monologue. http://dasola.canalblog.com/archives/2008/12/03/11556452.html Le film n'est pas mal mais il n'arrive pas à la hauteur du roman http://dasola.canalblog.com/archives/2013/02/20/26466569.html Bonne fin d'après-midi.

Nad 06/03/2016 14:34

J'ai beaucoup apprécié le film, au-delà de l'histoire il y a cette femme avec son cri de rage. Et la dureté de ces paysages en guerre qui ajoutent à son désespoir. Je trouve que les deux se complètent bien. Bon dimanche à toi Dasola

le livre-vie 29/02/2016 21:36

Comment résister à une telle chronique! Le sujet m'intéresse, tes mots sont magnifiques... Je suis séduite.

Nad 06/03/2016 14:28

Un sujet dur et puissant, une réalité dont il faut parler, au nom de ces femmes...

Stephie 24/02/2016 20:40

Le voici :)
http://www.milleetunefrasques.fr/2009/02/commentaires-sur-syngue-sabour-datiq-rahimi/

Nad 06/03/2016 14:37

Merci à toi :D

Stephie 23/02/2016 08:37

Un bien beau souvenir que ce roman lu à sa sortie. Il y a déjà longtemps. Un de mes premiers articles de blog, je crois ;)

Nad 24/02/2016 18:33

Je suis contente de voir que ce petit roman a touché comme moi beaucoup de monde... Je viendrai lire ton billet :D

claudialucia 18/02/2016 17:04

Moi aussi j'ai énormément aimé le livre qui parle de la condition féminine avec tant de vérité et je me souviens que l'adaptation était bonne.

Nad 23/02/2016 03:09

J'ai toujours aimé la littérature qui souligne la condition des femmes de tout horizon...
Bonne semaine à toi Claudia

Didi 18/02/2016 11:26

Bonjour Nadine,
j'ai adoré ce livre et le film également. Je pourrais le relire avec plaisir.
Voici mon avis sur le film : http://imagimots.blogspot.fr/2013/03/syngue-sabour-pierre-de-patience-atiq.html
et celui sur le livre : http://imagimots.blogspot.fr/2013/08/cahier-de-vacances-mes-livres-de-cet_31.html
Décidément nous avons beaucoup de points communs je trouve.
Bisous

Nad 23/02/2016 03:10

Coucou Didi,

Je viens de rajouter les liens de tes billets sur le roman et le film. En effet, beaucoup de points en commun! C'est toujours un plaisir de te lire...

Bisous et bonne semaine à toi

krol 17/02/2016 23:13

Le film était aussi réussi que le roman.

Nad 24/02/2016 18:33

Au plaisir Didi...

didi 23/02/2016 18:10

Merci merci tout comme toi les deux oeuvres m ont beaucoup plu
Bisous au plaisir de nous lire

Nad 23/02/2016 03:02

Je suis entièrement d'accord avec toi, j'ai autant aimé l'un que l'autre...
Bises

le Bison 16/02/2016 22:15

Intéressant... Mmm mmm... le passage sur nettoie le sexe m'interpelle, j'ai envie d'en savoir plus... mmm Allonge-toi, tu veux qu'on en parle ?

J'ai raté le film, j'avais envie, mais je crois que je ne l'ai pas vu. Je ne manquerai pas une de ses prochaines diffusions.

Moi homme je jouis, toi femme tu te réjouis. Ca me plait bien cette façon de voir la vie. J'ai pas fait philo en première matière, mais ça m'interpelle quand même quelque part, disons quelques centimètres sous le plexus solaire.

Nad 17/02/2016 02:52

Ptdrrrrrr j’sais pas pourquoi j’savais que t’allais t’arrêter exactement à ces deux passages-là! ^^

Vas-y, allonges-toi sur mon divan en peau de grizzly Bison qu’on parle de ton plexus, on en profitera aussi pour causer majeurs… :D))

manU 16/02/2016 21:32

Comme tu en parles bien, bravo !
Vraiment, je te sens dans ton élément dans ce genre d'histoire...
J'ai trouvé le film, je sens que je vais me régaler.

Nad 17/02/2016 02:51

C’est vrai que je m’sens bien dans les livres qui m’amènent à voyager à travers d’autres cultures, j’aime chercher à comprendre en quoi les gestes d’amour ou autres sont influencés par leurs valeurs. Ça me touche vraiment... Toi tu lis entre les lignes my ffff ;-)

J’ai trop hâte que tu me parles du film! :D

jerome 16/02/2016 12:51

Je suis certain que j'adorerais ce roman !

Nad 17/02/2016 02:49

Si jamais tu le lis j’serais curieuse de savoir ce que t’en as pensé :D

Chrisdu26 16/02/2016 07:39

Wahou Nadine !
Cette histoire un cri de douleur pour cette femme.
Ce livre un cri libérateur pour toutes ces femmes !
Finalement une vraie psychanalyse! Entre un psychiatre qui te tourne le dos et qui est muet comme une carpe et un homme dans le coma ... le résultat en est le même "Ecoute flottante, neutralité bienveillance" mais quel bien pour le corps et l'esprit de libérer tous ses maux.

Un très beau billet une fois de plus qui éclaire sur la souffrance de ces femmes.

Un gros baiser sur ton cœur ;-) XXX

Nad 17/02/2016 02:49

J’ai vraiment été émue par le cri de cette femme, cette voix à l’intérieur d’elle qui a eu le courage de s’exprimer en son nom, au nom de ses filles, femmes futures, et de toutes les autres soumises aux répressions de l’islam. Gros coup de cœur pour le roman et le film…

Gros becs ma tite bulle xxx

L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

La Frontière du loup par Hall

Rechercher