Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 août 2015 4 13 /08 /août /2015 01:15
Je reviens de mourir - Antoine Dole

« I smoke your brand of cigarettes

And pray that you might give me a call

I lie around in bed all day just staring at the walls

Hanging round bars at night wishing I had never been born

And give myself to anyone who wants to take me home »

 

Garbage, Cup of coffee

 

 

Un cri déchire la nuit, première cassure.

Ce cri est celui de Marion...

Il rompt l’avenir et nourrit l’incertain.

 

Quelques mois plus tôt, elle arrivait à Paris pour refaire sa vie. Venue de nulle part et nul endroit où aller. Des journées qui se résument à manger, dormir et tenir debout. Elle repense à ce père qu’elle cherche à tuer en elle et le lit défait des nuits interminables. Poupée de verre qui se casse sur le sol d’une enfance innocente. Rien ne sera plus jamais pareil…      

 

« J’ai senti les murs comme quand j’étais enfant, sans porte ni fenêtre, la menace à nouveau, la peur partout. J’ai trouvé l’amour triste, pas ce que j’avais cru, il ne suffisait pas d’aimer pour l’être en retour »

 

Elle loue son corps aux hommes que Nicolas l’oblige à rencontrer. Obéir pour éviter les coups, pour survivre, aussi par amour. Pour se donner le sentiment d’être aimée de l’homme qui la méprise. Elle recherche l’amour comme on cherche à comprendre les choses qui nous sont incomprises. Comment peut-il en être autrement quand on n’a pas appris à exister pour soi-même et que le besoin de l’autre est plus fort que la hargne qu’il nous offre en retour? Surtout, nourrir l’espoir que les choses changent, d’être ramenée à la vie, à l’abri de tout.

 

« C’est plus difficile d’aimer quand on n’a pas entrainé le cœur à prendre des coups »

 

L’instant d’une illusion et tout bascule à nouveau. Rejet et coups de pied dans les côtes. Un simple réflexe, une colère, un dégoût. Un mot de trop de sa part, l’excuse parfaite. Et mourir l’instant d’après… Son corps est une plaie qui se referme chaque fois sur un espoir qui conduit inévitablement à la fatalité de l’amour.

 

L’âme de Marion s’est fracturée. Entre la solitude et le vide, elle vit dans la honte coupable de ne jamais avoir été à la hauteur. Diminuée par les hommes, dépréciée par la vie…

 

« Il neige à l’intérieur de moi, comme une saison morte »

 

Second cri dans la nuit, deuxième cassure.

C’est le cri d’Ève

Il rompt le silence des nuits paisibles et des après-midi sans fin.

 

Elle fréquente les sites de rencontre où, sans amour, elle offre son corps à qui est assoiffé de sexe. Ève ne fait pas l’amour, elle baise. Comme une revanche sur la vie, elle méprise et contrôle les hommes, convaincue que de l’espoir et du rêve naît l’envie, et que l’envie conduit à la déception. Surtout, ne pas s’attacher et prendre le dessus sur ses émotions, « donner juste assez pour pouvoir tout reprendre ». Une fois les mecs partis, elle se caresse dans l’intimité de sa chambre pour remplir le vide qu’ils auront laissé en elle.

 

« J’enfonce les ongles dans le palpable, le bout des doigts râpés à trop chercher l’appui. Rien qui ne se disloque, rien qui ne cède pas. Dans tout ce que j’attrape y a rien d’assez solide pour supporter le poids des choses »

 

Mais avec David ce sera différent, elle apprendra le manque. La beauté d’être soi. L’acte de se donner et recevoir dans l’amour. Arrivera-t-elle à combattre ces sentiments nouveaux qui émergent en elle sans avoir à se blinder? Sans avoir à craindre et entrevoir un avenir? À ses yeux, l’amour est une forme de mort lente qu’il faut fuir avant d’en crever.  

 

L’âme d’Ève s’est fracturée. Entre la rage et le mépris, elle vit emmurée dans la crainte de ne jamais pouvoir aimer. Diminuant les hommes, dépréciant la vie…  

 

« Les gens qui souffrent n’ont pas besoin de mots pour se reconnaître… »

 

À travers Marion et Ève, Antoine Dole nous livre le témoignage touchant de deux femmes aussi différentes qu’elles ont tout en commun, une soif d’amour et de tendresse, d’une caresse apaisante, du sentiment de sécurité affective. C’est avec une force inouïe qu’il nous parle de l’instinct de survie, de la confiance et de la force fragile en chacun de nous. Mais au-delà de tout, de ce besoin viscéral d’aimer et d’être aimés en retour…  

 

Merci manU de m’avoir amenée à croiser le destin de ces deux femmes. Je ressors de cette lecture profondément touchée par les couleurs de l’âme humaine… 

 

Photo d'Antoine Dole

Je reviens de mourir - Antoine Dole

commentaires

Theoma 31/08/2015 13:38

Une collection que j'apprécie, des romans forts et coup de gueule.

Nad 02/09/2015 00:07

Bonjour Théoma, je viens de voir que chez cet éditeur il y a vraiment de belles trouvailles. Et comme j'aime les romans "forts", j'irai certainement en découvrir d'autres...

le livre-vie 17/08/2015 10:51

Le titre est sublime.... Je note cet ouvrage, j'ai très envie de le découvrir...

Nad 17/08/2015 22:14

Je te souhaite de découvrir l’histoire de Marion et Ève, deux femmes fortes et touchantes, comme je les aime. Je resterai longtemps tatouée par leur histoire de vie…

le Bison 08/08/2015 10:39

A te lire, j'en ai le poil tout hérissé. Des frissons d'attente et d'émotions. Je ne connaissais pas ce livre, mais je vais en prendre note, tant il me parait chargé d'amour et de crainte. Dur et touchant, ce roman touché par ton âme et la grâce de tes mots, a l'air d'être une sacrée rencontre. Eve et Marion, deux âmes perdues dans ce monde.

Nad 08/08/2015 16:51

Quel beau commentaire, merci Bison… ;-)
Chargé d’amour et de crainte, c’est tout à fait ça. Des portraits de femmes fortes qui se battent contre la résistance de leurs émotions, dans un monde de brutes où la beauté de l’âme n’est prise en considération qu’à travers la violence et le mépris. Une lecture touchante plus que tout…

Nadael 04/08/2015 19:07

Tes mots me touchent, forcément, mais le thème est rude, trop rude pour moi, je crois...

Nad 05/08/2015 05:32

Alors fais-toi plaisir avec une lecture douceur ma belle amie. Bisous doux xx

Mind The Gap 04/08/2015 10:05

Le deuxième portrait me plairait peut être mais la première histoire ne me tente pas, même si les deux doivent être très complémentaires.

Nad 05/08/2015 05:32

Les deux histoires sont aussi dures l’une que l’autre. Elles sont dures et sans fards, comme je les aime, parce qu’on trempe dans les vrais sentiments..

Chrisdu26 02/08/2015 23:25

"...elle apprendra le manque. La beauté d’être soi. L’acte de se donner et recevoir dans l’amour".
C'est tout ce que j'aime.
Tu en parle si bien.

Ce livre m'attend dans ma PAL, il est temps que j'aille à la rencontre de Marion et Eve...

Merci ma tite Nadine venue du froid ...

Gros bec sur ta joue droite xxx

Nad 03/08/2015 15:11

Quand tu iras à la rencontre de Marion et Ève, je me réjouirai de lire ce beau billet que tu nous prépareras. Il sera plein de tendresse...

Gros becs sur le bout de ton nez xxx

manU 02/08/2015 23:17

Un livre dur comme peut l'être la vie pour certains ou certaines...
Content qu'il t'ait plu et bravo pour ce billet tout en émotions. T'ai-je déjà dit que tu devrais écrire ? ;)

Nad 03/08/2015 15:08

J'ai vraiment été touchée par cette lecture, par Marion et Ève, ces femmes fortes qu'on a envie de prendre dans nos bras. Merci encore! ;-)

L'amarrée Des Mots

  • : L'amarrée des mots
  • L'amarrée des mots
  • : « Si ce que tu dis n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi... » - Eric-Emmanuel Schmitt
  • Contact

En ce moment je lis...

Résultats de recherche d'images pour « les enfants de l'exode salgado »
 

Rechercher