Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2015 4 24 /09 /septembre /2015 20:51
S.A.S.H.A. Vol 459 - Martin Michaud

« Le 24 juin, le vol 459 en partance de Paris s’est abîmé en mer. C’est la proposition de laquelle sont partis quatre auteurs québécois de talent pour imaginer des histoires haletantes, touchantes, intrigantes »

 

Voici celle de Martin Michaud

 

Terrés dans une cabane au fin fond des bois, dans la vallée québécoise de la Missisquoi, Elias et le petit Sasha, sept ans, vivent en retrait du monde, solitaires. Ils chassent, pêchent, attisent le feu, les sens en alerte dans une perpétuelle confrontation avec la nature. Là-bas, Elias avait cru qu’avec le petit ils y seraient en sécurité. De qui ou de quoi d’autre aurait-il besoin puisqu’il était la seule personne au monde à le rattacher à la vie?

 

« Ce qui lui donnait l’impression de suffoquer, c’était la perte de sa liberté, l’enracinement que provoquait le fait d’être responsable de la vie de quelqu’un d’autre »

 

Avait-il eu tort? Et merde, quelles étaient ces voix dans sa tête? Arriverait-il à se sortir de son monde intérieur? Pour combien de temps encore pourrait-t-il continuer à lui mentir?

 

« À force de vivre reclus dans les bois, il n’était même plus certain de faire la distinction entre ce qui relevait de la réalité et ce que son imagination lui faisait voir »

 

« Tu n’entends même plus quand je te parle, Elias. Là où tu es, je suis incapable de te rejoindre »

 

Ému par la fragilité et l’innocence de l’enfant, Elias avait réalisé à quel point l’homme avait le pouvoir de changer, sinon le cours de sa vie, du moins ses motivations. Il ne s’était jamais douté que Sasha pouvait le ramener à sa propre douleur, à son père et à l’héritage qu’il lui avait transmis. Et qu’il pourrait le transmettre à son tour, lui apprendre le monde, lui enseigner la vie. Mais tout ça, c’était bien avant l’incendie qui les força à fuir. Compte à rebours, retraverser la Missisquoi en sens inverse à travers un froid mordant, de la neige jusqu’aux cuisses, les yeux cernés, injectés de sang, une barbe de plusieurs jours et des engelures. Tous ces vêtements défraîchis qui sentent la fumée. Une odeur de souvenirs imprégnés à la chair, celle d’une cabane abandonnée au fin fond des bois. Tout perdre et se perdre de vue… Est-ce que l’homme est en fuite ou est-ce qu’il fuit un passé qu’il faut taire?

 

« Lorsqu’il s’était endormi, Elias saisissait une bouteille de whisky et se glissait dehors sur la pointe des pieds. Assis près du feu, il observait les flammes danser devant le contour flou des arbres, tendait l’oreille au bruit du bois humide qui sifflait, humait les effluves piquants de la fumée. Et là, dans le ventre de la nuit, il songeait parfois à sa vie d’avant ». 

 

Durant 24 heures, ils vont déambuler dans les couloirs de l’Aéroport Trudeau de Montréal. Et attendre le Vol 459 en provenance de Paris. Je n’en dis pas plus…

 

J’ai dévoré ce petit livre de 135 pages comme une louve affamée! L’intrigue se dévoile au fil de l’eau, avec beaucoup de finesse et de subtilité. L’écriture est directe, sans fioritures. Martin Michaud ne passe pas par quatre chemins, d’ailleurs, ce n’est pas le genre de roman qui se prête aux grandes métaphores poétiques. En revanche, il arrive à nous séduire par la profondeur des réflexions qui émergent de ses écrits. J’ai été touchée par sa façon de nous parler de la perte, du deuil, de l’espoir aussi, de l’héritage affectif qui nous est transmis. De notre part de responsabilité et d’engagement envers ceux que nous aimons et qui dépendent de nous, pour qui nous faisons le choix de nous impliquer émotionnellement, comme le petit Sasha pour Elias. Par le fait même, il aborde la paternité à travers l’espace sauvage et libre d’une nature qui se prête à l’introspection. La force d’un amour peut être si grand qu’il nous transforme à jamais. Il nous amène à concevoir la liberté sous un autre regard, en plus de nous apprendre que nous sommes souvent tout aussi libres en relation avec l’autre qu’avec soi-même, ne serait-ce que par nos incessantes remises en question…    

 

«Mon objectif premier en acceptant d’écrire ce roman était de me mettre en danger. J’avais envie de faire autre chose, d’aller où je vais moins habituellement, donc plus dans l’introspection. Évidemment, on est vite rattrapé par sa nature. Alors oui, il y a un peu de thriller.»

 

«Écrire est un exercice solitaire et ce roman-là ne fait pas exception. Je l’ai écrit seul avec moi-même. Ce qui a été différent par contre, c’est tout ce qui est venu avant: le choix de notre thème, la catastrophe à imaginer et à minuter et tout le travail d’intersection entre certains personnages. C’est là que le véritable travail d’équipe s’est fait. C’est motivant de savoir que trois autres personnes sont en train d’écrire un roman et te poussent dans le derrière pour que tu avances.»

 

Ce « petit » grand livre me fut l’occasion de découvrir un auteur de talent sous une plume à la fois douce et révoltée…

 

******************************

 

Pour jeter un coup d’œil aux autres romans du Vol 459. Un thème commun et quatre regards :

 

Claudia Larochelle : Les îles Canaries

 

 Pierre Szalowski : Elle était si jolie

 

Aline Apostolska : Fleur de Cerisier

 

S.A.S.H.A. Vol 459 - Martin Michaud
S.A.S.H.A. Vol 459 - Martin Michaud

commentaires

Philippe D 14/11/2015 21:09

Je viens de lire ce livre que j'ai gagné sur un blog. Je ne connaissais pas cet auteur. Je ne connais d'ailleurs aucun québécois. J'ai beaucoup aimé. Pour moi, ce n'est pas un thriller, mais l'histoire est quand même très prenante. Une belle découverte qui me donne envie de mieux connaitre cet auteur.
Bon dimanche.

Nad 16/11/2015 01:59

Celui-là n'est pas un grand thriller en effet, Michel Michaud s'engageait avec celui-ci à écrire avec d'autres auteurs sur un thème commun de départ. Il a voulu exploiter avec Sasha la profondeur de réflexions plus psychologiques. Par contre, ses autres livres sont de grands polars qui tiennent en haleine.

le livre-vie 18/10/2015 10:28

J'aime bien cette idée de plusieurs regards, de plusieurs écritures!

Nad 20/10/2015 03:01

Un excellent moment de lecture et une idée originale :D

Nadège 30/09/2015 10:05

Quelle belle idée, ces quatre regards, ces quatre écritures!

Nad 01/10/2015 17:28

Je suis déjà plongée dans un deuxième livre de cette série, c'est un vrai régal!
Bisous à toi xxx

Chrisdu26 27/09/2015 11:00

Ton dernier paragraphe est décisif et forcément il me faut ce livre maintenant.

Tout ce que j'aime. Et puis veinarde, l'auteur ne gâche rien... Tabarnak quel regard ... euh t'as pas son 06 ;-) rohhh ça va je plaisantais :D

Et quelle superbe idée, un thème commun et quatre écritures différentes.
Sans hésité en seconde lecture j'aurai également choisi "Fleur de cerisier" quel beau titre :D

Merci ma belle pour cette belle lecture tentante.

Pleins de petits becs dans ta mouille :-)

Nad 28/09/2015 23:34

En effet, l’auteur ne gâche rien, on s’entend! ^^ ^^

Difficile de rester insensible et de ne pas craquer face à un regard aussi charmant. En plus, il est d’une gentillesse… Pas de 06 ici mais il y a des 514 et des 450, ce qui revient au même :D)))

Je me lance cette semaine dans Fleur de Cerisier, avec un titre pareil comme tu dis...

Des gros becs tout mouillés ma douce xxx

manU 25/09/2015 20:51

En te lisant, j'ai d'emblée été embarqué et intrigué. Mais je me suis aussitôt demandé le lien avec le vol dont il est question... Il va falloir que tu m'en dises un peu plus, j'ai envie de savoir moi !! ^^

Nad 25/09/2015 21:11

Non non non! ^^ ^^ Je dis rien, Michaud m'en voudrait!!! :D
Le seul indice que je peux donner est dans la citation du premier paragraphe. C'tout :D))
Enfin, je veux bien en dire un peu plus si tu me fais des cookies carrés.................

le Bison 25/09/2015 10:30

Une même base littéraire pour 4 romans différents par 4 auteurs d'horizons variés, en voilà une idée originale.

La plume n'est peut-être pas poétique mais il y a cette Missisquoi ; rien que le nom est déjà enchanteur où j'entends croasser les ouaouarons... Un coin à introspection surtout avec la neige jusqu'aux genoux, le froid mordant et la bouteille de whisky.

Nad 25/09/2015 21:13

Une idée vraiment originale oui, j'ai hâte de découvrir les autres. J'ai Fleur de Cerisier avec moi...

Le nom, aussi enchanteur que la Massawippi où coulait la BDC avant de tomber d'un nuage de Chambly :D

L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

La Frontière du loup par Hall

Rechercher