Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2015 2 20 /10 /octobre /2015 01:34
De mer et d'amour - L'école des loisirs

« Par-delà la lande, je voyais jaillir des paquets d’écume blanche jetés au ciel par les vagues déchaînées. Je me suis collée au carreau pour tenter d’apercevoir le phare… Je n’oublierai jamais ce que j’ai vu alors… Le phare n’était plus ce solide bâtiment de pierre dressé fièrement face à la mer. Il ressemblait maintenant à un jouet d’enfant, fragile sous les éclairs de l’orage. »

 

Qu’y a-t-il de plus paisible qu’un phare pour éclairer la mer, la nuit venue? C’est une métaphore poétique, un repère. À l’image de l’amitié, il accompagne et guide, éclaire aux nuits de tempêtes quand la mer se déchaîne de remous intérieurs. C’est une boussole sur la marée des jours…

 

Le phare de l'oubli, de Fabian Grégoire, est une histoire de cœur mêlée aux embruns salés des vagues océanes. Dès les premières pages, j’ai tout de suite été happée par la beauté de ses illustrations qui épousent avec magie la douceur des coloris au bouleversement des propos. Ainsi, un coucher de soleil côtoie, l’instant d’après, une nature endiablée d’éclairs et de rafales de vent au milieu desquels un phare tente de survivre, tant bien que mal. Est-ce à l’image de l’homme qui cherche à se redresser quand le ciel au-dessus de sa tête est gorgé de tourmente ?  

 

Augustin avait 11 ans quand ses parents se sont installés à côté du phare. Un grand-père y vivait avec sa petite-fille, Lucie. S’il était gardien du phare, bien des années avant, il avait navigué sur des mers agitées. Il s’était même rendu au pays des Papous, dont il sculpte maintenant, avec nostalgie, de petits visages blancs dans les os de seiche échoués sur le rivage. Dans les replis du temps et le tumulte des jours, un phare est fièrement dressé face à la mer. Jusqu’au jour de la tempête où il s’est éteint…

 

Véritable histoire d’amour entre un grand-père et sa petite-fille, Le phare de l’oubli nous rappelle à quel point rien n’est plus fort que l’héritage d’amour. Que la mémoire et l’oubli nous fragilisent pour nous rendre aussi vulnérables qu’un bateau de papier sur une mer de flammes. C’est aussi une belle histoire d’amitié, ce phare fièrement dressé face à la mer et qui éclaire, jours et nuits. Mon exemplaire a quelque peu délaissé l’étagère océane pour ma table de chevet. Il veille sur mes nuits…

 

Dans Les évadés du Mont St-Michel, toujours aussi magnifiquement illustré par Fabian Grégoire, Augustin rend visite à sa mère, enfermée dans la prison du Mont St-Michel, pour avoir volé une couverture afin de tenir son petit au chaud. Autre « Augustin », autre lieu, une grande silhouette élevée vers le ciel et surplombant la mer. Un symbole à l’image du phare, imposant rocher où s’échouent, à marées hautes, les âmes blessées. L’endroit est mystique, dédale de couloirs dans un labyrinthe de salles voutées. Augustin organise la libération de sa mère. Petit enfant courageux dans un monde de grands... 

 

L’histoire de Justin est celle de milliers de familles et d’enfants qui ont Perdu en mer un être aimé. Un jour de tempête, avec une forte houle et beaucoup de brume, le père de Justin s’est penché un peu trop pour tendre sa ligne par-dessus le doris. Et les vagues l’ont emporté… Au lendemain du retour du Ferdinand, après plusieurs mois d’absence et à son bord un chargement de morues salées, une mère et son fils pleurent ce mari et ce père. Jusqu’au jour où on rendit un dernier hommage à sa vie de marin…

 

Ces trois histoires ont en commun la mer et ses tempêtes : celles du cœur et celles d’une nature contre laquelle nous ne pouvons rien. Elles nous rappellent nos limites et la cruauté des hommes, en plus d’éveiller en nous le fait que rien ne sera plus jamais comme avant une fois le tumulte des orages passé. Plutôt, il déposera en nous un courage sans nom, cette force face à laquelle des enfants courageux comme Augustin, Lucie et Justin seront devenus un peu plus fort encore. Elles sont aussi des histoires touchantes d’amour et d’amitié, d’héritage et de mémoire. Si la mer est libre et sauvage, elle entraîne aussi le cœur à affronter les épreuves de la vie…

    

Merci à toi manU de m’avoir permis ces grands voyages d’amour et de mer… 

 

Pour lire ses superbes billets :

 

Le phare de l'oubli

Les évadés du Mont St-Michel

Perdu en mer : la pêche à Terre-Neuve

De mer et d'amour - L'école des loisirs

commentaires

manU 21/03/2016 20:11

Très belle idée ce "bocal" ! :)

Nad 22/03/2016 20:08

:D))
J'me réjouis de découvrir c'que tu feras des tiens... :-*
Merci d'être passé ici sweet you, ça fait plaisir :D
Smack!

claudialucia 06/11/2015 15:13

De belles lectures sur des sujets qui m'intéressent! La mer fait toujours rêver!

Nad 16/11/2015 01:52

La mer, mon amour... <3

le livre-vie 25/10/2015 16:49

J'adore tes chroniques... Elles m'emmènent en voyage à chaque fois...

Nad 28/10/2015 02:42

Je suis vraiment heureuse si tu voyages quand tu poses les pieds ici...
C'est drôle, je viens justement de voyager sur tes terres où j'arrive d'un voyage en Chine (sourire :D). Tu m'en as donné envie! ;-)
Bonne semaine à toi Céline

Nadège 23/10/2015 11:47

Une invitation au voyage, ces livres jeunesse... tu en parles bien (comme Manu!). Tu me donnes des envies d'océan...Bises.

Nad 24/10/2015 23:08

Une très belle invitation au voyage qui donne envie de se plonger les pieds dans le sable et d'écouter la mer...
Oh oui! Tout à fait d'accord avec toi, manU en parle tellement bien que j'ai tout de suite craqué pour ces livres! En plus, il a fait un magnifique billet sur chacun d'eux...
Gros becs ma belle Nadège

le Bison 21/10/2015 13:42

3 livres en 1, quelle drôle d'idée. Mais avec un dénominatuer commun, celui de donner envie de faire l'amour avec la mer, alors là, moi j'applaudis et je suis pour.

"je voyais jaillir des paquets d’écume blanche jetés au ciel par les vagues déchaînées."

Je ne m'y connais pas trop en poésie, mais là je sens de la métaphore, une tabernacle même de métaphore qui titille d'entrée de jeu autant mon esprit que mon âme.

Nad 21/10/2015 14:14

Ce Fabian Grégoire a un tabarnak de sens de la métaphore. De quoi titiller une âme de Bison qui broute dans ses plaines, ou encore d'émoustiller un majeur en musique de chambre...

Chrisdu26 20/10/2015 22:17

Rooohhhh C'est vrai 3 livres en un billet. Quelle judicieuse idée et pour seul dénominateur commun la mer, le ressac des vagues et le phare qui clignote au loin...

Tu m'émerveilles ...

Comme une envie de faire l'amour avec la mer :D

Merci ma belle Nadine

Oh une mouette vient de passer ;-)

<3

Nad 21/10/2015 14:11

"chhhh chhhh chhhhh ssssssshhhh" : c'est quand t'ouvres ta binouze ça?

le Bison 21/10/2015 13:36

chhhh chhhh chhhhh ssssssshhhh
Tu entends, j'imite parfaitement le bruit du ressac et des vagues qui déferlent sur les corps dénudés d'une plage ensoleillée... Toujours cette envie ?!! ;-)

Nad 21/10/2015 05:13

Trois belles histoires de mer avec un phare, des vagues et du sable entre les orteils. Je ne demande pas plus…

…quoi que… une envie de faire l’amour avec la mer? Merveilleuse idée :D

Merci à toi ma douce, bisous de mouette sur le bout de ton nez

xx

manU 20/10/2015 18:48

Comme tu en parles bien ! Si je ne les avais pas déjà lu, je me précipiterais pour découvrir ces petits livres jeunesses.

Quel Talent ce Fabian Grégoire ! J'adore son coup de crayon, une poésie, une magie...

Et quelle bonne idée de billet 3 en 1 qui donne une unité à l'ensemble !

Des livres voyageurs qui à distance me refont faire de biens jolis voyages... J'entends le bruits des vagues et le cri des mouettes au loin... ;)

Nad 22/10/2015 19:37

Tiens, aujourd'hui des mouettes sont passées au-dessus de chez moi... ;-)
^^

Nad 21/10/2015 05:10

Merci de m’avoir fait découvrir ces belles histoires d’amour et de mer, je me suis régalée t’as pas idée...!...

Il m’arrive souvent de les relire avant de m’endormir et ça me fait du bien. La mer m’est tellement apaisante… Ajoutée aux dessins et aux écrits bouleversants de Fabian Grégoire, on dirait un grand poème qui vient bercer nos rêves, comme cette touche de « magie » dont tu parles. Quel talent! N’oublies pas quand même : pas de Fabian Grégoire dans les vides-greniers sivouplais ^^

Embarques sur la prochaine vague et suis le vol des mouettes, ce serait trop bien qu’elle te mène de l’autre côté de l’océan… ;-)

BisouilleS

L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

La Frontière du loup par Hall

Rechercher